Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass
News
14 jours ago
By motogp.com

Poncharal, partie 1: « Nous avons vécu une année fabuleuse »

En cette fin de saison, motogp.com s’est entretenu avec Hervé Poncharal ; interview dont la première partie est consacrée à son team MotoGP™

En 2017, les représentants du team Monster Yamaha Tech3 ont régulièrement occupé le devant de la scène et pour cause, à eux deux Johann Zarco et Jonas Folger, ont empoché six premières lignes parmi lesquelles deux poles et quatre podiums. Mais ces derniers ont également terminé meilleur indépendant à huit reprises, tout en devançant les officiels Yamaha sur sept épreuves.

De remarquables prestations, qui auront d’ailleurs permis au double Champion du Monde Moto2™ de décrocher les trophées de Rookie of the Year et de meilleur pilote satellite, tandis que l’équipe de Bormes-les-Mimosas finissait en tête du classement structures privées. Hervé Poncharal, patron du team, est justement revenu sur cette campagne 2017, dans le cadre d’une interview où il aborde aussi les premiers essais hivernaux.

Cette année, vous repartez avec les trophées de Rookie of the Year, de meilleur pilote indépendant et de meilleure équipe satellite. À sept reprises, vous avez même devancé les représentants du team officiel en course. J’imagine que le bilan est plus que positif pour vous.
« Même si les essais hivernaux s’étaient avérés extrêmement positifs, jamais nous aurions pensé accomplir une telle saison. Mener le plus grand nombre de tours en course derrière Marc Márquez, décrocher deux pole positions, quatre premières lignes et deux podiums consécutifs sur les derniers rendez-vous : au fond nous en rêvions, mais nous ne l’avions pas réellement envisagé. Nous avons vécu une année 2017 fabuleuse, grâce à Johann bien sûr, qui aura réalisé des performances remarquables, sur des pistes très variées et dans tout type de conditions. Mais n’oublions pas Jonas qui, malgré son absence de la fin de saison, nous aura offert un superbe GP d’Allemagne. Ces prestations ont surpris, aussi bien nos adversaires que les médias. Pour notre part, nous sommes bien évidemment comblés. »

Vous évoquiez à l’instant Jonas. Quelles sont justement les dernières nouvelles le concernant ?
« Les nouvelles sont bonnes, mais je préfère rester prudent. Dans le cas d’une blessure, on a toujours une idée approximative du temps de récupération nécessaire. Cette pathologie, qui affectait Jonas, fut en revanche plus difficile à cerner. Aujourd’hui, nos seules informations proviennent de ceux qui le suivent. On nous dit qu’il va mieux, qu’il devrait être à 100% de son potentiel physique et mental à l’approche des fêtes de Noël. Mais le vrai moment où on saura s’il a totalement récupéré, ça sera fin janvier lorsqu’il remontera sur la moto à Sepang. » 

On tourne la page 2017, place à la saison 2018. Votre équipe a déjà disputé deux jours de Test Officiel à Valence, puis deux jours d’essais privés à Sepang. Comment ça s’est passé ? Est-ce que vous êtes en mesure de nous dire quelles motos auront Johann et Jonas la saison prochaine ?
« Il y a eu pas mal de confusion chez Movistar Yamaha MotoGP en 2017. De notre côté, nous n’avons pas été perturbés par les différentes évolutions de châssis, de moteur ou de suspensions. Nous avons conservé la même moto jusqu’au bout. Nous avons fait en sorte d’en extraire le maximum. Je pense que nous nous en sommes pas trop mal sortis, au vu de la saison que nous avons faite. Notre moto marchait et nous sommes très satisfaits de la manière dont Yamaha nous a suivis. »

« Pour ce qui est de l’année prochaine, nous conserverons le statut d’équipe satellite. Nous n’aurons donc pas les spécifications des pilotes officiels, contrairement à ce que fait le HRC avec Cal Crutchlow ou Ducati avec Danilo Petrucci […] À Sepang, nous avons continué le travail, qui avait été initié lors du Test à Valence, rien de plus. Nous avons évalué deux châssis différents en plus de celui de 2016, mais leurs caractéristiques étaient assez proches. On est plus dans le peaufinage que dans la révolution. En moteur, nous garderons celui que nous avions en 2017. »

Recommandés