Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Vers un nouvel accord avec les constructeurs MotoGP™

Vers un nouvel accord avec les constructeurs MotoGP™

Carmelo Ezpeleta, le CEO de Dorna Sports, annonce les grandes lignes du projet MotoGP™ 2017.

Dorna Sports et les constructeurs du MotoGP™ ont un nouvel accord pour 2017. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

« Nous n’avons pas encore d’accord, c’est une proposition qu’ils doivent étudier et j’espère qu’ils l’accepteront. Il s’agit de définir tous les accords commerciaux entre le championnat et les constructeurs ainsi que les teams privés pour la période 2017-2021. Nous avons actuellement un accord avec les constructeurs et les teams qui durera jusqu’à 2016 mais nous proposons de déterminer tous les aspects techniques pour la période 2017-2021, et il n’y aura ensuite pas de changement à moins que tout le monde soit d’accord. Nous avons par ailleurs proposé aux six constructeurs qui se sont engagés à participer - Honda, Yamaha, Ducati, Aprilia, Suzuki et KTM - qu’ils puissent engager deux motos pour lesquelles nous leur paieront un certain montant mais ils auront l’obligation de louer et de fournir deux motos à un team satellite, à un prix maximal qui sera déterminé. Nous couvrirons pratiquement tous les coûts des teams satellites pour la location des motos. De cette manière, les teams feront des économies et la compétitivité du championnat sera assurée, d’autant plus que l’ECU sera le même pour tous. »

« Les constructeurs auront le droit de participer avec deux motos et l’obligation de mettre sur le marché pour les teams existants deux motos de plus, avec un maximum de six motos par constructeur. Cela signifie que si les teams existants ne souhaitent pas utiliser les motos d’un constructeur, un autre constructeur pourra leur fournir des motos, en en ayant un maximum de six sur la grille. »

De quelles façons allez-vous accroître votre soutien pour les teams privés ?

« Le coût de la location des motos, que nous déterminerons en accord avec les constructeurs, et qui comprendra tout sauf les coûts liés aux chutes, sera pratiquement couvert par ce que nous allons offrir aux teams privés. Il s’agit d’une importante augmentation par rapport à l’aide que nous leur fournissons aujourd’hui. Nous allons mettre beaucoup plus d’argent sur la grille, près de 30% en plus de ce que nous investissons aujourd’hui. Il s’agit de nous assurer de deux choses : d’abord que les teams satellites/privés restent les mêmes qu’aujourd’hui, et nous n’accepterons pas de nouveaux teams privés tant que nous n’avons pas moins de 22 pilotes sur un maximum de 24, et ensuite que les teams privés aient la possibilité de louer les motos mises sur le marché par les constructeurs. »

Le Championnat du Monde grandit rapidement puisqu’il y aura six constructeurs en 2017. Que pouvez-vous nous dire du nombre de courses et prévoyez-vous d’ajouter de nouvelles dates ?

« Nous nous sommes mis d’accord avec les constructeurs pour un nombre maximum de courses qui sera de 20 par saison de 2017 à 2021. »

Pensez-vous atteindre le total de 20 et avez-vous déjà une idée des courses qui pourraient être ajoutées ?

« Nous avons beaucoup de propositions. Les accords existants vont jusqu’à 2016. Après ça, nous sommes sûrs d’avoir l’Autriche l’année prochaine pour un total de 19, si rien ne change d’ici là. Après 2017, nous aurons ensuite l’opportunité de changer un ou plusieurs Grands Prix et d’ajouter de nouvelles dates avec les gens qui souhaitent faire partie du Championnat. »

Le MotoGP™ est de plus en plus populaire dans le Sud-Est asiatique, aimeriez-vous avoir plus de courses dans cette région du monde ?

« Nous y sommes récemment allés avec le WorldSBK, en Thaïlande, et l’évènement a eu beaucoup de succès. Le circuit est valide et nous avons beaucoup de propositions dans cette région pour le MotoGP. »

Le GP d’Argentine connaît aussi une forte popularité cette semaine. Souhaitez-vous renforcer la présence du Championnat en Amérique du Sud ?

« Oui mais nous n’avons pour l’instant pas d’autre circuit en Amérique du Sud. C’est compliqué, l’accord avec le Brésil était très difficile à atteindre et au final nous n’avons pas de proposition. Il est presque impossible d’avoir une course au Brésil en 2016. Nous verrons par la suite, nous sommes ouverts aux propositions mais la première condition est d’avoir un circuit sûr. »

Pour finir, avec 24 motos sur la grille en 2017 et un nouveau règlement, vous espérez évidemment voir une compétition plus serrée entre les six constructeurs ?

« Oui, nous pensons qu’avec la même électronique pour tout le monde, le championnat sera plus disputé. Nous espérons que tout le monde aura l’opportunité de gagner des courses ou de se battre devant. »

Tags:
MotoGP, 2015, GRAN PREMIO RED BULL DE LA REPÚBLICA ARGENTINA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›