Achat de billets
Achat VidéoPass
News
8 heures ago
By motogp.com

Lorenzo sur la bonne voie ?

Jorge Lorenzo, qui aura mené neuf tours au Mans, pense avoir identifié une des origines aux problèmes rencontrés au guidon de la GP18.

Jorge Lorenzo (Ducati Team), qualifié en sixième position sur la grille du Grand Prix de France, se sera une nouvelle fois distingué au départ et pour cause l’Espagnol allait signer le holeshot. Pourtant à l’entrée de la Dunlop, ce dernier se sera fait une belle frayeur.

« Normalement, je me sens mieux que les autres en début de course, déclare-t-il. Mais arrivé dans la première courbe, j’ai failli perdre l’avant… Par chance j’ai réussi à rattraper le coup et je suis resté en tête durant neuf tours. »

Au-delà, le représentant Ducati n’aura pas été en mesure de résister, passé coup sur coup par Marc Márquez (Repsol Honda Team), Danilo Petrucci (Alma Pramac Racing), Valentino Rossi (Movistar Yamaha MotoGP), Jack Miller (Alma Pramac Racing) et Dani Pedrosa (Repsol Honda Team). Les raisons d’une telle glissade au classement ? Les pneus, qui ont perdu de leur rendement au fil des tours, mais pas seulement. Le pilote pense avoir trouvé une autre raison, qui expliquerait une partie de ses soucis au guidon de la Desmosedici :   

« L’ergonomie du réservoir me pose quelques problèmes car il est un peu plus avancé. Du coup c’est compliqué car je ne peux jamais reposer mes bras au freinage pendant la course. »  

Alors que Jorge Lorenzo cherche encore à adapter certains détails de sa moto à son style de pilotage, Andrea Dovizioso pense que son coéquipier ne s’est pas tout à fait habitué à la manière de travailler chez Ducati ; avis qu’il partage d’ailleurs avec Alberto Puig :

« Jorge a été habitué à piloter un seul type de moto et je crois qu’il a une idée très précise sur comment piloter cette moto, comment travailler, indiquait l’Italien, lors de la conférence de presse donnée vendredi. Mais chez Ducati ça ne fonctionne pas tout à fait comme ça. Il faut être ouvert disons pour s’adapter à un nouveau mode de travail. »

GP de France : Ce que les pilotes ont pensé de la course

Recommandés