Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Lorenzo : « Nous n’avons jamais baissé les bras »

Lorenzo : « Nous n’avons jamais baissé les bras »

Le Champion du Monde MotoGP™ 2015 revient sur la saison de son troisième titre en catégorie reine.

À l’occasion du Test de Valence, le premier de la pré-saison 2016 et le dernier de l’année, Jorge Lorenzo (Movistar Yamaha MotoGP) s’est confié à motogp.com pour revenir sur les temps forts de sa saison 2015 et sa conquête d’un troisième titre de Champion du Monde MotoGP™ :

« Nous avions travaillé dur depuis plus ou moins début 2014 parce que ma condition physique n’était alors pas à son meilleur niveau. Puis petit à petit j’ai progressé et nous sommes arrivés à 2015 en bien meilleure forme qu’en 2014 et la moto était aussi plus performante qu’en 2014. »

« Au Qatar il y a eu l’incident avec le casque, qui m’avait fait perdre une partie de mon champ de vision sur les derniers tours, à Austin j’étais affaibli et j’étais sous antibiotiques, puis en Argentine je n’avais jamais été rapide de tout le week-end et nous avions décidé de mettre les pneus tendres alors que le bon choix aurait été de prendre les durs. J’ai ainsi perdu 29 points sur le leader du championnat et je devais réagir au plus vite. À Jerez, je me suis dit ‘ok Jorge, on y va et on se concentre pour piloter, sans penser à autre chose, fais confiance à ton instinct’. C’est ce que j’ai fait, ça a bien marché et ça a été le début d’une belle remontée si on compte les courses suivantes. »

« Il y a eu des moments du Championnat où je trouvais les choses très difficiles. Le premier a été l’Argentine, quand j’étais 29 points derrière, puis l’autre a probablement été Misano. On était arrivé au circuit le mercredi et la météo avait été parfaite jusqu’au dimanche puis il a plu pour la troisième course d’affilée. C’est là où les points se gagnent… J’étais juste un peu frustré, oui. Mais nous n’avons jamais baissé les bras et ma chute à Misano a été un moment clé parce que j’ai réalisé que je devais uniquement penser à gagner. »

« Valentino a toujours été très intelligent dans son rapport avec les médias et parfois il arrive que l’on s’exprime même lorsque l’on n’a pas forcément raison. Il faut essayer de comprendre ce genre de choses. Il est normal qu’une relation comme la nôtre ait ses moments de tension et surtout après Sepang, où il avait exprimé son opinion et moi la mienne, la situation était alors un petit peu plus tendue. Je pense nous finirons par laisser ça dans le passé et qu’à l’avenir tout redeviendra normal. »

« Avant d’arriver à Valence, j’avais dit à mon team sur Whatsapp ‘Ok les gars, nous devons faire le meilleur week-end de nos vies, dans tous les sens’ et c’est ce que nous avons fait. Je ne crois pas avoir eu par le passé une situation plus difficile ou plus tendue, avec autant de pression que j’en avais à Valence. J’imaginais Valentino finir quatrième et je savais que si Marc et Dani me doublaient, j’allais perdre le Championnat. Je priais pour que cette fois-ci il n’essaye pas de doubler à tout prix. Mais je ne savais pas qu’ils avaient autant de soucis avec le pneu avant et nous avons remporté la course pour remporter le Championnat au dernier moment. Impossible d’avoir une fin de Championnat aussi chargée en émotion. »

« Je n’avais jamais pleuré sur ma moto de toute ma vie mais cette fois-ci c’était spécial parce que je savais combien de sacrifices j’avais dû faire et à quel point j’avais dû souffrir pour réussir. Quand j’ai terminé la course je ne savais plus bien où j’étais et ce qui se passait. Mais au bout d’une heure j’ai réalisé que ça avait été un superbe Championnat, un Championnat très dur, et que nous l’avions finalement remporté. Ça nous avait parfois semblé impossible mais nous n’avions jamais abandonné, nous avions tout essayé et au final l’effort valait le coup. »

« Quand vous perdez un Championnat que vous pensez gagner, en sachant que vous pouvez gagner, et que vous finissez par perdre au dernier moment, vous pensez que vous méritez le titre que vous n’avez pas remporté. Mais ça arrive dans tous les sports. La seule chose que je puisse dire en ma faveur est que nous avons eu le plus de victoires, cinq pole positions, et un peu plus de 270 tours en tête de course contre seulement 50 pour Valentino et bien plus de séances passées en première position… Après ça nous arrivons à Valence et nous réalisons la pole position, le meilleur tour en course et nous gagnons. Difficile de trouver plus pour démontrer que nous méritons le titre mondial. »

« En dehors de l’année dernière, que j’avais finie troisième, j’ai fini premier ou deuxième de 2009 à 2015 et on n’obtient pas ce genre de résultats sans être fort mentalement. Je suis très fier d’avoir été premier ou deuxième durant six ou sept ans mais je suis aussi très fier d’avoir été Champion en me battant et en étant opposé à trois générations de Champions. Il y a Marc (Márquez), qui est le plus jeune, Casey (Stoner), qui a mon âge, puis Valentino (Rossi), qui est le plus âgé. Et pour moi ces trois pilotes sont les plus talentueux et les plus rapides d’au minimum le 21e siècle. »

Tags:
MotoGP, 2016, Jorge Lorenzo

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›