Achat de billets
Achat VidéoPass
News
18 jours ago
By Sky Sport Italy

Bagnaia est-il l’héritier de Rossi ?

Le nonuple Champion du Monde était plein d’éloges envers son poulain, qui devient le premier Italien sacré en catégorie reine depuis lui.

En novembre dernier, la légende italienne Valentino Rossi tirait sa révérence à Valence, après pas moins de 432 Grands Prix disputés, neuf titres, 65 poles, 235 podiums dont 115 victoires décrochés toutes catégories confondues : un palmarès à en faire pâlir plus d’un, qui plus est parmi l’élite, où il aura signé 89 succès pour un total de 199 podiums, l’équivalent de sept couronnes empochées aussi bien pour le compte de Yamaha, Honda que Ducati.

On pensait que son départ allait laisser un énorme vide. Mais avant de partir, ‘Il Dottore’ avait pris le soin de constituer une académie, histoire que d’autres Italiens puissent assurer la relève. Et le nonuple Champion du Monde ne croyait pas si bien dire…

Certains d’entre eux à l’image de Franco Morbidelli (Monster Energy Yamaha MotoGP™) ou de Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) lui-même avaient déjà été sacrés en Moto2™ ; des pilotes qui avaient été promus dans la foulée parmi l’élite et qui seront rejoints un peu plus tard par leurs compatriotes Luca Marini (Mooney VR46 Racing Team) et Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team). Malgré tout aucun n’avait réussi jusque-là à franchir cette ultime étape : celle de s’adjuger le graal dans la cour des grands. Un an plus tard, c’est chose faite avec Francesco Bagnaia, qui avait dû se contenter du trophée de vice-Champion en 2021. Et comme tout un symbole, c’est en présence de son mentor, ultime transalpin à avoir accompli un tel exploit à ce niveau de la compétition, qu’arrivait la consécration, justement sur cette piste Ricardo Tormo.

« C’était une course difficile mais j’étais détendu, car j’ai vu au warm-up qu’il était beaucoup moins nerveux qu’en qualifications. Fabio a tout de même réalisé une belle course, il s’est accroché jusqu’au bout, » commentait le n°46 sur les antennes de Sky Sport.

« Ça fait longtemps qu’un Italien n’avait plus empoché de titre et le fait qu’il revienne à Pecco ne pouvait pas mieux tomber, ajoutait-il. Il a un énorme mérite, c’est vraiment agréable de travailler avec lui. »

Alors Francesco Bagnaia marchera-t-il dans les traces de Valentino Rossi ? Certes, le Turinois aura dû patienter quatre saisons avant d’être sacré, contre seulement deux pour le héros de Tavullia. Et à 25 ans, the Doctor avait déjà quatre couronnes à son actif en catégorie reine. Mais Pecco a encore pas mal d’années devant lui. Sans compter qu’il sera parvenu à accomplir une chose qui s’est refusée à son modèle : être titré dans la cour des grands au guidon d’une machine de son propre pays.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Et la couronne 2022 en MotoGP™ revient à...

Recommandés