Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Birt : Qui finira donc deuxième à Austin ?

Birt : Qui finira donc deuxième à Austin ?

Une question que les fans américains pourraient se poser avant le GP qui a lieu ce week-end au Texas…

Personne n’a autant ressenti l’impact que Marc Márquez a eu sur le MotoGP™ en 2013 et 2014 que le public américain.

L’Espagnol a tendance à plutôt bien réussir ses séjours outre-Atlantique et reste invaincu au Circuit des Amériques, où il avait mené la course de bout en bout l’an dernier pour s’imposer depuis la pole.

Les cinq dernières courses MotoGP ayant eu lieu aux Etats-Unis ont en fait toutes été remportées par Márquez, qui avait gagné à Laguna Seca en 2013 et compte aussi deux victoires consécutives sur le légendaire Indianapolis Motor Speedway.

Et si on prend en compte ses victoires à Indianapolis en Moto2 en 2011 et 2012, ce sont sept victoires consécutives que Márquez a ramenées de ses voyages aux Etats-Unis.

Tout semble donc être de bon augure pour Márquez et Honda ce week-end au Circuit des Amériques. Márquez voudra tout de suite prendre sa revanche au Texas après une première course décevante au Qatar.

Aucun doute sur le fait que le Circuit des Amériques soit taillé pour Márquez.

Comparé au tracé rapide et fluide du Circuit International de Losail, le Circuit des Amériques est plus de nature ‘stop-and-go’ et joue donc en faveur de Márquez, dont l’une des plus grandes forces sont ses phénoménaux freinages.

Il y a aussi beaucoup d’accélérations qui partent des premiers rapports et qui joueront donc en faveur de la Honda RC213V, célèbre pour ses coups de collier à bas régime. 

Passer l’entrée de virage sur les freins est maintenant un avantage clé que Márquez a sur ses adversaires, un avantage qui sera crucial au Circuit des Amériques, où il y a quatre ou cinq gros freinages. J’avais interviewé le pilote britannique Cal Crutchlow cet hiver et il m’avait offert une fascinante description de la technique d’entrée en virage de Márquez, et il pilote maintenant une Honda quasi-identique à celle de l’Espagnol avec le team CWM-LCR.

Márquez gagne de cruciales fractions de seconde en étant capable de freiner fort et de manière agressive tout en étant sur l’angle et lancé pour passer l’apex.

Crutchlow raconte que Márquez met parfois autant de pression sur le frein avant sur l’angle que quand il est en ligne droite ! D’après Crutchlow, il s’agit de quelque chose d’impossible à reproduire et d’une technique qui mènerait au désastre si on l’essayait sur une autre moto.

Tout ça tient au fait que Márquez a entièrement confiance en ses propres capacités mais aussi à ce que la RC213V lui permet de faire.

On appelle le Texas le ‘Lone Star State’ mais la star de dimanche pourrait bien être la météo.

Les prévisions ne sont pas géniales pour l’ensemble du week-end et la météo pourrait apporter une nouvelle dimension à l’évènement puisque personne n’a encore roulé sur piste mouillée à Austin.

Après avoir remporté une sensationnelle manche d’ouverture au Qatar, Valentino Rossi semblait capable de marcher sur l’eau.

Il devra peut-être le faire pour de vrai dimanche afin de mettre fin à la série de Márquez aux Etats-Unis.

Tags:
MotoGP, 2015, RED BULL GRAND PRIX OF THE AMERICAS, Marc Marquez, Jorge Lorenzo, Valentino Rossi

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›