Achat de billets
Achat VidéoPass

Rossi n’aura pas de meilleure opportunité pour un 10e titre

Rossi n’aura pas de meilleure opportunité pour un 10e titre

Matthew Birt revient sur le Grand Prix TIM de Saint-Marin et de la Riviera di Rimini.

Présent dans le paddock MotoGP™ depuis près de vingt ans en tant que reporter pour Motorcycle News, Matthew Birt rejoint l’équipe de motogp.com pour la saison 2015 afin de vous proposer une opinion venant du coeur du paddock.

À Misano, nous avons vécu tous les rebondissements d’une seule saison en 50 minutes et ma principale conclusion de tout ce chaos est que Valentino Rossi n’aura jamais une meilleure opportunité de remporter un 10e titre mondial.

Durant les deux premières journées de Silverstone et de Misano, Rossi avait inquiété tellement il était loin de Lorenzo et devait très certainement se demander comment il allait pouvoir riposter face à l’impressionnante vitesse de l’Espagnol.

Mais le meilleur dans les courses, et c’est probablement pour ça qu'elles génèrent autant de passion, c’est qu’elles restent imprévisibles et que tout peut arriver.

Nicky Hayden l’avait parfaitement résumé il y a quelques années lorsqu’il semblait déjà avoir perdu le samedi après-midi.

Il avait dit : « On ne sait jamais ce qui va se passer et c’est pour ça que nous sommes tous sur la grille le dimanche. »

Et 24 heures plus tard, il savourait le cava sur le podium.

C’est un propos que l’Américain a souvent tenu par le passé mais qui s’avère on ne peut plus juste pour Silverstone et Misano.

Qui aurait pu anticiper le scénario de la course de dimanche dernier ?

Rossi a manqué le podium pour la première fois en près d’un an et Lorenzo est tombé pour la première fois depuis la première manche de 2014 au Qatar.

Et comme si ça ne suffisait pas, deux Britanniques finissaient sur le podium de la catégorie pour la première fois en 36 ans ! Et Scott Redding montait sur le podium après une chute et deux arrêts aux stands.

Facile à prédire, non ?

Quelle que soit la stratégie qu’ils allaient choisir dans des conditions qui changeaient rapidement, Rossi et Lorenzo étaient forcés de prendre des risques.

Les deux couraient l’un contre l’autre plutôt que contre les conditions, à tel point qu’ils sont tous les deux restés en piste sur des pneus pluie détériorés bien trop longtemps pour finir sur le podium.

L’erreur de Lorenzo a été d’avoir été trop prudent une fois de retour sur slicks. Surpris par la vitesse de Redding lorsque le Britannique l’a doublé (les slicks de Redding étaient déjà à température), Lorenzo a perdu son habituel sang-froid. Il a paniqué et a attaqué trop tôt, sur un pneu pas encore suffisamment chaud à l’arrière, et a violemment chuté dans le virage 15.

Il s’en est heureusement sorti indemne. Je ne suis ni pour Rossi ni pour Lorenzo mais le Championnat mérite d’être décidé sur la piste et non au centre médical. 

Lorenzo était encore en train de traverser le bac à graviers que l’on avait déjà compris que cette erreur non-provoquée, ce qu’il commet très rarement, était un tournant de la saison.

Et c’est pourquoi Rossi a de nouveau l’ascendant avec 23 points d’avance et plus que cinq courses avant un titre qui ferait de lui, à mon humble avis, le plus grand pilote de tous les temps, indiscutablement.

Mais la bataille est loin d’être terminée.

Lorenzo pouvait facilement s’attendre à marquer 50 points à Silverstone et Misano, et donc à prendre le contrôle du Championnat du Monde. 

Beaucoup de gens voyaient les choses aller dans ce sens, moi y compris.

Mais maintenant il a dû retard à rattraper, une fois de plus.

Lorenzo avait repris 28 points en l’espace de quatre courses grâce à une série de victoires inédites entre Jerez et Catalunya plus tôt dans la saison.

S’il réussissait à nouveau, il arriverait à Valence pour la dernière course en tête et avec un maigre avantage.

Et je vais laisser mon côté patriotique s’exprimer un instant pour dire qu’il était fantastique de voir deux pilotes britanniques sur le podium de la catégorie reine pour la première fois depuis 1979.

J’ai vu Bradley Smith et Redding grandir et j'ai suivi leurs parcours depuis leur adolescence et les premiers podiums en 125cc et Moto2™.

Les deux ont reçu leurs lots de critiques depuis leur arrivée en MotoGP™ mais ils ont continué de croire en eux et quand l’opportunité s’est présentée, ils ont su la saisir, comme Danilo Petrucci à Silverstone.

Oui, ils avaient besoin de chance. Mais il y avait aussi du talent et du courage. 

Le prochain rendez-vous sera le MotorLand Aragón. Qui peut prédire ce qui se passera là-bas ? Je vais me contenter d’attendre le dimanche et de voir ce qui adviendra.

Tags:
MotoGP, 2015, GRAN PREMIO TIM DI SAN MARINO E DELLA RIVIERA DI RIMINI

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›