Achat de billets
Achat VidéoPass
News
6 jours ago
By motogp.com

J-5 avant le GP de France : Entretien avec Quartararo

Fabio Quartararo, auteur de son tout premier Top 10 de l’année à Jerez, s’est entretenu en compagnie de motogp.com en amont du Mans.

Fabio Quartararo (MB Conveyors – Speed Up Racing), qui faisait le choix de migrer chez Speed Up en vue de la saison 2018, n’aura pas connu une adaptation facile. 20e au Qatar, puis 22e en Argentine, le Français inscrivait finalement ses premiers points de l’année à Austin, avant de s’offrir un Top 10 à Jerez. À vrai dire, ce résultat arrive à point nommé puisque le prochain rendez-vous a lieu au Mans… et le Niçois n’entend pas décevoir son public, comme en témoignent ses déclarations à motogp.com !

Ton adaptation à la Speed Up n’a pas forcément été évidente, mais à Jerez tu inscrits ton premier Top 10 de l’année. Comment expliques-tu un tel déclic ?
« Il est vrai que mon adaptation n’a pas été facile, nous avons changé trois fois de suspensions avant même de débuter la saison. Résultat nous sommes arrivés au Qatar, sans aucune base. Autant dire que les trois premières courses avaient un peu des allures de Test pour nous. Nous savions que le carénage était également un handicap, mais à Jerez nous avons reçu de nouvelles pièces qui ont vraiment été bénéfiques. Ça explique en partie mon résultat, sans compter que je m’adapte de plus en plus à la moto. Mais il faut que je continue de travailler sur mon style de pilotage. »

En quoi cette moto est-elle différente de la Kalex que tu pilotais la saison passée ?
« La moto est un peu plus rigide disons. Mais course après course je me sens de plus en plus à l’aise, ce qui est un point plutôt positif. »

Vous utilisez parfois un bras oscillant en carbone. Qu’est-ce que cela t’apporte ?
« J’utilise ce bras oscillant depuis le début. Il n’y a pas d’énormes différences avec un bras oscillant en aluminium classique, mais en termes de poids, il n’y a pas photo. C’est beaucoup plus léger. Moi j’aime bien et je pense que nous allons le garder. »

La prochaine épreuve se tient au Mans. Que représente cette épreuve pour toi et le fait de courir à domicile ?
« Les espagnols ont quatre Grands Prix, les italiens en ont deux, contrairement à nous, qui n’en avons qu’un. Il faut savoir en profiter car les supporters sont juste incroyables. D’un côté c’est excitant, mais d’autre ça nous met aussi un peu de pression. Quoi qu’il en soit, je vais essayer de leur offrir un joli résultat. »

Sachant que tu sors d’un Top 10, quel objectif te fixes-tu pour Le Mans ?
« J’espère entrer dans les sept premiers, ça serait superbe. Après tout j’y étais bien arrivé l’an dernier sur le sec, en Catalogne et au Qatar. Mais je pense qu’en travaillant bien, c’est un résultat qui est jouable. »

Quand on te dit Grand Prix de France, quel est le premier souvenir qui te vient à l’esprit ?
« Je dirais ma deuxième pole position en Moto3™. J’étais tombé au premier virage durant cette séance, mais j’avais senti le public derrière moi et ça avait été une sensation incroyable. J’avais envie de faire encore mieux. »

Quartararo en pole pour le Grand Prix de France

Recommandés