Achat de billets
Achat VidéoPass
News
11 jours ago
By motogp.com

Ces évolutions introduites en première moitié de saison

motogp.com vous propose un petit listing des nouveautés étrennées par chaque constructeur jusqu’à présent.

Tags MotoGP, 2021

En cette période de trêve estivale, motogp.com a jugé bon de faire un petit récapitulatif des nouveautés introduites jusqu’à présent par chaque constructeur.

Yamaha :

Cette année, la marque aux diapasons a confié ses nouvelles M1 à Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP), Maverick Viñales (Monster Energy Yamaha MotoGP) et Valentino Rossi (Petronas Yamaha SRT), avec une partie cycle retravaillée, puisque la version 2020 leur avait causé quelques problèmes.

En dehors de ce châssis, plus similaire à celui de 2019, le constructeur japonais introduisait également le fameux holeshot device à l’avant : un outil dont ‘El Diablo’ faisait un parfait usage au départ du Grand Prix d’Italie et qui les mettait à égalité avec Ducati, Honda, KTM et Aprilia. Sans oublier ce nouveau garde boue avant, conçu à des fins aérodynamiques, mais pas seulement. Il s’agissait également de refroidir le pneu pour éviter que sa pression n’augmente trop.

Ducati :

Le clan Ducati, emmené par Luigi Dall’Igna, a toujours fait figure de précurseur en matière d’évolutions technologiques. Ceci étant, cette Desmosedici 2021 est relativement proche du modèle 2020. La ‘salad box’ est juste légèrement différente. On observe également quelques retouches en bas du carénage, très probablement pour plaquer davantage la moto au sol et lui permettre de mieux tourner.

Ducati utilise quant à elle son holeshot device avant depuis le début. Dernière petite subtilité : cette prise d’air qui a fait l’objet de quelques petites modifications, à peine visibles.

Suzuki :

À la différence de toutes les autres marques, Suzuki ne possède pas de holeshot device à l’avant : un dispositif que Joan Mir (Team Suzuki Ecstar) fait pression pour avoir, de crainte de ne pas pouvoir conserver sa couronne.

Le Champion du Monde et son coéquipier Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) ont bien testé un nouveau châssis durant la pré-saison, mais faute d’avoir suffisamment de temps pour l’évaluer, ils ont préféré s’en tenir à cette GSX-RR, qui avait si bien fonctionné en 2020. Était-ce le bon choix, puisque dans le même temps, ses adversaires progressaient assez nettement ? Malgré tout, on note de légers ajustements sur le plan aéro.

Ceci étant, les deux hommes auront déjà pu tester le moteur 2022 et Sylvain Guintoli indiquait, en marge du Test en Catalogne, qu’une décision avait été prise à ce sujet ; la vitesse de pointe étant encore un domaine qui leur fait défaut, comme chez Yamaha.

KTM :

Ce n’est un secret pour personne, la marque autrichienne aura connu un véritable déclic, dès lors que le nouveau châssis aura été introduit. À compter du GP d’Italie, les résultats de Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing) décollaient d’ailleurs. Cette RC16, qualifiée par Pit Beirer de ‘nouvelle génération’ retrouvait ainsi les avant-postes, à l’instar des prestations offertes en 2020.

À vrai dire, Dani Pedrosa, entouré de toute l’équipe Test, ne se seront pas ménagés pour développer ce prototype, en gardant à l’esprit le moyen comme le long terme. En plus du nouveau châssis, le binôme bénéficie aussi d’un nouvel échappement, d’une nouvelle assise et d’un nouveau bras oscillant.

Au Test de Montmeló, on remarquait aussi un autre carénage, avec de petits trous sur le côté, accompagnés d’ailettes.

Aprilia :

Comme annoncé en début d’année, cette RS-GP 2021 est flambant neuve : du châssis au moteur, en passant par la ‘salad box’, l’échappement, l’aéro… presque tout a été changé et on a vu un sacré contraste, que ça soit en termes de performances ou de fiabilité. Ce prototype est extrêmement maniable. Toutefois comparé à ses rivales, il lui manque toujours quelques chevaux.

Aprilia possède également le double holeshot device et un garde boue différent, certainement pour jouer sur le flux d’air.

Honda :

Honda n’a pour sa part pas lésiné sur les moyens pour tenter de rectifier le tir. Au total, ils auront déjà utilisé trois châssis distincts : le 2021 avec ces inserts en carbone, le 2020 auquel Marc Márquez (Repsol Honda Team) aura eu recours à presque tous les Grands Prix et le nouveau, que l’octuple Champion du Monde et son coéquipier auront adopté à Assen, celui en l’occurrence monté du châssis testé par Stefan Bradl à Jerez en janvier dernier.

La firme japonaise s’est également alignée sur ses concurrents en se dotant du double holeshot device. Un nouveau carénage aura par ailleurs été dévoilé au Sachsenring, sachant qu’ils avaient déjà essayé pas moins de cinq packages.

La RC213V, tout de noir vêtu, arborait en outre une prise d’air totalement redessinée lors du Test à Montmeló : un élément qui sera à surveiller en fin d’année. À noter enfin que Marc Márquez et Pol Espargaró (Repsol Honda Team) n’ont pas recours au même échappement.

En attendant, le travail continue pour faire la différence sur cette deuxième moitié de saison. Alors rejoignez-nous – si ce n’est pas encore fait – sur le groupe Facebook MotoGP™’s Tech et restez attentifs aux prochaines séances !

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés