Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Danilo est déçu de son week-end à domicile

Danilo est déçu de son week-end à domicile

Jules Danilo a terminé son week-end au Mans sur une chute après s’être qualifié en sixième position.

Pour son Grand Prix à domicile, Jules Danilo s’élançait depuis la deuxième ligne sur la grille de départ. Une lourde chute en course lui fait perdre tout espoir de briller devant le public français. 

Samedi, Jules Danilo a profité des conditions météo particulières pour se placer en 6e position sur la grille de départ. Pour Danilo, l’objectif était de terminer une nouvelle fois dans les points. Malheureusement, un problème d’embrayage en a décidé autrement et le pilote Honda a chuté en voulant suivre le rythme des leaders. Danilo est bien évidemment déçu de ne pas avoir concrétisé en course sa prestation du samedi. Danilo se concentre désormais sur la prochaine épreuve en Italie sur le tracé du Mugello qui lui correspond beaucoup mieux. 

Parti depuis la deuxième ligne, tu chutes après quelques tours, que s’est-il passé ? 

« Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais pour plusieurs raisons, en commençant par le départ. On ne le voit pas sur les images, mais je suis parti en roue arrière à un tel point que j’ai failli me retourner. J’ai dû couper les gaz. C’était étrange puisque depuis le début de week-end j’avais ce problème sur chaque essai de départ, mais je n’y avais pas prêté attention. Je me suis donc retrouvé derrière le groupe. C’était un peu brouillon, je n’étais pas à l’aise sur les phases de freinage, mon pneu avant glissait et je n’arrivais pas à doubler. C’est un ensemble d’éléments. Je forçais un peu plus pour combler ces problèmes et au virage du Musée, je suis parti en high-side. » 

Fabio Quartararo nous confiait avoir un manque de puissance moteur, as-tu souffert du même problème ? 

« Je ne manquais pas de puissance. Selon moi, c’était plutôt un problème à l’embrayage. Je n’avais pas ce frein moteur qui m’aidait et les rétrogradage n'étaient pas réguliers. C’était un peu difficile pour moi d’être incisifs sur les freins. Alors que j’étais 12e, avec les rapports qui ne passaient pas, le groupe de derrière m’a rattrapé. Je suis vraiment déçu. » 

Après cette chute, tu t’es rendu à la Clinique Mobile, comment vas-tu ? 

« Je ne suis pas blessé. Sur le coup, j’avais mal au talon. Je suis allé à la Clinique Mobile pour passer des examens. Finalement, je n’ai rien de cassé, mais c’est très sensible. Sur les prochains jours, je vais éviter de poser le pied au sol afin d’être en pleine forme pour le Mugello. »

Niccolò Antonelli, ton coéquipier, a manqué le podium en raison d’un problème au rétrogradage, est-ce aussi ton cas ? 

« Niccolò a eu le même problème lors de la FP3. Pour moi, c’était la première fois du week-end. La boite fonctionne, je pense vraiment que c’est le réglage de l’embrayage. Je n’ai pas eu le temps d'en discuter avec l’équipe, mais c’est la première fois que la moto cabre à ce point et que les vitesses ne rentrent pas comme d’habitude. »

Malgré cette chute, t’es-tu senti soutenu durant ce week-end à domicile ? 

« C’était vraiment sympa de voir autant de monde pour nous soutenir. Je pense avoir fait la moitié du travail le samedi avec cette place en qualifications. Évidemment, j’aurai préféré faire une meilleure course pour tous les fans français. Il y avait très certainement des ondes négatives pour les pilotes français dimanche, surtout en Moto3. Vraisemblablement, quelqu’un ne voulait pas que nous terminions notre course à domicile. »

Prochaine épreuve, le Grand Prix d’Italie au Mugello, comment te sens-tu sur ce tracé ? 

« Le Mugello est un circuit que j’apprécie avec des courbes rapides. Je pense que ce tracé me correspond beaucoup mieux. Au Mans, je ne me suis pas trop mal débrouillé. Je suis parti depuis la 6e position sur la grille et être en bagarre pour la 10e place est là où je dois être à l’avenir. La Honda me donne de bonnes sensations dans les courbes rapides et je reste confiant pour le Mugello. Pour le moment, le groupe de devant reste un cran au-dessus. »

Tags:
Moto3, 2015, MONSTER ENERGY GRAND PRIX DE FRANCE, RAC, Jules Danilo, Ongetta-Rivacold

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›