Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Loris Baz : « MotoGP en 2016 ? J'espère... »

Loris Baz : « MotoGP en 2016 ? J'espère... »

Quatrième à Misano le week-end dernier, Loris Baz revient sur sa performance et discute de ses perspectives d’avenir.

Pilote Rookie en catégorie Open au guidon de la Yamaha Forward, Loris Baz a terminé au pied du podium ce week-end à Misano, s'offrant même le luxe de terminer devant Valentino Rossi à domicile. Aujourd'hui, le Français mène le classement de la catégorie Open devant Héctor Barberá. Si rien n'est encore fixé quant à son avenir en MotoGP™ pour 2016, il y a toutefois quelques opportunités qui s'offrent à lui.

Une course atypique et une 4e place à l'arrivée, comment s'est passée cette course ?

C'est une course excellente, mais très difficile. Les premiers tours étaient vraiment délicats à cause de la pluie qui s'intensifiait de plus en plus sur le premier secteur, mais pas sur l'ensemble de la piste. Je devais être prudent et vérifier où je me trouvais sur la piste.

La clé de cette course était d'être l'un de premiers à changer de moto pour partir en pneus pluie. Par-dessus tout, il fallait prendre la décision au plus tôt de repasser au box pour revenir en slicks. Après ce dernier changement, il fallait vraiment trouver la trajectoire la plus sèche. Le nouveau revêtement est très sombre et il était difficile de savoir si c'était sec ou mouillé. Il fallait beaucoup de concentration, mais finalement, c'est un excellent résultat pour l'équipe, pour moi. Tout le monde est très content.

Ton équipe et toi aviez préparé une stratégie avant le départ de la course ?

Je pense que la première stratégie était de rester en slicks comme Bradley. À un moment, je me suis dit que je pouvais le faire, puis le tour suivant je me suis aperçu que c'était assez dangereux de rester en slicks. Les Bridgestone ne se comportent pas comme les Pirelli en Superbike : lorsqu'ils refroidissent, il est difficile de garder le contrôle. Encore une fois, le moment le plus important a été le deuxième passage pour repasser en slicks et je pense que j'étais l'un des premiers à le faire. Une fois reparti, je roulais déjà plus vite et je pense même que j'aurais pu m'arrêter un tour avant.

Qui a pris la décision de rentrer au box la deuxième fois ?

La décision était la mienne. Je n'ai même pas informé mon équipe que j'allais m'arrêter la deuxième fois. Habituellement, je leur fais un signe pour que l'équipe se prépare. Je n'étais pas sûr, mais durant le tour, j'ai su que c'était le bon moment. Quand je suis revenu, la moto était prête avec les couvertures chauffantes. Mes mécaniciens ont allumé la moto en à peine dix secondes. Ils ont fait un excellent travail à ce moment précis de la course. Ce n'était pas simple non plus pour eux.

Tu mènes le classement Open avec 5 points d'avance sur Héctor Barberá. Penses-tu être en mesure de rester sur la même dynamique sur les prochaines courses ?

Je suis vraiment content. Mon objectif était de reprendre des points et d'essayer de battre Héctor. Je savais que ce n'était pas facile. J'ai réussi à saisir cette opportunité ce week-end avec un petit avantage. Il faudra continuer à creuser sur le prochaines courses. Aragón, Phillip Island et Valence sont des tracés que je connais. Il connaît bien le Japon alors que je ne le connais pas, mais c’est un circuit qui devrait me correspondre.

Quelques idées pour ton avenir en 2016 ?

Je ne sais pas encore pour la saison prochaine. J’aimerais poursuivre l’aventure en MotoGP, mais j'ai fait de gros sacrifices économiques cette année, je ne pourrais pas faire une seconde saison dans les mêmes conditions, ce n’est pas viable sur l’aspect comptable.  En bref, aujourd’hui j’ai des dettes et je ne suis pas sûr de toucher mes primes de fin d’année. La saison prochaine avec l'arrivée des nouveaux pneus et du logiciel unique, je peux faire de bons résultats comme celui-ci, aussi bien sur le sec. J'ai vraiment envie de concrétiser ma progression en 2016, mais si ce n’est pas viable, il faudra être raisonnable et faire autre chose.

Tags:
MotoGP, 2015, GRAN PREMIO TIM DI SAN MARINO E DELLA RIVIERA DI RIMINI, RAC, Loris Baz, Forward Racing

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›