Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Jerez ou le début d’une histoire pour l’Espagne

Jerez ou le début d’une histoire pour l’Espagne

Les Espagnols trustent régulièrement les premières places des trois catégories, mais cette réussite n’aurait pas été possible sans Jerez.

L’Espagne n’a pas toujours régné sur le monde de la moto. Avant les années 80, seuls deux Espagnols étaient parvenus à décrocher au moins un titre : Ángel Nieto (125cc et 50cc) et Ricardo Tormo (50cc). A cette époque, le pays ne comptait par ailleurs qu’une seule épreuve, organisée depuis 1969 sur la piste de Jarama. Le projet d’un nouveau tracé à Jerez ne sera porté que bien plus tard, lorsque marché espagnol va commencer à susciter l’intérêt des constructeurs japonais, un engouement qui fleurit en même temps que les succès de pilotes espagnols en 250cc.

En 1984, Sito Pons -actuel manager du team Pagina Amarillas HP40 en Moto2™- remporte le Grand Prix d’Espagne, prestation qu’il réédite deux ans plus tard au guidon d’une Honda NSR 250 satellite avec laquelle il terminera au rang de dauphin. En 1987, le Circuit de Jerez est introduit au calendrier et la première édition connaît un véritable succès auprès du public. Juan Garriga se classe troisième derrière Martin Wimmer et Luca Cadalora en 250cc alors que ses compatriotes Jorge Martinez, Álex Crivillé et Julian Miralles s’adjugent les trois premières places de la catégorie 80cc. Dès lors le Grand Prix d’Espagne deviendra un rendez-vous incontournable.

Les Espagnols continueront de briller dans les petites catégories durant plusieurs saisons. En 1990, Juan Garriga et Sito Pons, tout juste auréolé d’une deuxième couronne en 250cc, grimpent dans la cour des grands. L’Espagne entrevoit alors un espoir de se hisser au sommet de la discipline, mais c’était sans compter sur des pilotes italiens comme Luca Cadalora ou Loris Capirossi. Pons se retire fin 1991 et décide de créer sa propre structure afin d’encourager l’essor de jeunes talents. Garriga l’imite un an plus tard, après avoir combattu les meilleurs.

Álex Crivillé, tout juste âgé de vingt-deux ans, est le premier pilote à porter les couleurs du team Sito Pons et le jeune espagnol fait sensation pour ses débuts. Après seulement deux courses, il décroche son premier podium et le pilote Honda enchaîne ensuite avec une victoire à Assen, pour la huitième manche du calendrier. Crivillé rejoindra le team Honda Factory aux côtés de Mick Doohan deux ans plus tard, une première pour un Espagnol. Sito Pons poursuit quant à lui avec Alberto Puig, qui remportera sa première et seule course en 1995 sur le tracé de Jerez.

Le circuit andalou deviendra dès lors le théâtre de nombreux succès espagnols. Crivillé y signe trois victoires en 1997, 1998 et 1999, année du tout premier titre ibérique en catégorie reine. Et d’autres pilotes suivront après lui parmi lesquels Jorge Lorenzo (vainqueur en 2010, 2012 et 2015), Dani Pedrosa (vainqueur en 2008 et 2013) et Marc Márquez (vainqueur en 2014). Rares ont été les années depuis, où aucun Espagnol ne figurait sur le podium.

Le succès du Grand Prix d’Espagne à Jerez a conduit à la construction de nombreux autres tracés à Barcelone, Valence, Aragón, Almeria et Albacete. En l’espace de 30 ans, l’Espagne est ainsi devenu un des pays références pour la moto.

Tags:
MotoGP, 2016, GRAN PREMIO RED BULL DE ESPAÑA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›

Loris Baz
Un début timide pour Baz à Jerez

il y a 7 mois

Un début timide pour Baz à Jerez