Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Un abandon peu habituel pour Loris Baz au GP du Japon

Un abandon peu habituel pour Loris Baz au GP du Japon

Le Français a été contraint au forfait après plusieurs arrêts aux stands.

Comme la plupart des pilotes, presque tous en fait à l’exception du vainqueur Dani Pedrosa, Loris a connu des problèmes de pneu pluie avant à l’occasion de cette manche du Championnat du Monde japonaise, qui l’ont conduit à devoir se retirer de la course. Plusieurs éléments ont causé cette rare situation. Sur un circuit comme Motegi qui comporte plusieurs gros freinages, le pneumatique pluie avant est plus sollicité par les pilotes qui ont une solide masse corporelle comme Valentino Rossi (65 kg), Jorge Lorenzo (64 kg) ou Loris Baz (79 kg) que par leurs homologues plus légers comme Dani Pedrosa (51 kg). Chaque silhouette a en course moto ses avantages et ses inconvénients, et ce dimanche les poids plumes avaient une meilleure chance de préserver leur pneu avant pluie sur la piste séchante.

Un autre point intéressant était que peu d’équipes connaissaient la durée de l’efficacité de ce pneu avant pluie, tous les essais s’étant déroulés sur le sec. Cela a permis à Honda, propriétaire du circuit de Motegi et y développant ses machines de MotoGP, d’avoir une meilleure connaissance due à son expérience, ce qui était tout à fait normal. Honda était ainsi le seul constructeur à placer trois motos parmi les six premières de ce Grand Prix du Japon.

L’abandon de Loris a été décevant, car il a permis à Héctor Barberá de lui ravir la tête du classement général Open, l’Espagnol totalisant désormais 30 points contre 28 au Savoyard. Mais le côté positif est que Loris a appris un circuit difficile, ce qui lui sera utile dans l’avenir, dès l’année prochaine même quand il retrouvera Héctor Barberá comme coéquipier chez Avintia.

« Le warm up s’est bien déroulé car on avait enfin réglé les problèmes subis à Silverstone sur le mouillé en raccourcissant le bras oscillant, c’est-à-dire en avançant la roue dans le bras, expliquait Loris. J’avais alors une super moto, j’étais content et ai fait presque tout le warm up parmi les cinq premiers. Dans les deux derniers tours je n’ai pas attaqué et j’ai perdu pas mal de places, mais j’étais vraiment confiant.

« En course c’était mouillé, mais beaucoup moins que lors du warm up. Je suis parti avec le pneu avant plus dur pour ne pas qu’il se détruise. Mais dès le début je perdais l’avant partout et j’ai pensé que ce pneu avait un défaut. Je suis rentré pour repartir avec l’autre moto qui avait le pneu avant pluie tendre, mais j’ai eu les mêmes problèmes. Toutes les entrées de virage étaient sèches, ce qui faisait surchauffer le pneu, en freinant peut-être trop fort et avec le poids. Ça a été une catastrophe et j’ai dû abandonner, ce qui n’a pas dû m’arriver souvent dans ma carrière, peut-être même jamais (hors chutes).

« C’est la course, et ça ne peut pas toujours bien se passer. Même quand on est sûr de soi, parfois ça ne marche pas. C’est la beauté du sport, mais c’est dommage. C’est une grosse déception, mais le point positif est que le week-end prochain on court à Phillip Island qui est le plus beau circuit du monde et où ça va bien se passer.

« Je souhaite à Alex de Angelis une bonne et rapide convalescence, et j’espère le revoir bientôt avec nous sur les circuits. »

Tags:
MotoGP, 2015, MOTUL GRAND PRIX OF JAPAN, RAC, Loris Baz, Forward Racing

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›