Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Le bilan de Bridgestone au Qatar

Le bilan de Bridgestone au Qatar

Bridgestone revient sur les performances des pneumatiques proposés aux pilotes MotoGP™ au Qatar.

Shinji Aoki, responsable du développement des pneus de compétition chez Bridgestone, discute des choix de Valentino Rossi, des difficultés liées à la présence de sable sur la piste et des performances globales des slicks sur une piste qui était à 26°C pour la course MotoGP™ au Circuit International de Losail.

Les pneus slick de Bridgestone pour le Qatar :
AVANT : Soft, Medium & Hard
ARRIÈRE : Soft, Medium (Asymétrique) & Hard (Symétrique)

Comment s’est passé ce premier week-end de la saison pour Bridgestone ?

« Avoir à peu près douze pilotes, sur des machines différentes, en seulement une seconde sur un tour est un résultat positif et signifie que nous avons atteint notre objectif, qui est de proposer des pneus sûrs et faciles à comprendre. Les performances de nos pneus ont été très régulières sur un circuit très abrasif. Valentino Rossi et Andrea Dovizioso ont eu un pilotage très agressif en fin de course lorsqu’ils se battaient pour la victoire mais Valentino a fait son troisième meilleur temps sur le dernier tour, tandis que pour Andrea il s’agissait de son meilleur tour. »

Rossi a couru avec le pneu avant dur et fini devant cinq pilotes sur pneu avant medium. Quels étaient les avantages du pneu dur ?

« Les choix de pneus dépendent avant tout des préférences des pilotes et Valentino avait été très à l’aise sur le pneu avant dur durant le week-end. Le pneu dur offrait une meilleure stabilité au freinage et plus d’endurance, en ayant d’un peu moins bonnes performances de mise à température et moins de grip sur l’angle. La stabilité accrue du pneu dur a probablement aidé Valentino sur la fin de la course mais le plus important est qu’il s’agissait de celui qui convenait le mieux à son pilotage. Le point positif pour Bridgestone est que l’allocation de pneus prévue pour le Qatar a été utilisée de manières différentes par les pilotes, selon les styles de pilotage et les caractéristiques de chaque moto. »

Le sable présent sur la piste au Qatar diminue généralement l’adhérence et provoque une abrasion plus importante pour les pneus. Quelle était la situation cette année ?

« Le sable sur la piste a été un problème cette année au Qatar mais moins que ces dernières années. Pour la première séance d’essais, les pilotes nous avaient dit que le grip n’était pas optimal et ils avaient choisi des pneus tendres pour avoir autant de grip que possible à l’avant. Certains pilotes ont cependant essayé le pneu avant dur et ça signifie que le sable ne posait pas autant problème que par le passé. Les conditions de piste se sont ensuite améliorées au fil du week-end et nous n’avons pas noté d’usure anormale. Les cinq premiers pilotes Open ont choisi le pneu arrière tendre pour la course et l’abrasion n’était donc pas un problème le week-end dernier au Qatar. Les pilotes savaient qu’ils pouvaient être performants et réguliers avec leurs pneus arrière sur les 22 tours de la course. »

Tags:
MotoGP, 2015

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›