Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Redding : "De retour dans la course"

Redding : 'De retour dans la course'

Scott Redding se confie à motogp.com sur les difficultés rencontrées en 2015 tout en évoquant les tests de Sepang et ses attentes pour 2016

Un nouveau chapitre débute pour Scott Redding. Le Britannique, classé 13e du Championnat du Monde en 2015, rejoint cette saison le team Octo Pramac Yakhnich.

Tu sors d’une saison compliquée.
La saison 2015 fut effectivement difficile pour le team comme pour moi. On se réjouissait de pouvoir courir sur une machine d’usine, nos attentes étaient bien supérieures et au final, nous n’avons pu décrocher le moindre résultat.
A chaque course je me donnais pourtant à fond. Pas un moyen de performer aux essais, aux qualifications. Parfois, en course j’arrivais à faire la différence en étant régulier. Et puis ma moto était tellement différente de celles des officiels après Le Mans, lorsqu’ils sont changés châssis et système d’échappement. On n’aurait plus dit la même machine. J’ai pu résoudre mes soucis alors qu’au même moment leurs motos bénéficiaient d’amélioration. Ca n’était pas facile à vivre. 

A partir du moment où tu as rejoint le team Octo Pramac Yakhnich​, les choses ont semblé de suite changer…
Oui. Mais ça vient à force de travail. Quand les résultats ne sont pas au rendez-vous, c’est difficile de rester motivé. Sur une courte période encore, mais sur l’intégralité d’une année c’est impossible. Je me demandais si ça venait de moi, j’avais totalement perdu  confiance en moi. Et quand je suis arrivé chez Ducati, je me suis immédiatement senti mieux sur la moto. J’ai retrouvé le sourire à Jerez en voyant mon rythme et c’est un peu la même chose qui s’est produit à Sepang. A chaque fois que je monte sur ma moto, je me sens plus fort. C’est comme si j’étais de retour dans la course.

Ca a dû avoir une influence positive sur votre hiver.
Je n’ai ressenti aucune pression cet hiver. L’an dernier je n’avais pas vraiment idée de ce qui m’attendait. A Valence, j’ai terminé premier pilote Open et puis à Jerez j’étais de nouveau devant, du coup ça m’a rassuré. Et dans ces cas-là vous êtes plus détendus, vous vous entraînez plus, bref tout est plus simple. Parfois il ne suffit de pas grand-chose pour ressentir une grosse différence.

Vous terminez septième au cumul des trois journées de tests devant les pilotes d’usine, devant Casey Stoner, satisfait ?
Ces essais se sont très bien passés. Nous avons utilisé deux trains de pneus soft, un le matin du premier jour pour vérifier si tout était ok, donc je n’ai pas vraiment pu exploiter tout le potentiel de ma moto. Je signe mon meilleur temps en pneus durs. Le jour suivant, je suis d’abord sorti en pneu soft, j’ai amélioré. J’ai ensuite passé le pneu dur et je suis allé encore plus vite ! Au final, j’ai réussi à un peu réduire l’écart avec le groupe de tête et pourtant je trouvais le moteur relativement lent. Dans les deux longues lignes droites on perdait facilement six dixièmes. Mais ce résultat est bon pour la confiance.

Est-ce qu’un pilote satellite –comme toi- sera en mesure de remporter une course cette année, compte tenu de la nouvelle réglementation ?
Il n’y a pas de raison pour que ça ne le soit pas. Tout le monde aura le même électronique autant dire que la part accordée au pilote sera beaucoup plus importante. J’aurais enfin la chance de pouvoir montrer ce dont je suis capable, à la différence de ces deux dernières années.  
Je pense que nous avons surtout un coup à jouer pour les premières courses et après on verra bien ce qu’il se passe. Bien sur Honda, Yamaha et Suzuki vont tenter de nouvelles choses. La saison devrait être intéressante.

Quels sont vos objectifs pour cette saison ?
J’espère pouvoir être dans le top 6. Certaines personnes en rigolent mais mes résultats de Sepang montrent que je n’en suis pas si loin. Et les gens ont tendance à oublier qu’il ne s’agissait que de mes quatrième, cinquième et sixième jours sur la nouvelle moto et avec les pneus Michelin. Je n’avais pas eu l’occasion de tester leurs pneus l’an passé à la différence de Yamaha, Honda et Suzuki. Mais à chacune de mes sorties, j’apprends.

Tags:
MotoGP, 2016, Scott Redding, OCTO Pramac Yakhnich

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›