Achat de billets
Achat VidéoPass

Zarco : « Me servir du GP de France pour me relancer »

Zarco : « Me servir du GP de France pour me relancer »

Après un début de saison qu’il juge lui-même décevant, Johann Zarco a été l’un des leaders au Monster Energy Grand Prix de France le week-end dernier et espère que son premier Top 5 de l’année sera l’un des tournants de sa saison 2013.

Troisième sur la grille de sa course nationale suite à des qualifications qui avaient été écourtées par la pluie, Johann Zarco (Came IodaRacing Project) n’a pas manqué de confirmer sa place dans le groupe de tête en début de course dimanche dernier au Mans, tout en évitant les pièges dans lesquels sont tombés d’autres prétendants au podium tels que Pol Espargaró et Esteve Rabat, du team Tuenti HP 40, ou encore Takaaki Nakagami (Italtrans Racing).

C’est d’ailleurs suite à la chute du Japonais dans le sixième tour que le pilote français s’était retrouvé en tête de sa course nationale. Le rêve n’a duré que deux tours mais Zarco, une fois passé par Scott Redding (Marc VDS Racing), est resté dans la lutte pour le podium jusqu’à la fin de la course, avant de perdre sa seconde place en fin d’épreuve, juste avant le retour de la pluie et l’interruption de la course par drapeau rouge.

Déçu sur le coup de manquer une belle opportunité de faire sa première apparition sur le podium de la catégorie Moto2™, qu’il avait rejointe l’an dernier, le vice-Champion du Monde 125cc 2011 signait tout de même sa meilleure performance depuis le début de l’année, un résultat dont il tentera de servir comme tremplin pour la suite de la saison.

Johann, quel bilan tires-tu de ta course au Mans ?

« Maintenant que la course est passée et que j’ai eu le temps d’y repenser, j’en suis content. Ça a été un régal de me bagarrer devant et d’avoir été en tête du Grand Prix. C’était bien sympa et j’ai même souri dans le casque. Ensuite il y a eu la déception, sur le coup, de terminer cinquième alors que j’étais longuement resté deuxième mais en y repensant, je n’ai pas à être déçu. Le début de la saison avait été difficile. Je peux être content de cette cinquième place. Les circonstances étaient délicates mais j’ai pu être devant en permanence, mes chronos étaient réguliers et j’ai encore une marge de progression. »

A quoi as-tu pensé quand tu t’es retrouvé en tête de la course, à domicile ?

« Je suis resté concentré sur la piste et sur mes repères parce que j’avais bien vu le nombre de chutes qu’il y avait eu. Mais j’étais content, pas seulement parce que c’était le Grand Prix de France mais déjà rien que pour le fait d’être en tête de la course. »

Une fois que Redding est passé devant, tu as gardé la seconde place pendant une dizaine de tours puis à la fin, tu perds trois places en moins de deux tours. Que s’est-il passé ?

« J’ai eu un peu de mal quand un premier pilote m’a doublé. Ça m’a un peu perturbé et les autres en ont profité pour passer. J’ai un peu perdu le rythme mais ce n’était pas à cause des pneus. J’ai fait quelques petits écarts et les autres en ont tout de suite profité. »

A l’issue des quatre premières manches, tu as eu ce Top 5 au Mans, une sixième place à Austin, et tu avais fini douzième puis treizième à Losail et à Jerez. Comment évalues-tu ton début de saison ?

« Je suis déçu de mon début de saison parce qu’on espérait être proches du podium ou sur le podium. Je n’ai malheureusement pas réussi à le faire, parfois en étant malchanceux, d’autres fois parce que je n’étais pas complètement à l’aise sur la Suter. Mais depuis Jerez, où j’ai peut-être été le plus en difficulté, tout ça est passé et maintenant je vais essayer de me servir du GP de France pour me relancer. On verra en fin d’année si ça aura été un tournant de ma saison ou pas. »

Comment se passe ton travail et ton adaptation au châssis Suter ?

« C’est une moto comme les autres. Mon équipe commence à bien l’appréhender, moi aussi. On avait la référence de Márquez, qui avait fait des choses fantastiques avec. Ça nous servait de base et j’ai parfois eu du mal mais j’essaye de m’adapter au mieux à la moto sur chaque piste parce qu’elle est maintenant bien saine. J’essaye de me donner à fond sur chaque séance et chaque course pour toucher la limite. »

Tes objectifs pour le Mugello ?

« Ce serait très bien si je pouvais me bagarrer en tête comme en France. Certains pilotes tels qu’Espargaró, Rabat ou encore Nakagami, qui ont chuté au Mans, vont faire le maximum pour se rattraper au Mugello. Il y aura du monde pour se bagarrer mais l’objectif pour moi est de me battre de nouveau pour le podium et ce serait vraiment parfait si je l’atteignais. »

Et avant la course, il faudra s’assurer de partir le plus près possible des premiers places…

« C’est sûr que c’est toujours beaucoup plus simple comme ça. Je m’en suis bien rendu compte au Mans. En Moto2 ça aide beaucoup. L’année dernière j’avais fait quelque chose de bien au Mugello, avec un bon chrono en qualifications (8ème). C’est une piste que j’aime beaucoup et je vais m’appliquer du mieux que possible pour essayer d’en profiter. »

Tags:
Moto2, 2013, MONSTER ENERGY GRAND PRIX DE FRANCE, Johann Zarco

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›