Achat de billets
Achat VidéoPass
News
3 jours ago
By motogp.com

Le retour de Dovizioso, vu par Nick Harris

Et l’ex-commentateur du MotoGP™ lui reconnaît bien du courage avec cette jeune génération qui monte en puissance

Alors que le monde du sport s’extasie devant les performances de deux adolescents en tennis, Andrea Dovizioso (Petronas Yamaha SRT) semble de son côté aller à contre-courant. Comparé à la grande gagnante de l’US Open 2021 Emma Raducanu, l’Italien a presque le double d’âge… Il n’empêche que ce dimanche, il retrouvait la grille du MotoGP™ après un peu moins d’un an d’absence : un plateau à l’image de la tendance globale, relativement jeune. Mais son retour aura permis au MotoGP™ de signer un record qui ne pourra probablement jamais plus être égalé.

Pour la première fois en 73 ans d’histoire, il y avait en effet 14 vainqueurs en catégorie reine alignés au départ de cette course, vu que parallèlement Franco Morbidelli (Monster Energy Yamaha MotoGP) reprenait la compétition après son opération du genou.

Andrea Dovizioso a le reste de la saison pour préparer 2022, campagne qu’il abordera avec une M1 officielle, au sein du team satellite. En attendant, le natif de Forli évolue aux côtés de Valentino Rossi (Petronas Yamaha SRT) et représentent à eux deux 77 ans, 756 Grands Prix dont 598 parmi l’élite : des chiffres qui forcent l’admiration.

C’est une démarche extrêmement courageuse de sa part. Il est d’ailleurs le mieux placé pour savoir à quel point la tâche qui l’attend sera difficile. Ceci étant il a l’expérience nécessaire pour affronter ce défi. Rappelons qu’il a déjà piloté deux motos d’usine : la RCV et la Desmosedici qu’il a menées jusqu’à la victoire. Entre deux, il a aussi connu la M1 du team Tech3. Au total, il aura décroché 15 succès, dont le dernier date du Red Bull Ring 2020 et terminé trois fois d’affilée vice-Champion du Monde. Son unique problème : avoir été confronté à un certain Marc Márquez (Repsol Honda Team)  en pleine apogée.

Au bout du compte, son profil me fait assez penser à celui de Randy Mamola. Certes ils ont des personnalités totalement différentes, mais l’exubérant Californien, auteur de 13 triomphes, est reparti à quatre reprises avec la médaille d’argent. À l’époque, il n’y avait pas de Marc Márquez pour lui faire barrage, mais d’autres illustres pilotes comme Kenny Roberts, Marco Lucchinelli, Eddie Lawson ou encore Wayne Gardner. À la différence de Randy Mamola, Andrea Dovizioso aura au moins goûté au titre 125cc en 2004.

Ce week-end à Misano lui aura donné un avant-goût de ce challenge qui se profile. Qualifié en dernière ligne avec Valentino Rossi et Danilo Petrucci (Tech3 KTM Factory Racing), le n°4 franchissait la ligne d’arrivée à une discrète 21e place ; tandis que son compatriote Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), de seulement 24 ans, s’imposait au guidon d’une Ducati.

Stopper l’ascension des jeunes : la tâche ne s’annonce pas simple, même pour quelqu’un du calibre d’Andrea Dovizioso et je pense qu’il ne se fait aucune illusion. Il aurait dû sinon regarder cette finale de l’US Open le week-end dernier. Quoi qu’il en soit, c’est un fascinant combat qu’il va devoir relever.

Au fait, pourriez-vous me citer les 14 vainqueurs en catégorie reine qui étaient alignés à Misano ?

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.