Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Le parcours de Lorenzo jusqu’à son cinquième titre

Le parcours de Lorenzo jusqu’à son cinquième titre

Avec un troisième titre dans la catégorie reine, Jorge Lorenzo se confirme parmi les plus grands pilotes de tous les temps.

Originaire de Majorque, dans les Baléares, Jorge Lorenzo fait ses premiers tours de roue à moto à tout juste trois ans et entame rapidement la compétition en minicross. À neuf ans, il a déjà un palmarès fourni en minimoto, trial et junior motocross. Il débute la course sur routes en 1997 et passe au niveau national l’année suivante pour remporter la Coupe Aprilia en 50cc. Une dérogation lui permet de conquérir le titre du Championnat d’Espagne 125cc en 2000, à seulement treize ans, avant d’également s’imposer dans le Championnat d’Europe l’année suivante.

Une ascension extrêmement rapide le conduit à faire ses débuts dans le Championnat du Monde 125cc en 2002. N’ayant pas encore atteint l’âge règlementaire, il doit attendre les qualifications de Jerez pour faire son entrée en piste et obtient cette année-là une septième place comme meilleur résultat. Il ne se classe ensuite dans les points que deux fois sur les neuf premières manches de la saison 2003, avant un GP du Brésil qui sera l’un des tournants de sa carrière. 

Lorenzo remporte en effet à Rio sa première victoire en Grand Prix mais aussi son surnom, ‘Por Fuera’, après un incroyable dépassement par l’extérieur qui lui avait permis de doubler Casey Stoner et Dani Pedrosa pour décrocher sa première victoire. Le Majorquin adopte rapidement le surnom et en fera plus tard le logo qui orne son casque.

Il s’impose ensuite trois autres fois en 2004 et finit l’année en quatrième position au général avant de passer en 250cc en 2005. Il brille dès sa première année dans la catégorie intermédiaire et signe six podiums avec le team Fortuna Lotus Honda, s’affirmant en même temps comme l’un des pilotes les plus agressifs de la grille. Après le passage de Fortuna Lotus sur Aprilia en 2006, il domine la catégorie et remporte deux titres consécutifs avec un total de 17 victoires. Ses excellentes performances lui valent un contrat de deux dans le team officiel de Yamaha, avec lequel il fait ses débuts en MotoGP™ aux côtés de l'illustre Valetnino Rossi en 2008.

Très attendu, le Majorquin se qualifie en pole position dès sa première course, au Qatar, et finit deuxième de l'épreuve. Il se qualifie à nouveau en tête de la grille lors des deux épreuves suivantes et s’impose dès sa troisième course en MotoGP™, au Portugal. Après un début de saison parfait, Lorenzo chute lourdement en Chine et se fracture les deux chevilles lors des essais libres mais participe à la course et termine quatrième. Il tombe à nouveau à Barcelone, sa cinquième chute en quatre manches, et doit renoncer à la course mais aussi revoir son approche de la compétition. Il se blesse cependant à nouveau après avoir été projeté de sa moto à Laguna Seca mais finit l’année avec deux autres podiums et la quatrième place du classement général.

Après une première année douloureuse, Lorenzo devient l’un des principaux candidats au titre en 2009 et décroche huit podiums, dont deux victoires, sur les neuf premières manches. Cette année-là, il abandonne aussi son traditionnel n°48 pour adopter le 99 et brille dans un superbe duel avec Rossi à Catalunya, où l’Italien s’impose pour ensuite faire la différence dans leur duel pour le titre mondial, dont Lorenzo s'éloigne après ses abandons en Grande-Bretagne puis en République Tchèque.

La chance lui sourit enfin en 2010. Prolongé chez Yamaha Factory Racing, il commence l’année avec une blessure à la main et manque la majeure partie de la pré-saison mais commence tout de même avec une seconde place au Qatar. Premier ou deuxième à chacune des dix premières manches, il ne manque le podium que deux fois sur l’ensemble de la saison, en Aragón et au Motegi, puis termine avec un total de 383 points et son premier titre de Champion du Monde MotoGP™.

Il décide d’adopter le n°1 pour la saison 2011 et se bat vigoureusement avec Casey Stoner mais chute à en Grande-Bretagne, après quoi Stoner accélère la cadence. Une nouvelle chute survenue en Australie, dans laquelle il perd un petit morceau de doigt, mettra fin à sa saison.

Il se remet rapidement de sa déception et réalise un début de saison explosif en 2012, obtenant quatre victoires et deux secondes places en six courses. Lorenzo ne manque ensuite le Top 2 que deux fois, lorsqu’il abandonne au MotorLand Aragón puis à Valence, où il était arrivé en ayant déjà fêté son deuxième titre en catégorie reine.

En 2013, Lorenzo est opposé pour la toute première fois à Marc Márquez et se fracture une clavicule à Assen, où il court cependant pour prendre une cinquième place. Il chute à nouveau et aggrave sa blessure en Allemagne, où il renonce cette fois-ci à la course. Malgré tout, il parvient à remporter cinq des sept dernières courses et demeure en lice pour le titre mondial jusqu’à la dernière épreuve, celle de Valence, qu’il tente en vain de contrôler pour permettre à d’autres pilotes de s’intercaler en lui et Márquez. Il s’impose à Valence mais concède le titre à son jeune compatriote pour quatre petits points.

Il réalise un début de saison désastreux en 2014, en chutant dès le début de la course au Qatar, sa première chute en course depuis Valence 2012. Il saute ensuite le départ à Austin et finit dixième après un ride-through. Alors que Márquez enchaîne les victoires et que Rossi monte en puissance au long de sa seconde saison depuis son retour chez Yamaha, Lorenzo ne remporte que deux victoires et finit l’année en troisième position.

Déterminé à mieux commencer sa saison en 2015, Lorenzo manque le podium lors des trois premières courses, sur lesquelles il obtient deux quatrièmes places et une cinquième place, mais enchaîne quatre victoires consécutives à son retour en Europe tandis que Márquez cumule les chutes et s’écarte très vite de la lutte pour le titre. Pilote le plus régulier, Rossi parvient à prendre l’avantage sur Lorenzo mais est régulièrement rattrapé par le Majorquin. Malgré une chute très coûteuse à Misano, Lorenzo réussit à décrocher son cinquième titre mondial, son troisième en catégorie reine, à Valence, où il part de la pole position pour s’imposer devant Márquez, Pedrosa et Rossi, qu’il devance finalement de cinq points au classement général. Au moment de commenter sa victoire, le Majorquin, premier Espagnol à remporter trois titres en catégorie reine se réjouit d'être le seul pilote pouvant se vanter d'avoir remporté un titre mondial face à Rossi, à Stoner et à Márquez, selon lui ses trois meilleurs contemporains.

Tags:
MotoGP, 2015, GRAN PREMIO MOTUL DE LA COMUNITAT VALENCIANA, RAC, Jorge Lorenzo, Movistar Yamaha MotoGP

Suivre ce sujet ›

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›