Achat de billets
Achat VidéoPass
News
27 jours ago
By motogp.com

Talking points : « J’espère qu’Enea sera comme Jack »

Météo, consignes d’équipe et lutte pour le titre : petite sélection des citations marquantes de ce week-end.

Si les pilotes auront été épargné par la pluie durant une bonne partie du week-end, cette dernière faisait irruption au plus mauvais moment… juste avant la course Moto2™. 

Bagnaia : « J’espère qu’Enea sera comme Jack »

C’est donc sur une piste totalement détrempée que le départ fut donné en MotoGP™, qui plus est avec plus de 50 minutes de retard : pas vraiment de quoi mettre à l’aise Francesco Bagnaia. En effet, l’Italien avait connu une course catastrophique dans de telles conditions à Mandalika.

« Quand j’ai vu qu’il commençait à bien pleuvoir, j’étais contrarié. J’ai eu la chance que Jack vienne me voir et m’encourage, racontait-il. C’est super comme esprit d’équipe. Ça ne sera pas facile de retrouver un tel coéquipier. Mais j’espère qu’on pourra instaurer une relation de ce genre avec Enea. Jack, je le connais depuis des années. »

Zarco : « J’ai décidé de laisser le podium à Pecco »

Et ces mots auront de toute évidence eu un impact positif sur le Turinois, qui s’adjugera une troisième place : son premier podium sur le sec. Cela dit, les derniers tours furent loin d’être simple pour le pilote Ducati, qui se retrouvait aux prises de Marc Márquez (Repsol Honda Team)… Heureusement que Johann Zarco sera venu à son secours.

« C’est des conditions dans lesquelles je suis généralement à l’aise. J’espérais juste que ça sèche un peu plus tôt, expliquait le Français au micro de Canal+. Mais c’est toujours plaisant de terminer avec un beau résultat. Encore un peu j’inscrivais un podium, que j’ai finalement décidé de laisser à Pecco. Depuis Misano, on a en quelque sorte ‘des consignes de course’. Difficile à appliquer quand on n’est pas en bagarre avec lui. Jusqu’à présent ce n’était pas le cas, aujourd’hui ça l’était. Leur discours est le suivant : pour une victoire, Ducati ne bloque rien. Pour des places autres que le podium, oui, on donne l’avantage à Pecco. Cela dit, ce dimanche c’était la victoire qu’il fallait viser. Alors à défaut, j’ai préféré ne pas prendre de risques et me contenter d’une quatrième place ! »

Márquez : « Je parie sur la moto de Pecco »

Ce Top 3 de Francesco Bagnaia, combiné au résultat blanc de Fabio Quartararo, avait en tout cas pour conséquence de considérablement resserrer le classement général. Preuve en est plus que deux points séparent les deux hommes… au lieu des 91 affichés après le Sachsenring. À trois manches de la fin, chacun y va de son pronostic, à commencer par l’octuple Champion du Monde Marc Márquez.

« Je parie sur la moto de Pecco. J’entends par là que la Ducati est la Ducati et que beaucoup de leurs pilotes sont bons. Mais Fabio est Fabio. Il pilote à merveille. La pluie constitue peut-être son point faible, comme ce fut le cas aujourd’hui. […] Ducati n’a plus gagné de titre depuis 2007, c’est normal qu’ils essaient de tirer profit de la situation. Ils ont la meilleure moto de la grille et tous leurs pilotes sont devant, » soulignait-il.

A.Espargaró : « Fabio reste l’homme à battre »

Pour Aleix Espargaró, Fabio Quartararo conserve encore l’avantage.

« Fabio mène le Championnat alors que chez Ducati, ils sont trois à pouvoir empocher la couronne. Sur le papier, c’est plus simple pour eux. D’ailleurs, j’espère qu’à l’avenir on pourra être dans une situation similaire. Malgré tout, je pense que ça sera compliqué pour eux, Fabio reste l’homme à battre. »

A.Espargaró : « Je ne comprends pas que Morbidelli n’ait pas été sanctionné »

À l’instar d’El Diablo, le Catalan aura lui aussi vécu quelques déboires à Buriram. Contraint d’observer un Long Lap pour avoir percuté Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing), le natif de Granollers ne faisait ainsi pas mieux que 11e.

« Franco m’a percuté deux fois dans les derniers tours. Peut-être qu’il était à la recherche d’un contrat ou de quelque chose pour la saison prochaine, juste incroyable ! Je ne comprends pas qu’il n’ait rien eu, s’indignait le représentant du team Aprilia. Alors ok, ça fait partie de la compétition, je l’accepte. Mais j’ai vu d’autres dépassements de ce type avec Marco Bezzecchi / Jorge Martín et Marc Márquez / Marco Bezzecchi, qui étaient franchement limite… »

Bezzecchi : « Je ne vois pas où j’aurais pu aller ! »

Et Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team) partageait la même opinion à l’encontre de Jorge Martín (Prima Pramac Racing), qui n’aura pas été contraint de rendre une position, comme lui pour avoir tiré large au premier virage.

« Je ne comprends pas pourquoi j’ai été sanctionné car Jorge m’a touché deux fois avant de négocier ce premier virage et m’a poussé dehors. Je ne vois pas où j’aurais pu aller. »

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés