Achat de billets
Achat VidéoPass
News
23 jours ago
By Nick Harris

Assen, un rendez-vous si ‘spécial’ pour Nick Harris

Nick Harris vous partage ses souvenirs d’Assen.

Pour moi, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’Assen soit le seul rendez-vous qui n’ait jamais quitté le calendrier. Après tout, quel circuit est capable de servir de la bière et des frites assaisonnées de mayonnaise à 7h du matin ? Il y a encore quelques années, la course avait également lieu le samedi… et puis comment ne pas évoquer la vie nocturne de Groningue et ces nuits sur le ferry. Des souvenirs à tout jamais gravés.

En tant que fan, j’en ai consommé des frites et des bières. En tant que journaliste et commentateur, j’avoue avoir apprécié ces courses du samedi. Comme ça, je repartais le dimanche matin en direction de l’aéroport de Schiphol et avec le décalage horaire, ça me permettait de rentrer juste pour l’heure du déjeuner. J’ai encore le souvenir de cette odeur dégagé par le bœuf en train de mijoter et de ces pommes de terre, un régal !  

Les voyages en ferry étaient juste fantastiques. On y dormait généralement pas beaucoup, en revanche ça y allait sur la bière et puis c’était ensuite la course pour se rendre jusqu’à Assen. Même chose, le samedi en sortant du circuit. On faisait en sorte de quitter la piste avant la fin des side-cars pour éviter la circulation et saisir à temps le ferry de nuit. Vous pouviez ensuite aller déposer vite fait votre travail et les clichés pris par votre photographe au bureau, avant de filer chez vous.

J'aime les Hollandais parce que nous sommes sur la même longueur d'onde. Ils aiment le MotoGP™, le football et la bière, une excellente combinaison. La première course que j’ai couverte comme journaliste, fut celle de 1980 et elle fut remportée par un certain Jack Middelburg. Je peux vous dire que la foule était véritablement galvanisée. Il fut le dernier Néerlandais à s’imposer sur ses terres, ou du moins en catégorie reine, car huit ans plus tard on assistait de nouveau à des scènes de joie avec la victoire de Hans Spaan en 125cc. Je me souviens d’un vol pris un dimanche matin depuis l’aéroport de Schipol, au lendemain du triomphe de l’équipe néerlandaise de football au Championnat d’Europe de 1988. Ils arrivaient avec leur trophée et une marée orange les attendait. Une fois, les horaires des qualifications furent même modifiés, car les Pays-Bas jouait contre l’Allemagne et qu’ils se sont rendus compte que tout le monde allait regarder le match, que ça soit au circuit ou de chez soi.

La météo est parfois un problème, mais reconnaissez tout de même qu’il n’y a pas beaucoup d’endroit où on serait capable de fermer une autoroute de telle sorte à garer les voitures, car le champ censé servir de parking était inondé.

Lorsque je suis allé pour la toute première fois à Assen en tant que journaliste, le centre d’accréditation se trouvait dans un stade à proximité ; là même où il avait organisé une manche du Championnat du Monde de courses sur glace. Nous étions alors dans un petit village, où notre hôtesse nous avait raconté au petit-déjeuner, comment elle avait caché les aviateurs alliés après leur chute.

Malheureusement, pour des raisons commerciales, ils ont changé le jour de la course en dimanche. Mais en dehors de ça, Assen reste si spécial.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.