Achat de billets
Achat VidéoPass

Danilo dresse un bilan positif du test à Misano

Danilo dresse un bilan positif du test à Misano

Le Français a pu reprendre confiance après sa chute de dimanche dernier.

Victime d'une lourde chute durant la course dimanche à Misano, Jules Danilo avait pourtant trouvé le rythme durant la qualification le samedi. En bagarre pour les points, le Français a chuté en raison d'un problème de réglage moteur en voulant suivre le rythme de Jorge Martin. Néanmoins, Danilo reste satisfait de ce week-end et du test qui a suivi lundi. Il pense enfin avoir trouvé une solution à ces problèmes sur les virages lents.

Après une bonne qualification, ta course s'est arrêtée prématurément après une lourde chute, que s'est-il passé ?

J'ai fait un bon début de course avec un bon départ en conservant ma 14e place. Je me sentais à l'aise sur la moto après un début de week-end difficile. Nous avons trouvé une solution en toute fin de séance qualificative que nous avons essayé de confirmer par d'autres réglages durant le warm up. Ce n'était pas prometteur et nous sommes revenus à nos réglages de la qualification. J'étais derrière le groupe et je me suis aperçu que Ono avait du mal à le suivre. Je l'ai donc doublé au deuxième tour. J'ai imprimé mon rythme et je voyais que l'écart avec le groupe diminuait légèrement. Malheureusement, le tour précédent, dans le T3, je ruptais sur environ 600m. Il y avait environ cinq dixièmes d'écart avec le groupe. Au rupteur, Ono m'a passé et m'a devancé de plus de 100m. En me bagarrant dans le T4, Martin nous a doublés et nous avons perdu beaucoup de temps. Ayant un bon rythme durant la qualification, j'ai donc suivi son rythme. Dans la deuxième ligne droite, je freine au même endroit que Ono et d'un coup, je vois que je prends de la vitesse. Je lui touche l'arrière et la moto bascule et je chute à très haute vitesse.

Malgré ce fait de course, gardes-tu du positif de ce week-end ?

Je me suis sorti d'une situation relativement mauvaise, ce qui n'est pas mon point fort habituellement. Mon gros problème sur mon style pilotage reste les petits virages. À Misano, j'ai été servi puisqu'il n'y que ce genre de virages. Je pense qu'il faut que nous trouvions une solution dans ces virages qui pourra m'aider pour le futur. L'objectif du test de lundi était de comprendre pourquoi le pneu soft me pose des problèmes alors que c'était un avantage pour moi auparavant.

Justement, comment s'est déroulé ce test lundi ?

Les conditions météo n'étaient pas bonnes. Il y avait beaucoup de vent et il faisait chaud et humide, un peu comme en Malaisie. Au final, nous sommes partis avec les réglages de la course avec lesquels je me sentais bien. Au début, j'étais assez lent à cause du vent. Nous avions aussi quelques problèmes sur les changements de rapport. Je pense que j'ai dû abimer quelques pièces durant ma chute. Le temps de les régler, la première séance était déjà terminée. Lors de la deuxième séance, nous avons testé plusieurs réglages : une géométrie différente, un amortisseur différent à l'arrière. Le bilan était bon, je me sentais bien sur la moto. Je me suis concentré à rouler seul toute la journée pour retrouver mes sensations et aligner les chronos. Le plus important, à chaque changement sur la moto, je le sentais. Alors qu'en roulant face à un autre pilote, on en oublie ses automatismes. Mon temps de la journée était correct par rapport aux autres, d'autant plus étant données les conditions : je ne pouvais pas passer la 6e à cause du vent alors qu'en course, c'était le cas.

Est-ce que ce test te sera utile pour le prochain Grand Prix à Aragón ?

Je pense que oui. Nous avons trouvé un réglage à l'arrière qui me donne beaucoup plus de sensation sur l'angle. À la reprise des gaz, la moto se comporte vraiment bien. Cela m'aide sur une piste où il y a beaucoup de petits virages. À priori, si je me sens mieux sur les petits virages, sur les grands virages, la différence devrait être d'autant plus flagrante. Pour le moment, cela reste théorique. Les réglages changent en fonction de la piste.

Tags:
Moto3, 2015, GRAN PREMIO TIM DI SAN MARINO E DELLA RIVIERA DI RIMINI, RAC, Jules Danilo, Ongetta-Rivacold

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›