Achat de billets
Achat VidéoPass
News
5 jours ago
By motogp.com

Grand Prix VisitQatar : Challenge relevé pour Tech3 !

Hervé Poncharal revient pour motogp.com sur ce Grand Prix VisitQatar, leur toute première épreuve disputée avec la KTM RC16.

Le moment était historique pour Tech3 au Qatar, puisqu’après 20 saisons passées dans le giron de Yamaha, le team de Bormes-les-Mimosas alignait pour la toute première fois des KTM RC16 au départ d’une course. Mais en réalité, les préparatifs ont débuté bien en amont. L’hiver n’aura d’ailleurs pas été de tout repos ! Hervé Poncharal raconte pour motogp.com…

« On ne s’en rend pas forcément compte, mais cet hiver nous avons abattu un travail titanesque. Des camions – que vous n’avez certes pas encore vu – aux vêtements, en passant par les box, il fallait que tout soit prêt à temps, explique-t-il. C’était une vraie course contre la montre, mais nous avons su relever ce challenge avec brio, ce qui me rend très fier. À ce titre, j’aimerais en profiter pour remercier toutes les personnes impliquées. Nous avons également eu la chance d’effectuer plus d’essais, puisqu’en plus du Test de Valence, de Jerez, de Sepang et du Qatar, nous avons pu participer aux trois journées du Shakedown avec le team officiel. Je peux d’ailleurs vous dire, qu’en arrivant en Malaisie, les pilotes ont ressenti une énorme différence sur la moto comparé à novembre. Ils étaient bien plus en confiance, tout particulièrement avec le train avant, du coup ils étaient capables de livrer un feedback plus clair et d’attaquer davantage. Mais c’est au Qatar qu’on réalise véritablement que tout commence, car les équipes ne peuvent plus cacher leur jeu. C’est à ce moment-là qu’on peut se jauger et déterminer les forces en présence. »

Ce premier Grand Prix au Qatar aura en tout cas offert son lot d’émotions, avec un Miguel Oliveira (Red Bull KTM Tech3), plutôt compétitif et bien placé en qualifications, qui calait sur la grille. Le Portugais, qui était tout de même en mesure de boucler le tour de formation à la différence de Fabio Quartararo (Petronas Yamaha SRT), allait alors se lancer dans une folle remontée pour tout compte fait terminer 17e, après quelques soucis de grip rencontrés à quelques tours du but.

 « Dans l’ensemble, je dirais qu’on s’en est bien sortis, reconnaît le patron du team tricolore. Miguel s’était qualifié aux côtés de Pol, sachant que les pilotes officiels sont un peu notre référence… Malheureusement il a calé sur la grille ; un événement presque passé inaperçu avec ce qui est arrivé à Fabio. Mais contrairement à lui, Miguel a pu repartir avant que la pitlane ne ferme. Du coup, il a quand même été en mesure de prendre place en fond de grille et je reconnais avoir été bluffé au départ, car au premier virage il en avait déjà doublé huit. Il a ensuite passé les deux factory, ainsi que Jorge Lorenzo jusqu’à atteindre la 11e place. Mais il a sans doute trop tapé dans ses pneus au début et s’est retrouvé en difficulté sur la fin… Le manque d’expérience disons. Pour ce qui est de la moto en elle-même, les performances étaient plutôt pas mal, même s’il y a encore beaucoup de choses à travailler. Miguel avait d’ailleurs un très bon feeling dessus. En tout cas, je suis très impressionné par son rythme, son calme et sa capacité d’analyse ! »

De l’autre côté du box, ce fut en revanche un peu plus compliqué, avec un Hafizh Syahrin crédité d’une 20e place en course… Mais pour Hervé Poncharal, hors de question de baisser les bras. Tout est une question de temps !

« Force est de constater que jusque-là, Hafizh a eu plus de mal à s’adapter et cette situation me peine vraiment, car c’est un garçon tellement gentil, qui se donne à fond dans ce tout qu’il fait, indique-t-il. En ayant une année d’expérience en MotoGP™, beaucoup s’attendait à le voir devant Miguel, mais ça n’a pas été le cas, il termine assez loin. Quoi qu’il en soit, on n’abandonne pas et on fait tout notre possible pour l’aider. Chez certaines personnes l’acclimatation peut prendre un peu plus de temps. Je connais son potentiel et voir ce dont est capable son coéquipier avec cette même moto a de quoi le motiver. »

Alors que peut-on attendre du binôme Miguel Oliveira – Hafizh Syahrin pour la prochaine course, qui se tiendra dans un peu moins de trois semaines à Termas de Río Hondo ?

« Au Qatar, on avait l’avantage d’y avoir roulé avant. En Argentine, ça sera tout nouveau… ou du moins pour Miguel, déclare-t-il. Nos deux pilotes apprécient le tracé, après à voir ce qu’il en sera sur la KTM. Il faudra continuer à aller de l’avant et mieux cerner la moto, pour être le plus proche possible du binôme Johann – Pol avec Miguel, voire devant, sachant que les trois se tenaient dans un mouchoir de poche au Qatar. En d’autres termes, l’objectif sera de marquer des points. Ça ne sera pas simple, vu le niveau de la grille. Les écarts sont incroyablement serrés, ce qui rend d’ailleurs notre sport encore plus excitant cette année. Mais nous allons nous battre et globalement, nous avions plutôt le sourire en partant du Qatar. »

Son regard sur la course de Marco Bezzecchi et Philipp Öttl en Moto2™…

« Je suis Marco depuis 2017. C’est un vrai guerrier, il est doté d’un très fort potentiel, mais je reconnais que je m’attendais à une adaptation un peu plus rapide, au vu des performances signées par d’autres rookies comme Fabio Di Giannantonio, Jorge Martín ou Enea Bastianini. Il a un style encore très proche du Moto3™. Je ne remets pas en cause ses capacités, loin de là. J’ai confiance en lui et les gens de la VR46 Riders Academy ne cessent de me répéter, ‘ne t’inquiète pas ça va le faire’. En plus de ça, il n’a pas forcément été gâté lors de sa première course puisqu’il s’est fait d’emblée percuter par un autre pilote. Il est reparti courageusement et tournait dans des chronos plutôt corrects, qui lui auraient permis de terminer aux portes de points. Tout ça, malgré un mollet bien abîmé et un tendon d’achille partiellement déchiré, à tel point d’ailleurs qu’il a fallu le porter lorsqu’il est arrivé au box. Bien sûr, il était très déçu, mais je pense qu’il a énormément appris […] Concernant Philipp, même chose : il a un peu du mal à faire évoluer son style de pilotage. Mais ce sont deux rookies, il faut leur donner du temps ! »


Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.