Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Rabat : “En MotoGP™, tout est plus radical”

Rabat : “En MotoGP™, tout est plus radical”

L’ancien Champion du Monde Moto2™ parle de ses premiers pas en catégorie reine et de ses débuts sur Honda RC213V.

Après avoir remporté le titre Moto2™ en 2014, Tito Rabat continue de défendre les couleurs du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS cette année pour ses débuts en catégorie reine. L’Espagnol fait son arrivée en MotoGP™ sur une Honda RC213V, avec laquelle il a déjà fait trois tests en comptant le plus récent, celui de Sepang. 

Tito, qu’as-tu appris en MotoGP™ depuis ta première sortie en novembre 2015 à Valence ?

“La première journée en Malaisie m’a servi à avoir un premier contact et elle a été positive. Cette première journée est toujours un peu étrange, il faut se faire à de nouvelles sensations, à une nouvelle moto, nous avons beaucoup roulé et nous étions globalement satisfaits. Nous avons suivi le même programme le lendemain matin et j’ai pu aller plus vite, dans les 2’02. Nous progressions avec le pneu tendre mais il a ensuite été retiré et il était plus compliqué de rouler avec le dur.”

“Je ne savais tout simplement pas comment piloter la moto avec le pneu dur. Il y avait très peu de grip et je pouvais sentir la moto se mettre à patiner dès que je touchais les gaz en sortie de virage. Ça ne m’a pas mis en confiance, je dois apprendre à utiliser ce pneu et je pense que c’est ce qu’il y aura de plus compliqué pour moi. En dehors de ça, nous aurons d’autres gommes en Australie et nous devrons continuer à travailler sur le pneu dur parce que nous en aurons besoin sur beaucoup de circuits cette année.”

Techniquement, quelles sont les plus grosses différences avec le Moto2™ ? Peut-être les freins carbone ?

“C’est drôle parce que lorsque je les avais essayés pour la première fois à Valence, je ne les avais pas trouvé si différents. Mais en Malaisie, sur un circuit où il faut freiner fort et où on utilise toute la puissance de la moto et plus longtemps, j’ai réalisé que je perdais beaucoup de temps au freinage. Un peu moins le deuxième et le troisième jours mais ces freins s’utilisent d’une manière complètement différente des disques aciers en Moto2™. 

Le pilote d’un prototype MotoGP est aussi plus agressif, n’est-ce pas ?

“Oui, on le réalise à chaque moment, chaque changement de direction, freinage, à l’accélération. Tout est plus agressif, physiquement et mentalement. Tout est plus radical, il y a beaucoup plus de puissance et il faut de la finesse pour que ça fonctionne bien.”

Qu’attends-tu du prochain test à Phillip Island ? Penses-tu que ce sera plus facile qu’à Sepang ?

“Il faut prendre en compte que tous les pilotes MotoGP roulent à Sepang plusieurs fois par an et qu’ils connaissent très bien cette piste. J’ai eu l’opportunité de suivre quelques pilotes et ils avaient plus d’une trajectoire, c’est un circuit complexe. L’Australie est aussi une piste difficile mais il s’agit davantage de ne pas avoir froid aux yeux et de passer les virages le plus vite possible. Il y a moins de possibilités en termes de trajectoire et nous espérons donc avancer. À partir de là, nous devrons continuer à évoluer, petit à petit.”

Tags:
MotoGP, 2016, SEPANG MOTOGP™ OFFICIAL TEST, Tito Rabat, Estrella Galicia 0,0

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›