Achat de billets
Achat VidéoPass
News
13 jours ago
By Nick Harris

Après un titre, par Nick Harris

Suite au récent sacre de Marc Márquz, l’ex-commentateur du MotoGP™ décrit les différentes trajectoires suivies par un pilote après son titre

Tags MotoGP, 2019

Barry Sheene n’aurait plus disputé de courses et Giacomo Agostini aurait choisi ses pistes. Freddie Spencer ne s’est plus jamais hissé sur le podium, alors que Valentino Rossi et Mick Doohan ont au contraire continué à gagner. Après un titre, les chemins peuvent être très différents. Je n’ai aucun doute sur celui que suivra Marc Márquez, après cette victoire à couper le souffle inscrite ce dimanche.

Après avoir remporté ses deux titres 500cc dans les années 70, Barry Sheene avait en fait réalisé qu’il pouvait gagner plus d’argent en effectuant quelques apparitions plutôt qu’en courant. Giacomo Agostini avait pour sa part l’habitude de ne pas courir sur les circuits plus dangereux, en ayant déjà remporté ses titres 350 et 500cc et en soi, qui pouvait le blâmer ? Après que Freddie Spencer ait inscrit ce doublé historique 250/500cc en 1985, il ne signa plus aucun podium. Mick Doohan et Valentino Rossi augmentaient au contraire la cadence.

S’il a bien une course que je n’oublierais jamais, c’est celle de Motegi en 2000 avec Kenny Roberts Junior. Huit jours plus tôt, Kenny avait remporté le titre 500cc, en assurant une sixième place pour devenir le premier binôme père-fils sacré en catégorie reine. Il s’agissait de ma première visite à Motegi et l’Américain nous démontrait pourquoi il avait empoché la couronne mondiale cette année-là. Kenny et Suzuki étaient parfaitement conscients du défi qui les attendait, surtout avec les armadas Honda et Yamaha, respectivement emmenées par Valentino Rossi et Max Biaggi. Valentino Rossi avait remporté son premier Grand Prix dans la catégorie à Donington et une autre suivra quelques semaines plus tard à Rio. Max Biaggi s’était pour sa part illustré à Brno et l’Australien Garry McCoy affichait déjà trois succès cette saison au guidon de sa Yamaha. Autant dire que nombreux étaient ces pilotes, prêts à tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. Mais Kenny Roberts se montraient plus fort et sur ce circuit de 4.801 km, ils leur collaient plus de six secondes, juste histoire de leur rappeler qui était le Champion du Monde. Cette victoire allait s’avérer la dernière de sa carrière et Valentino Rossi pris le relai. Le reste appartient à l’histoire, mais l’Américain se sera en tout cas fait remarquer.

Quatre Grands Prix restent encore à disputer cette année et le prochain se déroule au Japon, un circuit où nul doute, Marc Márquez aura à cœur de triompher. À moins qu’un certain Français de 20 ans aura son mot à dire.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés