Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

P. Espargaró : "Nous avons besoin de résultats"

P. Espargaró : 'Nous avons besoin de résultats'

Entretien avec le pilote du team Monster Yamaha Tech3.

Champion du Monde Moto2™ en 2013 et meilleur pilote satellite dès sa première année en MotoGP™ en 2014, Pol Espargaró (Monster Yamaha Tech3) fait face à une année décisive en 2016 après avoir manqué ses objectifs en 2015 et s’est livré à motogp.com avant de reprendre la piste à Phillip Island pour le deuxième Test Officiel de l’année.

Pol, comment te sens-tu après les essais de Sepang et avant de reprendre en Australie ?

“Il est difficile de dire si les choses avancent bien ou non parce que ce n’était que le premier test de l’année et qu’il y a encore beaucoup de changements à faire, beaucoup de choses à améliorer et nous sommes encore débutants avec les nouveaux pneus et la nouvelle électronique, d’autant plus que nous n’avions pas d’autres essais en pré-saison et que nos moyens ne sont pas ceux d’un team usine. Il nous manque quelques heures de piste et nous aurions besoin de les accumuler pour progresser sur l’électronique et mieux connaître les pneus.”

“Ça n’a clairement pas été notre meilleur test mais nous savions que ça allait plus ou moins se passer comme ça. Nous savions que les Ducati allaient être rapides parce qu’elles avaient déjà roulé à Jerez et lors d’autres tests, comme Suzuki, et nous avons donc un petit désavantage par rapport à eux, d’autant plus en tant que team satellite. Les pilotes usine se sont rapidement adaptés grâce à leurs ingénieurs qui travaillent sur l’électronique et nous sommes un peu derrière. Nous avons simplement besoin de plus de temps mais il est clair que le sensations n’étaient pas les meilleures. Les chronos et les résultats non plus, mais il faut être patient.”

Dans quels domaines dois-tu travailler davantage pour améliorer tes chronos ?

“Je crois que je ne peux pas beaucoup avancer sur le pilotage. Nous devons nous adapter à l’électronique et aux nouveaux pneus, faire en sorte que tout l’ensemble fonctionne et ensuite je pourrai me concentrer sur la façon de piloter la Yamaha avec ces pneus.”

Hervé Poncharal évoquait récemment le fait qu’il s’agissait probablement de ta dernière saison chez Tech3, pour toi mais aussi pour ton coéquipier Bradley Smith. Quel est ton point de vue sur la question ?

“Oui, effectivement. Je crois que ça va être comme ça pour tout le monde, pour Bradley comme pour moi mais c’est aussi une année décisive pour les mécaniciens, pour le team et les sponsors parce que nous avons tous besoin de résultats. Si nous faisons du bon travail nous pourrons peut-être continuer et dans le cas contraire, il faudra changer. Mais il ne faut pas le prendre comme de la pression. Il faut se donner à 100%, comme lors de la première saison, lorsque nous avions fini sixièmes et premiers parmi les satellites. La saison dernière n’a pas été la meilleure mais nous avions fini cinquièmes à Valence. Il faut être optimistes et espérer que tout se passe bien.”

D’après-toi, quels changements l’électronique unique va-t-elle apporter ?

“Nous avons vu des pilotes s’approcher des Ducati officielles, réduire l’écart sur les officielles, ce qui était logique avec la nouvelle électronique. Dans notre cas, c’est le contraire. Je crois que nous sommes maintenant plus loin des officielles que l’an dernier. Je me souviens que l’an dernier nous n’étions pas à plus d’une demi-seconde de Jorge et à 0,3s de Valentino. Cette année nous sommes restés à deux secondes de Jorge et une de Valentino. C’était pire que l’an dernier et au lieu de nous rapprocher, nous avons été distancés.”

“Je ne sais pas si ça vient du fait que nous sommes un team satellite et qu’il nous reste à faire un travail que le team d’usine fait beaucoup plus vite mais il est clair que nous avons beaucoup de progrès à faire. Nous devons nous rapprocher et notamment des Ducati satellites, qui vont être nos principales rivales et qui ont même réussi à passer devant Valentino.”

Quelle évaluation fais-tu des nouveaux pneus ?

“Michelin a travaillé très dur et le pneu avant a beaucoup progressé. Nous avons plus de soucis à l’arrière et nous en avons eu un gros quand nous avons vu un pneu exploser sur une Ducati. Il faut analyser ce qui s’est passé pour améliorer la sécurité de tous. À chaque test nous avons eu de nouveaux pneus et les résultats sont évidents. Il y a eu beaucoup moins de chutes en Malaisie qu’à Valence l’an dernier et que lors des essais que les teams usine ont fait sur d’autres circuits. Je suis globalement satisfait mais il faut faire attention au pneu arrière pour que ce qui est arrivé en Malaisie ne se reproduise pas.”

Après la chute de Loris Baz, vous avez dû continuer sans pneu tendre. Qu’as-tu pensé du pneu dur ?

“En ce qui concerne le pneu dur, nous avons trouvé qu’il était moins performant que ce que nous espérions. Nous nous attendions à ce qu’il ait logiquement moins d’adhérence mais la différence était trop importante. Mon coéquipier s’en est bien sorti sur pneu dur. Certains pilotes n’ont pas noté de grosse différence mais moi oui et le pneu ne me plaisait pas mais c’était le choix à faire parce que le pneu tendre n’était pas fiable. En termes de grip, le pneu tendre était bien meilleur. Dans mon cas, j’aurais pu faire une simulation de course avec parce que nous avions fait beaucoup de tours avec et sans rencontrer le moindre problème. C’est dommage que Baz ait eu ce problème.”

Tags:
MotoGP, 2016, Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›