Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

La relation Rossi-Márquez vue par Matthew Birt

La relation Rossi-Márquez vue par Matthew Birt

La collision entre Rossi et Márquez à Termas de Río Hondo a sans surprise était le principal sujet de la conférence de presse à Jerez…

Présent dans le paddock MotoGP™ depuis près de vingt ans en tant que reporter pour Motorcycle News, Matthew Birt rejoint l’équipe de motogp.com pour la saison 2015 afin de vous proposer des news exclusives ainsi qu’une opinion venant du coeur du paddock.

Sans surprise, leur collision au bout de leur duel à Termas de Río Hondo a été le thème principal de la conférence de presse pré-GP à Jerez. Et la question qui s’est posée est plus précisément de savoir si le contact qui a fait perdre la deuxième place à Márquez et propulsé Rossi vers la 110 victoire de sa carrière en Amérique du Sud aura un impact sur leur bonne relation ?

En d’autres mots, l’Argentine pourrait-elle être l’évènement à l’origine d’une amère rivalité entre Rossi et Márquez, à l’image de ce qu’avaient pu être les relations Rossi avec Biaggi, Gibernau ou encore Stoner ?

Les deux pilotes ont nié que leur relation avait changé et seul le temps nous dira si la relation entre Rossi et Márquez pourra survivre à ce qui s’annonce comme une passionnante bataille pour le Championnat du Monde 2015.

Comme Rossi l’a lui-même dit aujourd’hui, la bataille est davantage sur la piste que dans ce qui pourrait être une guerre psychologique.

Les pilotes aiment s’engager dans des combats sans merci en piste mais en dehors règne un important respect entre chacun d’entre eux et l’on entend rarement des remarques offensantes. Du moins en public.

En ce qui concerne les rivalités, Rossi a tout vécu. Sa rivalité avec Biaggi dépasse de très loin les limites de la piste. Il s’agit d’un clash de personnalités et de cultures. Et de tous ses adversaires, le Romain a certainement été le plus énervant pour Rossi.

Tout a commencé à Suzuka en 2001. Lancé sur la ligne droite des stands, Biaggi avait poussé Rossi dans l’herbe d’un coup de coude à près de 240 km/h.

Rossi avait répliqué en adressant un doigt à Biaggi en le doublant dès le premier virage du tour suivant. 

Et qui pourrait oublier le GP de Catalogne de la même saison, où Rossi et Biaggi en étaient venus aux mains avant de monter sur le podium ?

Des plus grandes rivalités de Rossi, celle avec Gibernau était la plus inattendue. Les deux s’entendaient à merveille avec la course du Qatar de 2004.

Rossi s’était qualifié sur le côté sale, sableux et poussiéreux de la grille de Doha et afin de lui assurer un bon départ, des membres de son équipe étaient venus faire des burnouts en scooter sur sa position de départ.

L’équipe de Gibernau chez Gresini Honda avait porté plainte et Rossi avait été relégué au fond de la grille, avant de chuter en course. Gibernau, lui, avait remporté la victoire.

Rossi déclarait encore aujourd’hui à Jerez qu’il trouvait que Gibernau avait joué « sale ». Les deux se sont depuis réconciliés. La relation entre Rossi et Stoner ne s’est par contre jamais remise de Laguna Seca 2008.

Suite à ce que Stoner ait dominé les essais et les qualifications, la plupart auraient pu miser toutes leurs économies sur une victoire de l’Australien devant Rossi. Mais l’Italien est passé devant Stoner, en perturbant son rythme et en réalisant un audacieux dépassement dans le Corkscrew, que Márquez a lui-même copié cinq ans plus tard. Stoner avait fini sa course sur une chute mais avait affirmé que Rossi avait dépassé les limites du fair-play et qu’il avait perdu son respect pour l’Italien.

L’animosité entre les deux ne s’est depuis jamais estompée et lorsque Rossi avait percuté Stoner à Jerez en 2011, sa tentative de s’excuser dans le box Repsol Honda après la course n’avait pas franchement été bien accueillie par l’Australien.

Jusqu’ici, la rivalité entre Márquez et Rossi a été des plus saines.

Márquez s’est même rendu au ranch VR46 de Rossi à Tavullia et les deux pilotes parlent sans cesse de leur respect mutuel. Rien ne semble avoir changé depuis l’Argentine.

Peut-être qu’un autre contact dans le dernier virage de Jerez pourrait changer tout ça.

Les deux ont souri en conférence de presse lorsqu’on leur a demandé quelle serait leur stratégie si leur duel devait se terminer dans le dernier virage dimanche.

Les deux se sont déjà imposés dans le dernier virage de Jerez. Demandez à Gibernau et à Lorenzo.

Ce dont on peut être sûr, c’est que Rossi et Márquez ne se feront pas de politesses s’ils jouent la victoire dimanche après-midi dans le virage n°13 de Jerez.

Tags:
MotoGP, 2015, GRAN PREMIO bwin DE ESPAÑA, Marc Marquez, Valentino Rossi, Repsol Honda Team, Movistar Yamaha MotoGP

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›