Achat de billets
Achat VidéoPass
News
7 jours ago
By motogp.com

« Surmonter les difficultés m'a permis d’en arriver là ! »

motogp.com met cette fois à l’honneur la coordinatrice du team Petronas Sepang Racing Team, Heather Maclennan, un exemple de ténacité.

Étant petite, il arrivait souvent à Heather de monter sur la moto de son père, placée au garage, tout en s’imaginant la piloter ; une façon de reproduire cette discipline qu’elle avait l’habitude de regarder en famille et notamment avec ses trois frères.

Alors non, Heather Maclennan ne sera jamais devenue pilote professionnelle, mais depuis 2015, elle est chargée de l’administration et de l’organisation des déplacements, auprès d’une équipe les plus réputées du paddock : le Sepang Racing Team. Si tout le monde se rappelle de la fois, où on vous a demandé ce que vous souhaitiez faire plus tard, elle reconnaît ne pas en avoir un souvenir précis.

Une chose est sûre, cette passion, Heather l’a nourrie en compagnie de son entourage, jusqu'au jour où elle a voulu en faire son métier. « C’était en 2006, explique-t-elle. J’avais 20 ans et je suis allée voir une manche de WorldSBK avec mon père ; de quoi confirmer mon envie d’intégrer ce milieu. Du coup, quand il a fallu choisir une université, j’ai décidé de m’orienter vers les relations publiques et le management des événements. Puis mon diplôme en poche, trois ans plus tard, j’ai commencé à chercher un boulot dans ce domaine. »

Sans contact direct, Heather a recherché sur Internet tous les noms de teams engagés en British Superbike et en a envoyé des emails. Beaucoup seront restés sans réponse ou se seront soldés par des refus. Ça a pris du temps, mais une opportunité se présentait finalement à elle. Depuis, Heather ne s’est plus jamais retournée, multipliant les contacts et les expériences dans ce monde des sports mécaniques.

Du temps où elle était étudiante, le sujet de sa thèse était d’ailleurs tout trouvé… « Je voulais traiter de ces images qu’on colle parfois aux femmes dans les sports mécaniques, déclare-t-elle. Je me suis basée sur ce que j’avais pu voir de mes propres yeux, comme j’avais déjà travaillé dans des paddocks de Touring Car et à l’époque il y avait très peu de femmes. Je leur demandais les difficultés qu’elles avaient rencontrées, pourquoi elles étaient en nombre réduit… bref ce genre de réflexions. »

Un sujet délicat et complexe que Heather a voulu approfondir… « Quand je rencontrais de nouvelles personnes, reprend-t-elle, et que je leur disais le milieu au sein duquel je travaillais, il y avait deux types réactions : ceux qui se montraient enthousiastes, admiratifs, et ceux qui semblaient quelque peu embarrassés à l’idée qu’une femme y évolue. »

Comme beaucoup d’autres femmes avant elle, elle se retrouvait alors confrontée à certains préjugés. Mais loin de la décourager, ces stéréotypes l’auront poussée à faire preuve d’encore plus de professionnalisme, pour justement faire évoluer les pensées.

« Beaucoup de choses ont changé dans le paddock ces dernières années, fait-elle remarquer. Les médias prêtent davantage attention au rôle des femmes et inévitablement, ça a un impact. C’est important d’avoir des exemples qui puissent inspirer les jeunes filles, de leur montrer que pas mal de barrières sont déjà tombées et qu’il y a des opportunités d’emploi, y compris pour elles ! »

« Lorsque j’ai débuté, j’étais très timide, ce n’était pas toujours facile de s’imposer, précise-t-elle. J’ai dû relever de nombreux défis pour occuper mon poste et c’est aussi comme ça que j’ai pu gagner en confiance. Ces clichés et ces commentaires ne disparaissent pas d’eux-mêmes. Ils se dissipent grâce à l’engagement du plus grand nombre. »

Et la solidarité est présente entre toutes ces femmes, officiant en MotoGP™ ! « Personnellement, je ne connais pas à toutes leur histoire, mais à chaque fois qu’on se croise, on se salue, affirme-t-elle. Il y a comme une sorte de respect, d’admiration car on sait que la route pour en arriver là, n’a pas forcément été facile. »

À vrai dire, son aventure en Championnat du Monde débutait en 2012, par le biais du bouche-à-oreille : « Un ami mécanicien du BSB, qui avait bossé en Championnat du Monde, m’a dit que Marc VDS recrutait du personnel pour son hospitality, raconte-t-elle. J’ai immédiatement saisi cette chance et je les ai accompagnés durant deux ans, jusqu’au jour Johan Stigefelt - mon actuel Team Director - m’a parlé de son projet. Il allait créer un nouveau team, avec Johann Zarco et il avait besoin d’une attachée de presse. C’est comme ça que j’ai atterri chez Caterham Moto Racing Team. L’année suivante, je faisais connaissance avec Razlan Razali et on devenait le Sepang Racing Team. »

Mais depuis 2014, la structure a connu une croissance exponentielle. Du Moto3™, ils se sont ensuite engagés en Moto2™ et à compter de 2019, grâce au soutien de Yamaha, ils rejoignaient également le MotoGP™, où ils connurent des débuts fracassants avec les trophées de meilleur rookie et de meilleure équipe indépendante !

Au départ, Heather ne gérait qu’une équipe de dix personnes ; chiffre qui grimpait bientôt à 63, de 13 pays différents. « Au commencement, j’étais la seule femme, confie-t-elle. Ce n’est que plus tard que Chiara Agostini, notre hospitality manager, était incorporée et maintenant, nous sommes un total de six femmes. »

Fatalité, la pandémie est venue lui donner encore plus de labeur, puisqu’en parallèle de ses tâches, elle doit désormais s’assurer que tous les membres de l’équipe respectent les normes en vigueur dans chaque pays visité, que les pilotes et l’équipe ont tout ce dont ils ont besoin. Malgré cet emploi du temps bien chargé, elle trouve encore le moyen de regarder les séances.

« Sur les circuits, je soutiens l’équipe, tout en planifiant déjà le prochain week-end, indique-t-elle. Mais j’arrive à suivre ce qu’il se passe. Le moment que je préfère, c’est celui qui précède la course. On ressent une vraie tension. Puis les feux s’éteignent et le spectacle commence ! »

Cette année, une icône a qui plus est été titularisée chez eux en la personne de Valentino Rossi ; une personnalité que Heather a honneur à servir. « J’ai le privilège de dire que je fais le métier de mes rêves et qu’à compter de cette saison, je travaille avec l’un des plus grands pilotes de tous les temps. Et j’espère que ça poussera plus de jeunes filles à croire en leurs rêves de travailler dans cet environnement, » conclue-t-elle.

Heather s’apprête désormais à prendre la route de Portimão pour la troisième manche du calendrier.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.