Achat de billets
Achat VidéoPass
News
4 jours ago
By Loris Baz

Une deuxième journée délicate pour Baz à Motegi

Loris Baz, confronté à plus de difficultés en qualifications, s’élancera de la vingtième place sur la grille du Grand Prix du Japon.

Sur l'exigeant tracé du Twin Ring Motegi, Loris Baz a souffert davantage ce samedi. Mais pour le Français, ce premier rendez-vous de la tournée asiatique a surtout pour but de retrouver confiance après plusieurs semaines de récupération et d'entraînement. 

Ce samedi, le Haut-Savoyard est parvenu à nettement améliorer son meilleur temps pour gagner près d'une seconde par rapport à vendredi. Physiquement, Loris se sent mieux et il retrouve peu à peu la confiance qui lui a manqué depuis sa lourde chute à Silverstone. À l’issue de cette deuxième journée, il est parvenu à s'approcher à moins de deux secondes du temps de référence de la première séance qualificative. 

Pour le pilote Avintia Racing, il s'agit de profiter de ce Grand Prix du Japon pour préparer au mieux les prochains rendez-vous de la saison à commencer par celui en Australie sur le mythique circuit de Phillip Island qu'il affectionne tout particulièrement. 

Loris Baz : « Je n'ai pas beaucoup de sensations ni de feeling sur cette piste. Je n'arrive pas à rouler comme je le souhaite, ni comme je le dois. C'est donc assez compliqué, car je me bats vraiment fort avec la moto pour finalement être très loin. Ce n'est pas forcément un problème qui provient de la moto, car nous avons changé beaucoup de choses et son comportement ne s'améliore pas vraiment, mais le résultat est là ; même en prenant beaucoup de risques et en suivant mes adversaires, les chronos ne sont pas ceux que j'aimerais. Il y a sans doute une petite perte de confiance globale à cause des récentes chutes que j'ai subies, et c'est difficile de la rétablir à 100%. C'est compliqué et très frustrant, car cela demande un peu de temps. Le point positif, c'est que ça va mieux physiquement, surtout par rapport à mon pied, même si j'ai encore un peu mal partout. Dans ces conditions, il n'y a pas vraiment d'objectifs à se fixer si ce n'est de terminer la course et d'essayer de saisir toutes les opportunités qui se présenteront pour arriver plus fort en Australie. »