Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Cecchinello : « Miller doit dompter la bête avant de rouler avec l’électronique »

Cecchinello : « Miller doit dompter la bête avant de rouler avec l’électronique »

Lucio Cecchinello, le directeur de CWM LCR Honda, s’est confié à motogp.com pour parler de son projet 2015 et de ses nouveaux pilotes, Cal Crutchlow et Jack Miller.

Lucio, tu viens de commencer un nouveau chapitre de ta carrière de team manager puisque c’est la première fois que tu as deux pilotes…

« C’est très spécial. Nous avons eu deux pilotes pour la première fois au test de Valence. C’est un challenge très excitant. D’un côté nous avons un pilote très expérimenté, Cal Crutchlow, et de l’autre nous avons un jeune pilote avec beaucoup de potentiel, Jack Miller. Les deux me transmettent beaucoup de motivation pour la saison à venir. » 

Pour réussir le passage du Moto3™ au MotoGP™, Miller va avoir beaucoup de travail. Suit-il un programme particulier ?

« Jack a passé un test complet au C.A.R. (Centro de Atlo Rendimiento) de Barcelone, où il a été soumis à plusieurs examens physiques. Les résultats étaient intéressants. Il est en meilleure forme qu’il ne le pensait. Il fait du motocross trois ou quatre fois par semaine et ça l’aide à développer ses muscles, sa résistance et surtout la force de ses bras. Il est important d’éviter les crampes, qui est un symptôme qui touche généralement les jeunes pilotes qui arrivent dans la catégorie reine. Il va continuer à travailler spécifiquement sur les muscles du cou et les triceps, qui sont importants pour rouler en MotoGP. Pour l’instant tout est sous contrôle et nous sommes certains qu’il sera en pleine forme pour la première course. »

Il n’a pas pu utiliser la Honda Open de 2015, la RC213V-RS, à Valence mais en dispose cette semaine à Sepang…

« Oui, nous avons commencé à travailler sur la Honda Open 2015. Jack a réalisé qu’elle avait beaucoup plus de potentiel que la moto de 2014, avec laquelle il avait roulé à Valence. Il a apprécié la puissance, la vitesse de pointe et le moteur, plus souple. Cette moto est dans la continuité du modèle Factory de 2014 mais le châssis a été modifié pour avoir un réservoir plus grand (pour tirer partie de la règlementation Open) et elle utilise l’ECU Magneti Marelli. C’est d’ailleurs le point clé et nous essayons de comprendre précisément comment fonctionne le logiciel sur la RCV. »

LCR aura deux motos et deux staffs techniques différents en 2015. Comment gérez-vous cette situation ?

« Le groupe qui travaillait avec Stefan Bradl travaille maintenant avec Cal Crutchlow, il n’y a pas eu de changement dans le staff du côté Factory. Le staff qui travaille avec Miller est dirigé par Cristian Gabarrini, que nous avions fait venir dans le Championnat du Monde pour qu’il travaille avec Casey Stoner en 125cc en 2003. Depuis, il était passé chez Ducati puis revenu chez Honda, toujours avec Stoner. Les autres techniciens qui travailleront avec Miller sont tous du HRC. »

La saison 2015 sera-t-elle celle du grand retour de Crutchlow ?

« Cal sait que 2015 sera une année très importante pour lui. Il va courir sur une Honda Factory, comme Márquez et Pedrosa, et en se basant sur ce qu’il a fait en 2013 et sur la seconde moitié de la saison 2014, il est le premier à avoir de grands espoirs pour l’an prochain. En même temps, nous devons être réalistes. La Honda demande un pilotage particulier, la vitesse de passage en courbe n’est peut-être pas la plus élevée mais la sortie de virage est impressionnante. Il faut savoir gérer la puissance et éviter de glisser et de partir en travers. Cal le sait et il dit lui-même : ‘Si je veux atteindre le podium, 80% du travail à faire devra venir de moi’. »

Peux-tu nous parler des contrats des deux pilotes ?

« Le team a un contrat avec le HRC qui va d’année en année. Nous espérons continuer à le renouveler parce que nous le faisons depuis que nous sommes arrivés dans la catégorie reine, en 2006. Jack (Miller) a un contrat avec le HRC pour les trois prochaines années et nous espérons continuer à travailler avec lui en 2016 et en 2017. Cal (Crutchlow) a un contrat de deux ans qui inclut une clause qui permet une rupture si l’une des deux parties n’est pas satisfaite des résultats. Nous espérons réussir avec les deux, poursuivre ce projet que notre nouveau sponsor a rendu possible et continuer avec Cal en 2016 et au-delà. »

Comment s’est passée la première journée d’essais à Sepang et quels sont les objectifs fixés pour Miller ?

« Nous voulons que Jack gagne en confiance. Nous ne sommes pas naïfs au point de penser qu’un rookie venant du Moto3 va tout de suite faire des chronos incroyables. L’objectif de ce test est de le mettre en confiance sur la moto avec laquelle il roulera l’an prochain. Il est très important qu’il comprenne comment la moto réagit suivant les différents changements. Nous avons choisi de faire ce test sans trop d’assistances électroniques parce que nous voulons qu’il comprenne que l’électronique pourra l’aider à l’avenir, mais une fois qu’il aura su dompter la nature extrême de sa moto. Une fois qu’il aura adapté son pilotage et son corps à la moto, qu’il aura trouvé la limite naturelle de sa machine, nous le ferons travailler sur l’électronique, par petites doses. Mais il doit d’abord comprendre comment la moto se comporte et dompter la bête ! »

Tags:
MotoGP, 2015, Cal Crutchlow, Jack Miller, LCR Honda

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›