Achat de billets
Achat VidéoPass
News
28 jours ago
By Sky Sport

Manager ou commentateur : Quel futur pour Lorenzo ?

Le Majorquin s’est confié sur les antennes de Sky Sport Italie, tout en donnant son opinion sur le départ de Valentino Rossi chez Petronas.

Sky Sport profite de cette trêve hivernale pour effectuer un certain nombre d’interviews et la chaîne italienne a plus récemment contacté Jorge Lorenzo ; l’occasion d’aborder ses plans pour l’avenir et le Majorquin y révèle surtout avoir été en étroit contact avec Aprilia, au sujet d’un potentiel guidon pour cette saison.

À vrai dire, les rumeurs ont commencé à circuler au moment où Yamaha a mis fin à ses fonctions de pilote essayeur ; ce qui lui ouvrait tout de même de nouvelle perspectives. Le quintuple Champion du Monde se verrait en effet commentateur, mentor ou manager auprès de jeunes talents.

« Pour le moment, je n’ai plus aucune relation avec Yamaha et comme nous l’avons dit, j’ai été en contact avec Aprilia, indique-t-il. Je me considère comme un ami de Massimo Rivola depuis l’époque où il évoluait en F1. Quand j’allais sur les Grands Prix, je passais toujours lui dire bonjour. Nous nous sommes entretenus mais les négociations n’ont pas débouché. Ils ont préféré poursuivre avec leurs pilotes actuels. Pour le moment, les chances d’être pilote essayeur sont infimes. Mais ça n’enlève en rien mes rêves car j’ai tellement de nouveaux projets en tête, bien plus reposants et tout aussi excitants. J’ai désormais l’opportunité de faire des choses auxquelles je n’avais jamais pu me consacrer auparavant par faute de temps. Être commentateur pour une chaîne télé serait encore une option, ou sinon mettre mon expérience à disposition des plus jeunes, en tant que manager. »

En raison de cette pandémie de Covid-19 qui continue de sévir et d’autres complications, Jorge Lorenzo n’aura quasiment pas testé pour Yamaha, mais l’Espagnol se dit toujours ouvert à un tel rôle, bien conscient de ses qualités sensitives sur une moto. « Je pense que j’ai toujours été un pilote très sensible, capable d’identifier parmi les nouveautés, ce qui fonctionne ou pas, affirme-t-il. C’est un don que j’ai depuis l’enfance, car mon père m’a fait rouler sur des motos, aussi diverses que variées, me dotant ainsi d’une certaine perception. Yamaha m’a accordé sa confiance et ensemble nous avons progressé, en ayant toujours en tête de concevoir une moto simple à piloter […] Quand j’ai rejoint Ducati, certains pilotes avaient tenté ce genre de démarche. Je ne suis pas en état de dire si la la moto est désormais meilleure, s’ils ont progressé. Mais en théorie ils devraient l’être, car plusieurs années se sont écoulées, la M1 devrait avoir évolué. Si on veut faire un parallèle avec d’autres constructeurs, actuellement Yamaha n’a pas de package global comme c’était le cas à l’époque où j’y étais. »

Les aurevoirs de Rossi au team officiel Yamaha !

En parlant de la marque aux diapasons, une des principales nouveautés de cette intersaison est le passage de Valentino Rossi chez Petronas Yamaha SRT : un transfert qui a quelque peu surpris son ancien coéquipier, même si ce dernier n’y voit pas de mal à tout ça. « Je ne m’y attendais pas, reconnaît-il. J’aurais jamais songé le voir courir dans une équipe autre que l’officielle. Ceci étant, je ne pense pas que ça changera grand-chose. Fabio et Franco ont déjà inscrit des résultats similaires et parfois même meilleurs. Pour moi, sa moto sera tout aussi compétitive. Sur le coup, ça a fait parler. Mais Yamaha, comme toute autre société, se doit d’être tournée vers le futur. Je me souviens en 2007, lorsque j’ai signé avec eux, ils redoutaient un possible départ de Valentino vers la F1 ; raison pour laquelle il avait misé sur moi. Maintenant que Valentino est âgé de 41 ans, c’est tout à fait logique qu’ils se tournent vers des pilotes comme Fabio. »

Ducati et Dovizioso : le clap de fin !

Au cours de cet entretien, Jorge Lorenzo a également partagé son opinion sur le départ d’Andrea Dovizioso de chez Ducati ; pilote à qui il avait été associé en 2017 et 2018. « Lorsqu’une relation se détériore, il y a des frictions entre les deux parties et chacun pense que c’est la faute de l’autre, commente-t-il. Il y a toujours deux versions d’une même histoire. Andrea defend son role, sa fierté, son image et pareil pour Ducati avec Luigi Dall’Igna. Dans tous les cas, ce partenariat fut une grande réussite. Preuve en est, Andrea a terminé vice-Champion du Monde à trois reprises et Ducati est revenue dans la course au titre. Ils peuvent être heureux de ce qu’ils ont accompli, en dépit des frictions. De l’extérieur, on ne sait pas exactement ce qui a conduit à leur séparation. »

L’intégralité de l’entretien est à retrouver sur Sky Sport Italie.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés