Achat de billets
Achat VidéoPass
News
2 jours ago
By motogp.com

Entre de bonnes mains, par Nick Harris

L’ex-commentateur du MotoGP™ s’intéresse aux exploits de Jorge Martín et de Brad Binder, qu’il considère comme la relève.

Tags MotoGP, 2021

La semaine passée dans une interview, on m’avait demandé si le MotoGP™ pouvait survivre sans son icône Valentino Rossi (Petronas Yamaha SRT). Je vous laisse imaginer que si cette question m’avait été posée après ce GP Bitci d’Autriche, tous les doutes auraient été effacés. Je vous assure : le futur de ce sport est entre de bonnes mains.

Bien évidemment, beaucoup regretteront le charisme et les aptitudes du n°46… Franchement qui dirait le contraire ? Mais ces guerriers qui se sont affrontés ce dimanche durant 28 tours ont prouvé qu’il ne fallait en aucun cas se préoccuper pour l’avenir. Nous sommes tout simplement dans une période de transition et si ce dimanche fut un aperçu de ce qui nous attend avec la nouvelle garde, nous allons nous régaler !

Par où commencer ? Entre Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing), qui a défié les éléments pour faire triompher KTM devant près de 80 000 fans patriotiques, sur une moto pourtant chaussée de slicks et l’incroyable remontée de Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) dans les deux derniers tours ; l’Italien étant encore passé tout près de sa première victoire… Sans oublier Jorge Martín (Pramac Racing), récompensé d’un nouveau podium, sept jours à peine après avoir ouvert son compteur dans la cour des grands.

Brad Binder et Jorge Martín sont à mes yeux les parfaits exemples du pourquoi je suis si optimiste. Ils illustrent totalement le pilote MotoGP™ de l’ère moderne. Ils ont durement bataillé en Moto3™ et Moto2™. Les trois premiers de ce dimanche y ont d'ailleurs tous été sacrés. Je me souviens encore de ce jeune Jorge en conférence de presse, tout sourire après chacune de ses poles : un exercice dans lequel il excellait. En revanche la victoire s’est souvent refusée à lui… enfin jusqu’à ce triomphe au GP de Valence 2017. Dès lors un déclic se produisait et l’année suivante, il était titré avec sept succès à la clé. Brad avait pour sa part remporté la couronne mondiale dans cette même catégorie en 2016.

Et ces talents suivent les traces de véritables légendes, puisque ces prestations signées ces deux derniers week-ends leur permettent d’intégrer un cercle très fermé… Brad Binder s’est illustré à deux reprises en MotoGP™. La première fois c’était à Brno pour son troisième départ parmi l’élite. Quand vous réalisez que seuls Jorge Lorenzo ou Kenny Roberts ont été capables d’exploits similaires, vous comprenez le niveau du garçon. À Jorge Martín, il lui aura fallu de son côté six courses pour se faire un nom : une performance digne de John Surtees, unique pilote à ce jour à avoir conquis le trône en F1 et en moto !

Rares sont ceux qui ont gagné du premier coup. Geoff Duke (Île de Man – 1950), Max Biaggi (Suzuka 1998) et Jarno Saarinen (Paul Ricard – 1973) y sont bien parvenus, pour ne citer qu’eux. Deux tentatives auront quant à elles été nécessaires à Marc Márquez (Austin 2013). Même chose pour Les Graham en 1949. Il avait mené la toute première course de l’histoire au TT, mais son AJS allait tomber en panne. La victoire s’était finalement offerte à lui au GP de Suisse.

D’autres auront mis un peu plus de temps, à l’image de Giacomo Agostini, qui empochait son premier succès après sept épreuves, plus exactement à Imatra en 1965. Valentino Rossi s’imposait au bout de neuf rendez-vous à Donington, alors qu’il avait fait un bref passage par la case hôpital la veille. Mais ça valait le coup d’attendre, car 88 autres triomphes suivront en catégorie reine. Mike Hailwood et Wayne Rainey patientaient enfin 12 manches. Mais la palme revient de loin au quintuple Champion du Monde Mick Doohan qui aura mis 26 Grands Prix avant de l’emporter ; ce qui ne l’aura pas empêché d’en inscrire 53 de plus.

Alors souhaitons à ces jeunes de connaître un tout aussi joli parcours. Vous me direz qu’ils ont été peut-être aidés par la pluie. Oui mais croyez-moi, il valait mieux s’entraîner car on n’est jamais à l’abri de mauvaises surprises à Silverstone…

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés