Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Michelin "totalement favorable au capteur de pression"

Michelin 'totalement favorable au capteur de pression'

En ce début de saison 2016, motogp.com donne la parole à Nicolas Goubert, directeur technique de Michelin Racing.

La saison 2016 marque le retour de Michelin en MotoGP™. Ces tests de Sepang étaient les deuxièmes essais officiels auxquels participaient le manufacturier français et les avancées sont déjà significatives au niveau du pneu avant, comme en témoignent les chronos de Jorge Lorenzo. Un nouveau défi les attend désormais, Phillip Island et sa piste très abrasive.

Quels enseignements avez-vous tiré de ces trois jours de tests ?
C’était notre deuxième session de tests officiels après Valence. Lors des premiers essais, pas mal de critiques nous avaient été faites au sujet du pneu avant. Les pilotes ne se sentaient pas en confiance avec. Mais nous avons depuis effectué d’autres essais avec nos propres équipes, à défaut de pouvoir faire rouler les pilotes officiels durant la trêve hivernale, et on constate une nette amélioration. La première séance à Sepang a permis de le vérifier, notamment avec les chronos de Jorge Lorenzo. On avait également amené de nouveaux profils de pneus, qui ont été testé par pas mal de pilotes d’usine et 90% d’entre eux soulignent une avancée significative. Il faut pouvoir confirmer ça sur les autres circuits mais on est confiant.

Quelle est votre direction de travail actuellement ?
Sur les pneus avant, il s’agit surtout de confirmer nos données mais il y a toujours un travail d’adaptation, car d’un tracé à un autre, le grip et les températures évoluent. Au Qatar, le profil de pneus devrait être assez similaire à celui de Sepang. En revanche pour Phillip Island, c’est encore autre chose... C’est un tracé très atypique avec les pneus arrière. En plus, il fera très chaud au moment des essais, bref c’est le cauchemar de tout manufacturier ! Il faut y prendre encore plus de précaution.

Quelle sélection de pneus avez-vous faite en vue de Phillip Island ?
Les virages à gauche sont plus nombreux à Phillip Island. Il faut donc des gommes plus résistantes de ce côté, tout en étant capables de chauffer assez rapidement sur le flanc droit. Ce critère est d’autant plus important pour l’élaboration du pneu de course, car le Grand Prix n’aura pas lieu à la même saison. Il faut s’attendre à des écarts assez importants en termes de température d’un côté à l’autre du pneu. Le but étant de ne pas se faire surprendre.

Est-ce que vous avez pu finir l’expertise du pneu soft de Loris Baz ?
Nous n’avons pas encore les résultats, ça prend un peu de temps. Il faudra encore patienter jusqu’aux essais du Qatar.

Qu’avez-vous appris au sujet des tours de Bradley Smith en intermédiaire ?
Pour être honnête ça n’a pas été très révélateur. Cette série de tours a été trop succincte. Bradley Smith est sorti juste après que la pluie se soit arrêtée. Et plus que sur n’importe quel autre circuit à Sepang, la piste sèche très vite.

Que pensez-vous de cette mesure adoptée en Commission Grand Prix, visant à rendre obligatoire le capteur de pression ?
Nous sommes totalement favorables. Il ne faut pas transiger avec le contrôle de la pression, c’est une question de sécurité. Bravo aux instances dirigeantes d’avoir pris cette décision rapidement. 

Tags:
MotoGP, 2016

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›