Achat de billets
Achat d'un VidéoPass

Zarco veut un podium avant la fin de la saison

Auteur d'une belle course en République Tchèque, le jeune Français espère obtenir son premier podium dans la catégorie Moto2™ d'ici la fin de la saison et revenir dans le Top 7 du classement général.

Après une course difficile à Indianapolis, où il avait pris la douzième place, Johann Zarco a eu l'occasion de se battre un peu plus près des avant-postes au Grand Prix bwin de République Tchèque et s'est battu pour la cinquième place, alors qu'il était parti de dixième position. Installé dans le groupe qui suivait les leaders en début de course, le vice-Champion du Monde 125cc 2011 a su défendre sa position jusqu'à la fin de la course et a fait tout son possible pour finir devant Simone Corsi (Came IodaRacing Project) et Alex de Angelis (NGM Mobile Forward Racing), qui l'ont finalement relégué à la septième place dans le dernier tour.

"J'ai pris un départ correct et j'ai tout de suite été dans le bon groupe," commente Zarco. "Il y a quatre ou cinq pilotes qui se sont démarqués mais ils n'étaient pas très loin devant nous. J'étais dans un groupe que (Nico) Terol menait au début. Avec mon mécanicien, nous avions choisi d'utiliser un pneu avant un peu plus tendre parce que la pluie avait réduit le grip de la piste. Ce pneu nous assurait un peu plus de sécurité mais il est un peu différent du pneu dur et j'ai dû m'y habituer en course. J'essayais de ne pas me faire doubler et de rester derrière les premiers parce que je voulais pouvoir les suivre en cas d'échappée. Terol et (Mika) Kallio ont eu des difficultés en fin de course et je me suis retrouvé avec (Simone) Corsi et (Alex) De Angelis, des pilotes qui ont plus d'expérience que moi, pour les derniers tours. Je voulais passer en cinquième position pour le dernier tour et tenter de faire un très bon chrono mais j'ai eu du mal à imposer mon rythme, ils n'ont pas hésité à me redoubler et ils ont eu le dernier mot. J'étais un peu déçu de ne pas avoir pris la cinquième place mais après réflexion, la septième restait un bon résultat."

Motivé par sa bonne course à Brno, Zarco espère continuer à marquer d'importants points sur les six dernières manches de la saison pour éventuellement s'emparer de la septième place du Championnat, actuellement occupée par Bradley Smith (Tech3 Racing) avec dix-sept points d'avance sur le Français, mais aussi signer son premier podium en Moto2. "Maintenant je suis onzième du classement général, juste derrière le dixième, et l'objectif est de remonter jusqu'à la septième place, qui est encore à ma portée," ajoute Zarco. "On veut aussi atteindre le podium. Ce serait vraiment une belle performance et ce serait encourageant pour l'année prochaine. Ça nous permettrait de viser plus haut."

Et ce premier podium, Zarco pourrait avoir de belles opportunités de l'atteindre puisque les cinq prochaines courses auront lieu sur des circuits (Misano, Aragón, Motegi, Sepang, Phillip Island) où il en avait décroché cinq l'an dernier en 125cc, avec des pole positions à Saint-Marin et à Motegi, où il avait remporté sa première victoire en Grand Prix.

"Pour la prochaine course, nous serons à Misano. L'an dernier j'avais fait un très bon chrono (qui lui avait valu la pole position) en qualifications et la course avait été très intense. J'avais rattrapé Terol et nous nous étions battus jusqu'au bout (Terol s'était imposé pour 0.022s de différence sur Zarco). C'est une piste où j'ai de bons repères, il va falloir vite s'adapter avec la Moto2 mais je crois que c'est une piste où je peux faire quelque chose de bien, comme à Brno. Ensuite il y aura Aragón et Laurent (Fellon, son coach) est un peu plus inquiet pour cette course parce qu'on a du mal à avoir une très bonne vitesse de pointe," explique-t-il. "La Motobi est une très bonne moto pour ma première année en Moto2, pour apprendre, mais il n'y a pas eu beaucoup d'évolutions et on manque un peu de vitesse de pointe. Les pneus jouent aussi un rôle important à Aragón, parce qu'il y a pas mal d'usure, mais c'est un domaine qui ne nous pose généralement pas de problème."

"Après ça il y aura la tournée outre-mer et l'important sera d'être régulier sur ces trois courses, de ne pas faire d'erreur. C'est un mois très intense. L'an dernier, à Motegi, on avait beaucoup travaillé pour faire un bon chrono, j'y étais parvenu et je pense que j'ai compris quels étaient les repères importants de la piste. J'ai le même sentiment sur ce circuit qu'à Misano, c'est une piste où je peux faire un bon résultat. En ce qui concerne l'Australie, De Angelis (qui pilotait la Motobi de JiR en 2010 et 2011) a remporté la course à deux reprises avec cette moto et on pourra peut-être être aux avant-postes. Il a une conduite très différente de la mienne mais on essayera de comprendre comment il arrivait à être aussi rapide."

En attendant le Grand Prix Iveco d'Aragón, qui aura lieu le 30 septembre, Zarco profite de son temps libre pour s'entraîner mais aussi gérer l'école de pilotage qu'il a fondée avec son manager, Laurent Fellon, et dans laquelle il encadre de jeunes pilotes. "D'ici là je reste à Avignon, où on s'occupe de notre école, ZF Grand Prix. Je continue à m'entraîner, à rouler en moto et parfois même en PW avec les jeunes, ou en 125cc 4-temps mais ça reste de l'amusement. L'essentiel de mon entraînement, je le fais sur une R6, à Alès, où je peux travailler, me concentrer sur les chronos et la régularité."

Tags:
Moto2, 2012, Johann Zarco, JIR Moto2

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›