Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Poncharal : “Les places vont être très, très chères”

Poncharal : “Les places vont être très, très chères”

Hervé Poncharal revient sur les performances de ses pilotes au Test de Sepang mais aussi sur celles de la concurrence.

Hervé Poncharal s’est récemment entretenu avec motogp.com et a notamment discuté des performances des pilotes de Monster Yamaha Tech3, Bradley Smith et Pol Espargaró, au Test de Sepang, de leur situation ainsi que du marché des transferts. 

À propos du Test de Sepang…

“Tout d’abord, avant d’aborder le cas particulier de Tech3, je voudrais dire que comme toutes les équipes MotoGP, nous étions partis des essais de Valence (novembre 2015), qui étaient les premiers essais pour 2016, avec quelques questions et quelques inquiétudes, parce qu’il y avait eu beaucoup de chutes de l’avant, un peu inexpliquées, et qu’on avait eu des réactions un petit peu fortes par rapport au nouvel ECU. En tout cas en Malaisie on a été excessivement heureux de voir, et ça je tiens à le dire et à le répéter, que d’une part, les gens de chez Michelin, avec Nicolas Goubert à leur tête, ont fait un boulot incroyable, et je tiens à leur tirer mon chapeau parce qu’on s’est retrouvé dès les premiers tours de roue à Sepang avec un feeling très proche de celui qu’on avait avec l’ancien fournisseur.”

“Et plus du tout de chute sans explication. Nous avons pu travailler de manière sereine et en confiance, avec un très bon feeling, Michelin avait apporté de très bons produits. En dehors du problème particulier qu’a eu Loris Baz - a priori dû à un défaut de pression dans le pneu, ce qui ne devrait plus se reproduire puisque nous avons décidé d’avoir des capteurs de pression dès le Qatar - nous avons eu un super feeling au niveau des pneus. Certains pilotes d’usine ont testé des évolutions que nous n’avons pas eu mais on sait donc qu’il y a encore des choses plus performantes qui vont arriver. Quand on voit le temps de Lorenzo, on peut être confiant quant à la performance du package. Les ingénieurs de chez Yamaha ont en plus fait un super travail du côté de l’électronique et le package dans sa globalité, avec les deux grosses nouveautés techniques, qui sont les pneus et l’ECU unique, nous a rassurés. Encore une fois, les temps parlent d’eux-mêmes.”

Les performances de Bradley Smith et Pol Espargaró

“Pour parler de Tech3 en particulier, commençons avec Bradley puisque c’est celui qui a fini 2015 en meilleure position. On finit sixième en 2015, avec devant nous les deux pilotes officiels Yamaha, les deux officiels Honda et Andrea Iannone, pilote officiel Ducati. Derrière nous on a quand même un paquet de pilotes, dont Andrea Dovizioso, officiel Ducati, les officiels Suzuki et tous les autres pilotes satellites.”

“Faire sixième en 2016 va donc être très compliqué, certainement encore plus puisque le niveau s’est resserré. Toujours est-il que Bradley a encore fait une superbe séance à Sepang sur ces trois jours. Il a beaucoup travaillé sur la compréhension de cette nouvelle centrale électronique. Il a bien sûr passé beaucoup de pneus. Il a fait son meilleur temps sur pneu dur parce que Michelin avait retiré leur option la plus tendre après le problème de Loris. Je pense qu’on était pas mal du tout en pneus durs et puis Bradley a été le seul à faire une simulation de course. Il a fait 21 tours le dernier jour et il a quasiment tout fait en 2’02, avec un bon feeling sur la manière dont les pneus évoluaient au fil des tours, bon feeling aussi au niveau de la façon dont l’électronique gérait la perte d’adhérence. On était donc satisfait, on n’a pas cherché à faire un chrono à tout prix mais il a fait 180 tours et on était vraiment dans le cadre ce que l’on voulait faire et on a coché toutes les cases de ce qui était prévu. On a bien bossé et c’était le but de cette séance.”

“Du côté de chez Pol, malheureusement il y a eu deux chutes. Évidemment, une chute ça retarde toujours la progression du travail, ça fait perdre un peu de confiance. Il n’a pas eu le temps de faire une simulation de course mais ce n’était pas le seul puisque que Bradley a été le seul à la faire. Honnêtement ça a été plus compliqué pour lui, je sais que Pol n’est pas un grand fan de Sepang. On a appris des choses, on n’a pas été là-bas pour rien mais le bilan est moins positif et j’espère que la séance prochaine, qui sera sur un de ses circuits favoris si ce n’est son circuit préféré, sera nettement plus facile et en tout cas plus compétitive et qu’il ressortira là-bas avec un sourire plus affirmé.” 

La concurrence

“Maintenant on est dans un groupe excessivement homogène entre les deux Tech3, les deux Suzuki officielles, les 2 Pramac voire les 2 Avintia, la LCR puis les 2 Marc VDS. Toutes ces machines-là vont être très proches. Les places vont être très, très chères, ça va être très excitant pour les fans et les médias par contre pour nous on est dans une zone qui va être turbulente et excessivement serré. Je pense qu’il faut qu’on garde la tête froide et qu’on prépare techniquement et physiquement nos pilotes à une bagarre qui va être à mon avis très intense.”

“Surtout que fin 2016, quasiment tous les contrats arrivent à termes, et chez les usines, et chez les satellites.  Les pilotes vont devoir se battre mais en plus démontrer qu’ils méritent une bonne place. Je pense donc qu’il va y avoir beaucoup de bagarre et comme d’habitude, il va falloir être bon ! Et surtout garder son calme et ses nerfs.” 

Le marché des transferts et la situation particulière de Tech3

“Même si on n’a pas officiellement ce titre-là, il y a quatre Yamaha sur la grille, deux qui sont gérées en direct par l’usine, puis l’équipe satellite qui est Tech3 mais en réalité il y a une équipe qui est là pour gagner des courses et décrocher le titre, ce qu’ils font très bien jusqu’à présent, et une équipe qui est appelée l’équipe Junior. Il est clair que les pilotes Tech3 2017 seront choisis en consultant nos sponsors, Yamaha et Tech3. Il va y avoir des discussions mais étant donnée la spécificité de notre équipe et notre positionnement, il semble compliqué qu’on puisse avoir les deux mêmes pilotes en 2017. Bradley en est à sa quatrième année, Pol à sa troisième. Soit ils font un super saison et, c’est leur rêve, une place s’offrira à eux dans une équipe d’usine, soit ils font une saison correcte mais sans plus et à ce moment-là on va peut être me dire qu’ils ont montré leur potentiel mais qu’il est temps de rechercher de jeunes pilotes qui sortent des catégories inférieures et la plus prête c’est le Moto2. Je pense que les transferts vont être intéressants pour tout le monde. Les premiers à choisir vont évidemment être les teams d’usine et puis après les autres s’organiseront. Pour nous, il est clair que notre positionnement est de type ‘junior team’.”

Tags:
MotoGP, 2016, Pol Espargaro, Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›