Achat de billets
Achat VidéoPass
News
23 jours ago
By motogp.com

Bastianini, le promu fraîchement titré

Petit retour sur le parcours de ce transalpin, faisant partie de ceux qui intègrent le MotoGP™ cette année.

Tags MotoGP, 2021

La grille 2021 du MotoGP™ accueillera de nouveaux visages, parmi lesquels celui d’Enea Bastianini (Esponsorama Racing) ; un nom en réalité bien connu du paddock puisque ce dernier évolue depuis maintenant sept ans en mondial… et l’Italien n’est autre que le lauréat de la précédente campagne Moto2™. Mais qui est-il exactement ? Comment en est-il arrivé là ? motogp.com vous retrace sa trajectoire.

Bastianini, Champion du Monde Moto2™ 2020

L’histoire de ce transalpin débute en toute logique sur ses terres. Après s’y être fait un nom en mini GP et gagné le trophée NSF250R, le natif de Rimini dispute la Red Bull Rookies Cup, où il décroche notamment deux victoires en 2013, pour achever l’année au quatrième rang. Parallèlement, il effectue aussi quelques apparitions en Championnat d’Italie Moto3™.

Fausto Gresini décide alors de le promouvoir dans son équipe : un pari payant comme en attestent ces trois podiums inscrits, qui lui permettront de se classer d’emblée neuvième au général. Tout naturellement reconduit, ‘Bestia’ fera néanmoins encore mieux par la suite, puisqu’il gagnera l’équivalent de six positions, avec à la clé six Tops 3 supplémentaires dont cette fameuse victoire à Misano. En 2016, il devient même vice-Champion derrière Brad Binder.

Ceci étant son passage chez Estrella Galicia 0,0 ne prendra pas la tournure espérée et pour cause ! Au lieu de concrétiser, il ne se hissera que trois fois parmi les trois premiers. Une contre-performance qui aura ses répercussions au Championnat. ‘Seulement’ sixième, le n°33 migre dans la foulée chez Leopard : une saison marquée par ce succès à Montmeló et d’autres jolies prestations, si bien qu’il atteint la quatrième position finale.

Le parfait timing pour grimper en Moto2™, accompagné du team Italtrans Racing. Il y signera d’encourageants résultats, avec en point d’orgue cette troisième place à Brno. Dixième de l’édition 2019, Enea Bastianini connaîtra toutefois un vrai déclic en 2020. D’ailleurs, bien avant que les hostilités ne soient lancées, Ducati l’avaient déjà dans le viseur, comme avoué par Paolo Ciabatti dans une interview !

Toujours est-il qu’il se classait troisième au Qatar et qu’il enchaînait deux succès quelques semaines plus tard pour s’affirmer comme leader. Oui mais voilà, lors du GP d’Autriche, le représentant du team Italtrans Racing perdait le contrôle de sa Kalex dans le troisième tour : un impressionnant accident dont il se sortait indemne à la différence d’Hafizh Syahrin, qui lui faisait toutefois perdre les rênes au détriment de son rival Luca Marini.

GP d'Autriche : Horrible crash en Moto2™...

Une bonne nouvelle tombait malgré tout en Adriatique avec la confirmation de sa signature chez Ducati, le nom de son équipe restait en revanche à dévoiler. De quoi lui permettre d’aborder plus sereinement le restant des courses.

Bastianini confirme… il a signé avec Ducati !

Ce rendez-vous à domicile se soldait au passage par un double podium et un cinquième le repropulsait aux commandes en Aragón ; Luca Marini (Sky Racing Team VR46) ayant en effet commis une erreur. Néanmoins Sam Lowes (EG 0,0 Marc VDS) montait en puissance et le délogeait presque aussitôt. Au bout du compte tout allait se jouer à la régularité, tandis que le Britannique trébuchait à son tour en marge du Grand Prix de Valence. Enea Bastianini, arrivé avec 14 points d’avance sur la concurrence à Portimão, était ainsi sacré.

Alors qu’attendre de lui pour 2021 ? Sur le papier Enea Bastianini disposera du même matériel que Jorge Martín et Luca Marini, eux aussi promus du Moto2™. S’adaptera-t-il aussi facilement ? Premiers éléments de réponse début mars, lors des deux Tests Officiels au Qatar !

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques

Jerez, la course du déclic pour Bastianini !

Recommandés