Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

#ArgentinaGP : Leçons retenues

#ArgentinaGP : Leçons retenues

Le GP Motul de la République Argentine a été pour quelques pilotes l’occasion de retenir une importante leçon.

Un apprentissage continu

Suite à l’épreuve de Termas de Río  Hondo, il apparaît clairement que si la Honda n’est peut-être pas parfaite, Marc Márquez a de son côté su tirer les leçons de sa difficile saison 2015. Présent lors de la conférence de presse du jeudi, il avait été invité à revenir sur l’incident survenu avec Rossi en 2015 et avait reconnu son erreur, admettant qu’il s’était trompé et qu’il aurait dû se contenter des 20 points de la seconde place plutôt que de se risquer dans un duel qui avait mené à sa chute. Cette année, Márquez est arrivé en Argentine plus mature et prêt à penser le Championnat du Monde comme un marathon de 18 courses plutôt qu’un sprint d’une vingtaine de tours.

Márquez a déjà tellement marqué l’histoire des Grands Prix qu’on oublie facilement qu’il n’a que 23 ans. À cet âge, son impatience et sa détermination à s’imposer coûte que coûte, sans prendre en compte les risques, n’ont rien de surprenant. Son pilotage spectaculaire a converti des millions de fans mais en MotoGP™, il faut aussi savoir être régulier.

Dans leurs plus mauvais jours, les meilleurs pilotes de la catégorie reine sont généralement capables de limiter les dégâts et de s’assurer une place dans le Top 6, un concept auquel Márquez a dû s’adapter mais qu’il semble désormais avoir bien compris. Une preuve supplémentaire de son évolution a été la façon dont il a abordé le changement de machine avec son équipe.

Au GP d’Australie de 2013, les pilotes avaient aussi eu l’obligation de changer de moto à mi-distance. Márquez et son équipe avaient alors commis une grosse erreur de calcul et avaient été disqualifiés par drapeau noir pour avoir dépassé le nombre de tours maximal avant de passer par la voie des stands. En Argentine, Márquez est rentré aux stands dès le deuxième tour où il pouvait le faire. Vainqueur haut la main dimanche dernier, ce nouveau Márquez est peut-être encore plus redoutable que l’ancien et sera en plus sur l’un de ses meilleurs terrains de chasse le week-end prochain, au Circuit des Amériques, où il demeure invaincu. 

Maverick Viñales est un autre jeune pilote qui a eu une importante leçon à tirer du GP d’Argentine. Parti à la faute alors qu’il se dirigeait vers son premier podium en MotoGP™ après avoir doublé Valentino Rossi pour prendre la seconde place, le pilote du Team Suzuki Ecstar est revenu dans le paddock visière baissée, probablement pour cacher ses larmes, et en colère avec lui-même pour avoir gâché ce qui allait être sa meilleure performance depuis son arrivée en MotoGP™. 

Mais l’Espagnol a prouvé qu’il était capable de se battre pour le podium et de le faire face aux pilotes les plus expérimentés de la grille et aura certainement beaucoup appris de son duel avec Rossi.

‘The Maniac’

Andrea Iannone a eu plusieurs surnoms au cours de sa carrière. En 2010, il avait brièvement été appelé “l’Incroyable Iannhulk” avant de recevoir le surnom de “Crazy Joe” l’année suivante, un surnom que lui avaient donné ses amis en raison de son style très agressif en Moto2™. L’Italien fut ensuite appelé “The Maniac” à son arrivée dans le team officiel de Ducati, un surnom qui lui allait cependant bien mal en 2015. Plus calme et plus régulier, Iannone finissait effectivement dans le Top 10 lors des quatorze premières courses de la saison et hors du Top 5 seulement trois fois. Sa régularité lui valut de nombreuses félicitations et nombreux sont ceux qui le voyaient comme un possible vainqueur au Qatar pour la première manche de la saison 2016.

Mais “Le Maniaque” est retombé dans ses travers et est parti à la faute en tentant de contre-attaquer face à son coéquipier Andrea Dovizioso, qui a de son côté pu renouveler son podium de 2015 à Losail. Deux semaines plus tard, en Argentine, Iannone a de nouveau commis une grave erreur mais n’en a cette fois-ci pas été la seule victime. Alors qu’il suivait Dovizioso en étant assuré d’un double podium pour Ducati, “Le Maniaque” n’a pas pu s’empêcher de tenter un dépassement impossible dans l’avant-dernier virage et est allé au tapis en emportant son compatriote avec lui. La manoeuvre lui a valu un point de pénalité mais aussi trois positions sur la grille de la prochaine course et un quatrième abandon consécutif.

Si l’agressivité est vitale en course, elle doit impérativement être contrôlée. Comme l’ont souligné les dirigeants de Ducati après la course, le Championnat du Monde MotoGP™ ne se résume par aux performances du pilote, le team et le constructeur courent aussi pour défendre leur propre prestige. Après avoir privé la marque italienne de précieux résultats, l’Italien devra vraisemblablement changer d’attitude au plus vite.

Tags:
MotoGP, 2016, GRAN PREMIO MOTUL DE LA REPÚBLICA ARGENTINA, RAC

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›

motogp.com
Premier Top 5 pour Barberá

il y a 11 mois

Premier Top 5 pour Barberá

motogp.com
Pawi : “Un grand jour pour moi”

il y a 11 mois

Pawi : “Un grand jour pour moi”