Achat de billets
Achat VidéoPass

Le point sur les débuts des RCV1000R avec Cristian Gabarrini du HRC

Le point sur les débuts des RCV1000R avec Cristian Gabarrini du HRC

Chargé de mener à bien le projet Open du HRC et de superviser les quatre pilotes engagés sur Honda RCV1000R (Nicky Hayden et Hiroshi Aoyama chez Drive M7 Aspar, Scott Redding chez GO&FUN Honda Gresini et Karel Abraham chez Cardion AB Motoracing), Cristian Gabarrini nous explique son rôle et revient sur les débuts de la nouvelle Honda.

Cristian, peux-tu nous expliquer ton rôle au sein du HRC ?

« Mon rôle se centre sur deux activités. Je suis d’abord le lien entre le travail que nous faisons en piste et celui que les ingénieurs du HRC font au Japon. Tous les éventuels problèmes qui peuvent surgir, dont ceux concernant la fiabilité, ou encore les demandes des teams, passent par moi, sans intermédiaire. Ensuite, je suis à la disposition des teams pour les aider sur la mise au point de leur set-up. Durant les week-ends de course, je peux assister les chefs-mécaniciens pour comparer leurs données et leur permettre de plus vite trouver la direction à suivre. »

Il y a-t-il un échange d’informations entre les quatre pilotes sur RCV1000R ?

« Oui mais c’est évidemment filtré en raison des accords de confidentialité qu’ils ont avec leurs partenaires techniques respectifs. Gresini, par exemple, est le seul team à utiliser les suspensions Showa avec les freins Nissin. Le HRC contrôle donc les données pour éviter les fuites d’informations confidentielles. »

Quel bilan dresses-tu du début de saison après les quatre premières courses ?

« Je dirais que c’est assez positif. Nous avons plutôt bien passé la phase la plus critique, lorsque la moto est encore toute nouvelle, qu’il peut y avoir des soucis en termes de fiabilité et qu’il y a beaucoup de choses à vérifier. Cette phase importante s’est principalement déroulée sur les deux premières sessions d’essais de l’année et a été facilitée par la grande quantité de données que nous avions du fait qu’il y avait quatre pilotes en piste. Nous avons ensuite pu nous concentrer sur les performances et la mise au point avec les quatre pilotes. Il y a aussi eu quelques mises à jour pour la calibration de l’électronique, comme le permet le règlement. Maintenant nous faisons un travail spécifique avec chaque pilote, afin de voir ce dont ils ont besoin. »

Les quatre pilotes ont-ils des demandes similaires ?

« Oui, au niveau de l’électronique. Nous travaillons donc pour répondre à leurs demandes, en fournissant aux teams des mises à jour qui ont jusqu’ici été appréciées par les pilotes. En ce qui concerne les réglages, il n’y a pas de consensus parce que les pilotes ont tous des styles de pilotage différents et des caractéristiques très différentes. Redding est plus grand et plus lourd que Hayden ou Aoyama, et il doit donc adopter une position différente sur la moto. Mais je pense que d’ici quelques courses, nous observerons des points de convergence en ce qui concerne leurs réglages. »

En quoi consiste votre travail sur l’électronique ?

« Le logiciel mis à la disposition des teams Open offre un certain nombre d’ajustements possibles dans chaque domaine, comme par exemple le contrôle de traction, le frein moteur ou encore les courbes de puissance. Si un team souhaite ajouter un autre ajustement et que Dorna trouve cette demande raisonnable, une mise à jour est fournie à tout le monde. Nous n’avons pour l’instant pas eu la nécessité d’ajouter quoi que ce soit parce que le logiciel actuel nous fournit ce dont nous avons besoin. Au HRC, nous avons cependant adapté ce dont nous disposions déjà à nos besoins spécifiques, en particulier pour la gestion du frein moteur. »

Tags:
MotoGP, 2014

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›