Achat de billets
Achat VidéoPass
News
8 jours ago
By motogp.com

Barcelone avec Joey Dunlop, sur un air de Queen et The Who

Nick Harris, l'ancien commentateur du MotoGP™ nous livre ses souvenirs sur l'histoire du Grand Prix de Barcelone...

Tags MotoGP, 2020

Assis au bord de la piscine dans un hôtel de Castelldefels, aux côtés de Joey Dunlop, le plus grand pilote de course sur route de tous les temps en train de regarder les tout aussi grands noms du rock, U2, The Who et Queen, se produire en direct à la télévision au stade de Wembley, c’est l’un des souvenirs marquants de ma toute première expérience des courses moto en Espagne.

C'était ma première et unique visite sur le légendaire circuit du parc de Montjuic, où les toits et les clochers de la ville de Barcelone brillent au soleil au pied de la colline. Ce circuit a été le point de départ de la formidable aventure des Grands Prix en Espagne en 1951. C’est le circuit de Parkland et ses 3.790 km, qui ont accueilli 17 Grands Prix d'Espagne.

C'était par un chaud week-end de juillet 1985 et le Grand Prix d'Espagne avait depuis longtemps été déplacé sur le circuit spécialement construit à Jarama, dans la banlieue de Madrid. Le parc de Montjuic était encore très animé et je me trouvais sur place avec l'équipe Rothmans Honda en Formule 1 TT pour la manche espagnole du Championnat. Il y avait également une manche du Championnat du Monde de Formule 2 TT avec, en prime, une manche du Championnat du Monde d'Endurance, ce qui permettait de profiter des courses de motos la nuit. C'était une immense fête pour des dizaines de milliers de spectateurs qui savaient en profiter pendant que les puissants monstres motorisés vrombissaient autour du circuit avec leurs phares éclatants et leurs pots d'échappement enflammés.

Le parc de Monjuic tenait une place toute particulière dans le folklore motard. En 1951, il accueillait son premier Grand Prix avec une course de 500cc remportée par Umberto Masetti sur la Gilera en deux heures 10 minutes et 56,2 secondes, à une vitesse de 93,9 km/h, soit la vitesse moyenne la plus faible jamais enregistrée pour un Grand Prix de catégorie reine. Deux ans plus tard, Fergus Anderson devenait le pilote le plus âgé à remporter un Grand Prix en catégorie reine. Il avait 44 ans à l'époque… Ne lâche rien Vale, tu as encore trois ans !

Les usines Japonaises en gardent également de bons souvenirs. L'Australien Tom Phillis a apporté à Honda sa toute première victoire en Grand Prix en remportant la course 125cc à Montjuic en 1961. Onze ans plus tard, Chas Mortimer a offert à Yamaha sa toute première victoire en 500cc au guidon de la Yamaha 352cc (en tout cas, c’est ce que Chas avait affirmé !).

Ma deuxième visite à Barcelone a eu lieu sept ans après ce voyage au parc de Montjuic. C'était une ville complètement différente, totalement envahie par la fièvre olympique. De nouvelles routes, un nouvel aéroport et, surtout, un circuit de Grand Prix refait à neuf à la périphérie Nord, près de Granollers. La pièce maîtresse de la ville était le magnifique stade olympique construit sur le site du circuit de Montjuic. Les temps avaient bien changé en sept petites années.

Le nouveau circuit de Barcelona-Catalunya et ses 4,747 kilomètres était à la hauteur de tout ce que Barcelone avait construit pour les Jeux Olympiques. Un tracé technique remarquable avec de superbes installations pour le Grand Prix d'Europe 1992. Wayne Rainey a remporté le premier Grand Prix sur le nouveau circuit devant Mick Doohan et Doug Chandler. Depuis lors, le circuit a organisé un Grand Prix chaque année.

Revenons à Montjuic Park en 1985, avec un mélange de tristesse et de joie. Le pilote Britannique Tony Rutter, qui avait remporté quatre titres mondiaux consécutifs en Formule 2 TT, fut très grièvement blessé lorsqu'il chuta au guidon de sa Ducati dans la course de F2.

Ce week-end-là, en Angleterre, le plus grand concert jamais organisé en direct se déroulait à Wembley. Le concert Live Aid a été diffusé dans le monde entier, y compris bien sûr à Castelldefels. Je ne me souviens plus quel était le groupe préféré de Joey Dunlop, mais je suppose qu'il était plus branché U2 que Queen ou The Who.

Quel sacré week-end à Barcelone !

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés