Achat de billets
Achat VidéoPass

Quand les choses se corsent…

Quand les choses se corsent…

Le Mans a été une dure épreuve pour Márquez, mais l’Espagnol et Honda ne sont pas du genre à se laisser faire.

Présent dans le paddock MotoGP™ depuis près de vingt ans en tant que reporter pour Motorcycle News, Matthew Birt rejoint l’équipe de motogp.com pour la saison 2015 afin de vous proposer une opinion venant du coeur du paddock.

Marc Márquez a essuyé le week-end dernier en France la plus grosse défaite de sa carrière dans la catégorie reine.

En 40 courses en MotoGP, il n’avait jamais fini aussi loin du vainqueur sans chuter.

De retour à son meilleur niveau, Jorge Lorenzo a fini avec près de vingt secondes d’avance sur Márquez, qui n’a gagné qu’une fois en 2015 et a manqué le podium trois fois. Qui aurait-pu imaginer un tel scénario avant le début de la saison ?

Si l’on compare son début de saison 2015 et son incroyable série au début de l’année dernière, tout semble indiquer que Márquez et Honda sont à deux doigts de vivre leur première crise.

Au terme des cinq premières courses, Márquez était l’an dernier resté invaincu en qualifications comme en courses et avait mené durant 82 tours. Il n’a même pas atteint la moitié de ce total cette année et n’a mené durant que pour 40 tours.

Il a marqué 56 points de moins que l’an dernier sur la même période et n’avait jamais été aussi loin derrière dans le classement du Championnat du Monde que lors de sa première année en Moto2, en 2011, face à Stefan Bradl.

Quand Márquez était arrivé au Mugello l’an dernier, il avait 44 points d’avance sur Rossi et 80 sur Lorenzo. La semaine prochaine, il ira en Italie avec 33 points de retard sur Rossi et 18 sur Lorenzo.

Le classement des Constructeurs est encore plus impensable puisque Honda a en France chuté derrière Ducati, en troisième position.

Mais il est encore tôt dans la saison et Lorenzo était lui-même dans une situation similaire il n’y pas si longtemps.

Sa réponse a été de remporter deux victoires parfaites à Jerez et au Mans.

Mais il ne faut pas se tromper. Le Mans a été bien plus dur que l’on pouvait s’y attendre pour Márquez.

La Honda n’a pas su réagir à l’importante hausse des températures pour le jour de course. La piste était très différente de celle sur laquelle avaient eu lieu les essais et les qualifications mais Rossi est parvenu à établir un nouveau record du circuit et la course de Lorenzo a été 19 secondes plus rapide que n’importe quelle autre course MotoGP au légendaire circuit Bugatti.

La Yamaha n’a donc pas été aussi gênée que la Honda et dans la guerre technologique pour la suprématie en MotoGP, Yamaha a indéniablement pris le dessus.

La Honda a toujours été une très bonne MotoGP, particulièrement pour la stabilité au freinage et l’entrée en virage, qui ont joué en faveur du style agressif de Márquez et de ses freinages tardifs.

Grâce à Márquez, la Honda semblait être une machine faite pour battre des records et ce dès le début de sa carrière avec Repsol Honda. Dani Pedrosa était lui aussi performant mais sur la période 2013-2014, Márquez a remporté 15 courses de plus que son coéquipier.

Et quand Cal Crutchlow et Scott Redding ont essayé pour la première fois la RC213V, leurs premières impressions s’accordaient sur le fait qu’il s’agissait d’une moto difficile à maîtriser, notamment sur le plan physique. La Honda est incroyablement rapide sur un tour et personne ne sait aussi bien l’exploiter que Márquez, qui a déjà remporté trois pole positions cette saison.

Mais sur la distance de course, la Honda est éprouvante, mentalement et physiquement, et difficile à pousser à la limite durant près de 45 minutes.

La Yamaha est une moto plus facile à piloter. La nouvelle boîte de vitesses full seamless qui est arrivée à Sepang 2 a été une évolution importante qui permet à Rossi et Lorenzo de freiner plusieurs mètres plus tard. Et la YZR-M1 est aussi maintenant beaucoup plus stable sur les entrées de virages. 

Et le travail réalisé sur la géométrie et le contrôle de traction l’ont rendue moins agressive sur le pneu. Les cinq derniers tours, et particulièrement la saison dernière, étaient habituellement le moment où la Honda semblait avoir plus de grip et permettait à Márquez de s’imposer au moment décisif.

Ce dont on peut être sûr, c’est que Márquez et Honda ne vont pas se laisser faire. Il y a probablement déjà deux ou trois cadres différents en phase d’évalutation au Japon.

Márquez ne se bat pas uniquement contre Rossi et Lorenzo. Il se bat contre sa propre moto.

Sur les 12 dernières courses, Rossi, Lorenzo et Márquez ont remporté quatre victoires chacun. Rossi a par contre marqué 56 points de plus que Márquez. 

Mais c’est quand les choses se corsent que les vrais champions se révèlent. Et nul doute que Márquez en est un.

Prenez vos places et préparez-vous pour le feu d’artifice !

Tags:
MotoGP, 2015, MONSTER ENERGY GRAND PRIX DE FRANCE, RAC, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›