Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Brad Binder, l’espoir de l’Afrique du Sud

Brad Binder, l’espoir de l’Afrique du Sud

35 ans après le dernier titre sud-africain, Brad Binder s’apprête à se lancer à la conquête du titre mondial avec le team Red Bull KTM Ajo, qu’il a rejoint pour 2015.

Monté sur le podium de la catégorie Moto3™ à deux reprises cette année, Brad Binder effectuera sa quatrième saison complète en Championnat du Monde l’an prochain et espère briller sous ses nouvelles couleurs, celle du prestigieux team d’Aki Ajo. Engagé par un team titré trois fois, avec Mike Di Meglio puis Marc Márquez en 125cc en 2008 et 2010 puis avec Sandro Cortese en Moto3™ en 2012, le jeune Sud-Africain sait qu’il devra absolument saisir sa chance l’an prochain et espère briller tout en servant de modèle à son frère cadet, Darryn, qui fera ses débuts en Grand Prix avec WWR après avoir couru en Red Bull MotoGP Rookies Cup.

Brad, toi et ton frère essayez-vous de suivre les traces des familles Márquez et Espargaró ?

« (Rires) Ce serait génial si nous y arrivions… ils ont placé la barre assez haut ! Nous avons toujours aimé les courses, depuis très jeunes. Ça fait trois ou quatre ans que nous n’avons pas couru ensemble, ça remonte à l’époque où nous courions en GP 125 en Afrique du Sud. Ça me paraît déjà loin ! »

« Je sais que ça ne va pas être facile pour Darryn. Les premières années en Grand Prix sont toujours difficiles et vu le niveau actuel du Moto3, ce sera encore plus dur. J’espère qu’il s’en sortira bien et je l’aiderai du mieux que je peux. Nous passons déjà beaucoup de temps ensemble. Je vis en Espagne durant la saison, j’ai une maison à Benidorm, entre Valence et Alicante, et il reste chez moi entre les courses de la Rookies Cup. »

Tu as réalisé de belles performances cette année sur ce qui était une Mahindra compétition-client. Tu as fini deuxième en Allemagne puis tu as eu un autre podium au Japon. D’après-toi, que te manquait-il pour finir sur le podium sur les autres courses ?

« Nous avons eu des problèmes avec le moteur et nous avons dû abandonner de nombreuses fois. J’ai dû rentrer au garage six fois cette saison et ce n’était pas drôle ! Mais Mahindra a travaillé très dur et la moto était excellente. Je suis assez content de mes deux podiums. Je m’étais vraiment donné à fond en Allemagne et j’étais juste derrière Jack Miller, qui avait gagné. D’un côté c’était mon premier podium et je ne voulais pas faire d’erreur mais je voulais aussi gagner. Jack avait cependant un meilleur rythme ce jour-là et il méritait la victoire. »

Tes impressions après tes deux premiers tests avec Red Bull KTM Ajo ?

« Ils sont très professionnels. A un point que ça en devient incroyable et j’ai vraiment adoré mes deux premiers tests. Ils étaient détendus mais tout en étant professionnels. Et la moto… La puissance à bas régime est incroyable ! Le moteur est très souple, facile à contrôler et les entrées de virage se passent comme dans un rêve. On ne part jamais de travers. »

« Sur la Mahindra, j’allais plus souvent de travers que tout droit ! Il est bien plus facile de faire un bon chrono avec la KTM. Il n’y a pas besoin de trop en faire ou d’être à la limite. Je ne peux pas parler des différences entre la KTM de 2014 et celle de 2015 parce que je n’ai fait qu’un test sur chacune d’entre elles. »

Suite à ce que Jack Miller se soit battu pour le titre tout au long de la saison 2014 avec KTM et Ajo Motorsport, as-tu une certaine pression pour l’an prochain ?

« Honnêtement, il n’y a pas de pression supplémentaire pour moi. Quelle que soit la moto que je pilote, je veux simplement gagner et faire de mon mieux. J’ai toujours su que je pouvais courir devant et c’est frustrant lorsqu’on est dans une position où on ne peut pas le faire. Ce podium en Allemagne a été la meilleure chose que je pouvais faire. Ça arrivait juste avant la pause de mi-saison, tout le monde en a parlé pendant un moment et ça m’a aidé à trouver un bon guidon pour 2015. »

Qui seront tes principaux adversaires l’an prochain ?

« Difficile de répondre à cette question en sachant qu’en 2014, il y a eu des courses où on a eu 15 pilotes en lice pour la victoire. Je suppose qu’on peut penser à Danny Kent sur Honda et je pense que Antonelli sera fort, s’il chute moins. Honnêtement, je ne me soucis pas de qui sera l’adversaire, je veux juste gagner ! »

Le dernier titre sud-africain remonte à Jon Eerold en 1980, en 350cc. Peut-on espérer te voir offrir à l’Afrique du Sud un autre titre, 35 ans plus tard ?

« J’adorerais le faire ! Vraiment. Je vais me donner à 110% et faire tout mon possible. C’est une opportunité en or de montrer aux gens ce dont je suis capable, ma première opportunité de me battre pour les premières places de façon régulière. Ça fait trop longtemps pour l’Afrique du Sud et beaucoup de gens sont passionnés de motocyclisme là-bas. J’adorerais que notre pays ait de nouveau un Grand Prix. Nous avons déjà les circuits, Welkom et Kyalami seraient de fantastiques circuits de Grand Prix et les deux ont déjà accueilli des courses par le passé. Ce serait aussi génial pour moi d’avoir une course à domicile. »

Qu’as-tu de prévu pour l’intersaison ?

« En ce moment je suis de retour chez moi à Johannesburg. Je serai avec ma famille pour Noël et le Nouvel An, à Durban, et je rentrerai en Europe en février. Ici, en Afrique du Sud, je profite du soleil (il fait 28°C en ce moment !) et je m’entraîne. »

« Quand je suis chez moi, j’arrive à bien m’occuper mais j’aime bien revoir chaque course. Ça ne m’est pas inhabituel de revoir chaque Grand Prix quatre ou cinq fois ! Je me mets devant l’ordinateur et je les regarde sur motogp.com ! C’est très intéressant de savoir ce qui s’est passé tout au long de la saison et on peut toujours apprendre en regardant ce que les autres ont fait. Je regarde aussi le Grand Prix de l’année précédente avant chaque course, pour savoir ce qui s’est passé. »

« Pour finir, je tiens à remercier tout le monde pour tout le soutien que j’ai reçu cette année. Je suis très excité pour 2015 mais comme toujours, la saison va être longue ! »

Le palmarès de l’Afrique du Sud en Grand Prix :

- L’Afrique du Sud a eu deux Champions du Monde : Kork Ballington (4 titres consécutifs en 350cc et 250cc sur les saisons 1978 et 1979) et Jon Ekerold (350cc in 1980).

- En dehors de Ballington et Ekerold, Alan North est le seul autre Sud-Africain à s’être imposé en Grand Prix, au GP des Nations de 1977, à Imola, en 350cc.

- L’un des premiers Sud-Africains à briller en Grand Prix fut Paddy Driver, qui monta sur le podium neuf fois entre 1958 et 1965. Driver participa aussi à deux courses de Formule 1 avec Lotus. Il est avec Binder l’un des deux seuls Sud-Africains à être monté sur le podium de la catégorie 125cc/Moto3™ (3e place au GP de Belgique, à Spa-Francorchamps, en 1962, sur une EMC).

- L’Afrique du Sud totalise 39 victoires : 31 de Ballington (17 x 250cc, 14 x 350cc), 7 de Ekerold (1 x 250cc, 6 x 350cc) et une de North (1 x 350cc).

- Le dernier Grand Prix organisé en Afrique du Sud eut lieu à Welkom, au Phakisa Freeway, et fut la première manche de la saison 2004. Un rendez-vous historique puisqu’il s’agit des débuts et de la première victoire de Valentino Rossi sur Yamaha. Dani Pedrosa avait remporté sa première victoire en 250cc et Andrea Dovizioso son premier Grand Prix, en 125cc.

Tags:
Moto3, 2014, Brad Binder, Red Bull KTM Ajo

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›