Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Tom O’Kane : “Suzuki s’est davantage impliqué"

Tom O’Kane : “Suzuki s’est davantage impliqué'

Tom O’Kane, chef mécanicien d’Aleix Espargaró, évoque son rôle auprès de Suzuki, la boîte de vitesses seamless et la nouvelle réglementation

En quelques années, Tom O’Kane est devenu une personnalité incontournable du paddock. Chef mécanicien chez Suzuki, l’Irlandais a travaillé auprès de nombreux pilotes dont Chris Vermeulen et a assisté de près à l’évolution des machines Suzuki en MotoGP™. Depuis le retour de la marque en catégorie reine, O’Kane est associé à Aleix Espargaró. Et après une première saison réussie, ce dernier est désormais tourné vers 2016. Il se confie en exclusivité au site motogp.com.

Vous officiez pour Suzuki depuis une dizaine d’année maintenant. Y a-t-il des différences notables entre le team Suzuki Ecstar et les autres teams pour lesquels vous avez travaillé ? 

“Les ressources que nous avons à disposition sont plus importantes. Je trouve que Suzuki s’est davantage impliqué dans ce projet comparé aux précédents. Jusqu’à maintenant, nous n’avions jamais été en position de viser d’aussi bons résultats, je pense.”

Viñales s’est fixé comme objectif de terminer dans le Top 6 à chaque course. Pensez-vous qu’Espargaró et sa moto seront en mesure d’en faire autant ?

“À moins de chutes, de déboires ou d’un mauvais week-end de la part du pilote, nous devrions être dans le coup. Cet hiver, Suzuki a fait d’énormes avancées en termes de moteur et la nouvelle électronique semble bien fonctionner avec nous. Nous devrions être dans le Top 6 à chaque course et même en mesure de décrocher quelques podiums.”

En quoi l’électronique s’est révélée être un atout pour une jeune équipe comme la vôtre ? Est-ce que ça a eu un impact sur la partie développement ? 

“C’est mon avis, mais je pense que ça nous a aidés dans le sens où les autres équipes travaillaient dessus depuis de nombreuses années et avaient atteint un niveau très élevé. Cette nouvelle électronique est venue niveler le plateau.”

Le système ECU change-t-il la quantité de travail durant un test ou un week-end de course ?

“Je dirais que sur la première partie de saison nous devrions avoir plus de travail. Nous verrons mais Suzuki a anticipé ça et placé des ressources supplémentaires pour s’occuper de ça.”

Et comment se passe l’adaptation d’Aleix Espargaró à la nouvelle électronique et aux nouveaux pneus ? Le Test de Phillip Island a semblé difficile pour lui.

“Phillip Island a été difficile, on ne peut pas le nier. Le problème a été le grip à l’avant. Il avait eu un bon résultat final Valence et nous avions fait un bon test à Sepang, la moto lui allait bien et il était en confiance avec le pneu avant. Nous verrons comment ça ira au Qatar. Le test est suivi d’une course et ce sera le plus important mais à chaque fois qu’Aleix a testé les pneus, il a eu les mêmes problèmes que tous les autres. Avec les nouveaux, à Sepang, il avait vraiment eu un meilleur feeling, surtout avec les pneus avant, et c’est ce dont il a besoin pour piloter comme il veut.”

En tant que chef mécanicien, quel est ton travail entre le Test de Phillip Island et celui du Qatar ?

“Du point de vue technique, je viens juste de finir mes rapports de Phillip Island et d’analyser les données. J’ai ensuite commencé à préparer le Qatar, ce qui veut dire revoir les données et les rapports de l’an dernier afin d’essayer d’anticiper la façon dont la situation va changer avec les nouveaux pneus. Nous avons une base pour la géométrie de la moto, que nous utilisons depuis que nous sommes passés sur Michelin, et ce sera notre base lorsque nous commencerons à travailler au Qatar.”

Disposerez-vous de la boîte full seamless au Qatar ? Il semble que Tsuda (pilote d’essais de Suzuki) ait eu quelques soucis avec en Australie.

“Tsuda utilisera cette boîte au Qatar lors de la première journée du test. Ensuite nous verrons, les soucis que nous avons eus à Phillip Island ne l’empêchent pas de la tester au Qatar et c’est l’important. Mais quoi qu’il arrive, tout problème qui survient avec la boîte doit être pris très au sérieux et Suzuki fait vraiment attention.”

Est-il crucial d’avoir une boîte full seamless ? Y a-t-il une différence notable sur les chronos ?

“Honnêtement, je n’ai pas pu noter une différence sur les chronos mais ça permet d’avoir une moto plus stable dans les virages et c’est clairement un gros avantage.”

Tags:
MotoGP, 2016, Aleix Espargaro, Team SUZUKI ECSTAR

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›