Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Mike Webb revient sur les départs anticipés du Moto2™

Mike Webb revient sur les départs anticipés du Moto2™

Mike Webb, directeur de course du MotoGP™ s’exprime au sujet des départs anticipés et de ce qu’il s’est produit au Qatar.

Sur le Circuit International de Losail, huit pilotes de la catégorie Moto2™ ont volé le départ ; lesquels sont vus sanctionner par deux types de pénalité. Comme une certaine confusion était entrain de s’installer, le directeur de course Mike Webb a souhaité apporter quelques précisions sur la définition du départ anticipé et sur ce qu’il s’est passé lors du Commercial Bank Grand Prix of Qatar.
Avant toute chose, qu’entendez-vous exactement par ‘départ anticipé’ ?

Un départ anticipé est le fait de partir avant que les feux ne s’éteignent, peu importe si le pilote bénéfice d’un réel avantage. Il y a également sanction lorsqu’un pilote bouge sur la grille, même si ce dernier s’immobilise aussitôt.

Dans ce cas, nous regardons s’ils ont beaucoup bougé, quelle est la position qu’ils avaient très exactement au moment du départ. Tous les départs anticipés que nous avons pénalisés au Qatar, étaient des cas ‘classiques ‘ où le pilote s’avance très légèrement.

Comment expliquez qu’il y ait eu deux types de sanction ?

Nous avons eu un problème technique avec la caméra qui enregistrait le départ. Certaines images ne s’affichaient pas correctement. Cependant nous avons été en mesure d’identifier six départs anticipés et ces pilotes ont été immédiatement notifiés de leur sanction et l’ont observée.

Lorsque notre système s’est mis à refonctionner normalement, nous avons constaté deux départs anticipés supplémentaires : Franco Morbidelli et Sandro Cortese, mais ça a pris du temps. La règle dit que la sanction doit être communiquée au pilote avant la fin du quatrième tour. Lorsqu’un ride-through n’est plus possible, la pénalité de vingt secondes s’applique alors. Nous avons conscience que ces vingt secondes n’équivalent pas forcément au temps perdu dans un ride-through, suivant le circuit. Nous avons demandé à la Commission Grand Prix de se pencher sur ce point.

Certains fans ont eu l’impression que Franco Morbidelli a été plus sévèrement touché par cette sanction. Pourquoi cette décision fut rendue si tardivement ?

Certains teams nous ont aussi dit que ce départ anticipé de Franco Morbidelli était une évidence. Mais toute chose évidente doit pouvoir se vérifier, c’est d’ailleurs pour cela que nous avons des caméras atteignant des taux de précision de 500 images par seconde. Grâce à ces caméras, il nous est clairement possible de dire si un pilote a bougé ou pas au moment du départ. Le signal télévisé nous montrait les motos mais pas les feux dans le même cadre. De la même façon, nous ne pouvons pas se fier au commissaire sur la grille. Donc ce qui paraît une évidence à la télévision, ne l’est pas en réalité.

Finalement, quelles sont les critiques qui ont été formulées au sujet des feux ?

Nous avons entendu des commentaires mais la vidéo n’a rien révélé d’anormal. Aucun dysfonctionnement ne s’est produit lorsque nous les avons testés une seconde fois. Nous avons également vérifié leur durée et il y avait très exactement trois secondes. Or la règle indique qu’ils doivent rester allumés entre deux et cinq secondes.  

Tags:
Moto2, 2016, COMMERCIAL BANK GRAND PRIX OF QATAR

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›

motogp.com
#QatarGP : Les faits marquants

il y a 9 mois

#QatarGP : Les faits marquants

Aspar Mahindra Team Moto3
Bagnaia : “Ma meilleure course”

il y a 9 mois

Bagnaia : “Ma meilleure course”