Achat de billets
Achat VidéoPass
News
2 jours ago
By Ajo Motorsport

Zarco : « Rien n’est joué d’avance »

Le Français revient sur la première moitié de la saison Moto2™ 2016, au terme de laquelle il mène avec 25 points et neuf courses devant lui.

Johann, que penses-tu de ta première moitié de saison ?

« Je suis satisfait et content d’être en tête du classement. C’est très important pour le Championnat. Je suis à l’aise sur la moto et j’ai la mentalité pour pousser à 100%. Nous avons accompli beaucoup de choses mais nous ne sommes qu’à mi-parcours et nous devons donc rester concentrés pour la seconde moitié de la saison parce que rien n’est joué d'avance. Pour résumer, je suis content et motivé à rester fort jusqu’à la fin. »

T’attendais-tu à ce début de saison ? Qu’espérais-tu avant de commencer l’année ?

« Je suis conscient qu’être Champion du Monde une deuxième fois est difficile et ça avait été dur pour moi après le test de Jerez. Je n’ai pas eu l’air aussi fort que l’an dernier sur les premières courses mais ça fait partie de notre travail. Cela signifie que nous devons mesurer la difficulté du Championnat et prendre en compte tous ceux qui veulent le remporter. C’est pourquoi ça a toujours été difficile et très intéressant à la fois. C’est un plaisir de comprendre cette complexité et encore plus lorsqu’on trouve les solutions pour être plus fort. »

Quelle victoire a été la plus importante pour toi : l’Argentine ou le Mugello ?

« Je dirais que toutes les victoires sont importantes. J’avais fait une assez grosse erreur au Qatar mais par chance j’ai pu remporter l’épreuve suivante en Argentine. À ce moment-là, je savais que nous étions de retour sur la bonne voie. J’ai eu la même impression au Mugello, après m’être battu pour la victoire au Mans alors que je n’avais pas le rythme et où j'avais chuté. Toutes les victoires sont importantes et je ne veux pas dire qu’il y en a de plus importantes que d’autres. »

Support for this video player will be discontinued soon.

Résumé : Zarco se relance avec une victoire au Mugello

Au Mans, tu manquais les points pour la première fois en 25 courses. Un moment difficile ?

« On est toujours déçu lorsqu’on a une mauvaise course mais on ne doit pas être plus déçu parce qu’on est à domicile, il n’y a pas plus de points à prendre que sur les autres Grands Prix. Quand on pense au Championnat, on réalise que chaque course est importante, que l'on coure à domicile ou non. La seule chose qui change est qu’on a le soutien des fans et la pression des journalistes, qu’on peut plus ou moins bien gérer. Mais c’était évidemment décevant. Toujours rester à la limite est très dur, physiquement et mentalement. »

Qu’est-ce qui a changé chez toi depuis l’an dernier ?

« Je suis la différence parce que cette année je suis le Champion en titre et l’an dernier je ne l’étais pas. Chaque matin, je me réveille en pensant que je suis le Champion et ça ajoute un peu de pression. L’année dernière je me réveillais en voulant devenir Champion et maintenant je me réveille avec l’impression que je dois être Champion. C’est probablement la différence, le travail que nous faisons reste le même. »

Qui seront les pilotes qui se battront pour le titre jusqu’aux dernières courses ?

« Si on regarde le classement maintenant, il y a Sam Lowes et Álex Rins. Il faut rappeler que Rins avait été vice-Champion l’an dernier et je pense qu’il devrait être aussi régulier cette année, surtout avec l’expérience qu’il a maintenant. »

As-tu modifié ton pilotage depuis l’an dernier ou réalisé des progrès dans un domaine en particulier ?

« Difficile à dire. J’essaye de trouver un bon feeling sur la moto et d’améliorer mon pilotage. Ça ne veut pas dire changer du ‹ style Zarco › mais plutôt progresser et c’est ce que j’essaye de faire cette année. »

Comment vois-tu la seconde moitié de la saison ?

« Nous avons huit courses en trois mois et ce sera aussi dur physiquement que mentalement. Il faudra être fort tout du long. »

Juste avant le Grand Prix d’Allemagne, tu as annoncé que tu courrais en MotoGP™ l’an prochain. Est-ce que ça te permet d’être plus serein pour la suite de la saison ?

« Je veux rester serein et c’est bien pour moi que tout soit déjà en place pour mon avenir. J’ai des gens qui s’occupent de ça et je leur fais confiance. Mon job est de piloter et c’est ce que je fais. Je ne vais pas être distrait par ce qui se passe en dehors de la piste. »

Brad Binder, qui court pour Ajo Motorsport en Moto3™, est dans un situation similaire à la tienne l’an dernier. Quel conseil lui donnerais-tu ?

« Je ne sais pas trop mais il a un avantage similaire à celui que j’avais en 2015. Ce qui est clair est qu’il ne faut jamais croire que tout est joué d’avance. Brad est suffisamment intelligent pour le savoir. Nous ne sommes qu’à la moitié de la saison et il reste la seconde moitié. Il devra avancer course par course. »