Achat de billets
Achat VidéoPass
News
28 jours ago
By Nick Harris

Un sourire que je n’oublierai jamais ! Par Nick Harris

Nick Harris revient avec émotion sur cette victoire décrochée dix ans plus tôt par Shoya Tomizawa au début de l’ère Moto2™.

Ce sourire, c’est la seule chose à laquelle je pouvais penser lorsque le drapeau à damier a été présenté ce dimanche en Moto2™. À vrai dire, sur le moment, mes émotions furent partagées. Je voulais célébrer ces 10 ans de courses incroyables offertes par les concurrents du Moto2™ et ce tout premier succès de Tetsuta Nagashima pour son 70e départ…

Mais mon esprit était ailleurs, en 2010. Sur ce même circuit, un autre Japonais prénommé Shoya Tomizawa y avait remporté la première course de cette catégorie, alors que personne ne savait à quoi s’attendre. On ne savait pas si ces 600cc au moteur Honda allaient connaître autant de succès que ces machines 250cc deux temps, présentes en mondial depuis près de 50 ans. Toutefois, il n’aura fallu attendre bien longtemps avant d’être fixés. Ce jour-là, Shoya Tomizawa allait littéralement s’échapper, laissant Alex Debon et Jules Cluzel en découdre pour le podium. Ce sourire et ces célébrations données sur le podium m’avaient fait réaliser à quel point ce pilote était si spécial, tant sur la piste qu’en dehors d’ailleurs.

Et le second rendez-vous de la saison à Jerez allait confirmer mes impressions… Shoya Tomizawa y livrera une splendide bataille aux avant-postes pour tout compte fait échouer à un petit dixième du vainqueur Toni Elias. Les quatre premiers se tenaient au passage en seulement une demi-seconde : le Moto2™ était arrivé ! Hors piste, Shoya était d’une gentillesse, d’une courtoisie, il avait toujours un mot pour vous. Franchement combien de pilotes s’arrêteraient au bon milieu du paddock pour plaisanter avec un commentateur de 60 ans comme moi ? Mais chez lui, tout le monde était traité de la même façon, avec respect tout en ayant toujours le sourire.

J’ai rarement été le témoin d’une telle détresse au sein du paddock, lorsque Shoya a tragiquement perdu la vie à Misano quelques mois plus tard. Notre sport perdait non seulement un grand pilote, mais aussi une belle personne, qui en incarnait pleinement ses valeurs. Il aimait la moto et profitait de la vie. Je suis persuadé qu’il aurait été Champion du Monde Moto2™ et qu’il serait passé en MotoGP™ s’il avait encore été là…

En triomphant ce dimanche, Tetsuta Nagashima lui a rendu un vibrant hommage et force est de constater qu’il est le premier Japonais à mener ce Championnat depuis son compatriote. Je suis sûr qu’il aurait eu un sourire approbateur !

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés