Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Baz: ‘’Le chrono n’est pas une fin en soi’’

Baz: ‘’Le chrono n’est pas une fin en soi’’

Loris Baz fait le point sur ses préparations après ces premiers tests de Sepang, où il a été victime d’une lourde chute à 290 km/h.

Loris Baz, qui évoluait l’an passé chez Yamaha Forward, poursuit son adaptation à la Ducati du team Avintia Racing. Le programme du Français a malheureusement été quelque peu écourté lors des derniers essais à Sepang en raison de la pluie et de cette violente chute en ligne droite. Partie remise à Phillip Island.

Comment vas-tu depuis cette chute et que s’est-il exactement passé ?
Sur le moment j’ai été un peu sonné, comme après une grosse chute. J’ai eu la chance de rien me casser. Il y a eu un souci avec le pneu, pourtant le team avait parfaitement respecté les pressions recommandées. Le problème n’a pas encore été identifié mais ce devrait être réglé pour les prochains essais.

Comment se passe l’adaptation à la Ducati ? En quoi est-elle différente de ta Yamaha de l’an passé ?
Je m’adapte plutôt bien. La Ducati GP14.2 a un plus gros moteur comparé à ma Yamaha de l’an passé. Elle est plus agressive et plus puissante à la fois. Après difficile de comparer les deux avec tous ces changements de pneus, d’électronique.

Mais dès le début j’ai eu un super feeling avec cette moto. A Sepang, c’était un peu plus compliqué. Cette chute nous a fait perdre pas mal de temps de roulage. Le jour suivant, on a eu de la pluie. Au final, on a encore moins roulé que les autres, on n’a pas pu progresser dans les domaines désirés. Nous avons encore beaucoup de travail concernant l’ergonomie de la moto, pour que je puisse trouver la bonne position. En Australie, le team a prévu d’amener une nouvelle selle et d’autres cale-pieds qui devraient me permettre d’être plus à l’aise et de moins charger en entrée.

Sur quels points devez-vous encore progresser ?
On doit encore progresser sur l’ergonomie de la moto. Après, les problèmes varient suivant les tracés. A Sepang, on a beaucoup souffert du pneu arrière. En Australie, la piste est encore différente. Mais il faut pouvoir se servir de ces séances de tests sur ces trois circuits pour remédier à certains soucis tout en apprenant à connaître la moto. Arrivé sur un week-end de course, elle sera sans doute ensuite plus rapide à régler.

Comment se manifeste le soutien de Ducati ?
Il y a en permanence deux personnes de chez Ducati dans notre box. Hector a en plus son télémétriste et moi aussi. En général en fin de journée, on reçoit aussi la visite d’ingénieurs, de Paolo Ciabatti. Ils viennent recueillir notre feeling. Ils nous demandent ce sur quoi on a travaillé. On voit qu’ils se sentent impliqués par ce qu’on fait et ça fait plaisir.

Quels sont tes objectifs pour les prochains essais ?
Je ne me suis pas vraiment fixé d’objectifs pour les essais. Je veux juste apprendre au guidon de cette nouvelle moto, progresser le plus vite possible et sans faire d’erreur. Grâce à ces essais, j’espère pouvoir en tirer tout son potentiel dès le premier Grand Prix. Je ne cours pas après le chrono même si malgré tout, on essaie toujours d’être au plus près des premiers. Mais ce n’est pas une fin en soi.

Loris Baz se rendra les 24, 25 et 26 février prochains à Andorre en compagnie de son coéquipier Hector Barbera, pour la présentation officielle du team Avintia Racing. 

Tags:
MotoGP, 2016, Loris Baz, Avintia Racing

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›