Achat de billets
Achat VidéoPass
News
3 jours ago
By motogp.com

« Je contribue à l’essor des futurs pilotes »

Faites connaissance ce mois-ci avec Ana Ezpeleta, la directrice des promotions talents à Dorna Sports, qui découvre les stars de demain.

Chacun de nous conserve certaines traces indélébiles de notre enfance qui, en y réfléchissant bien quelques années plus tard, peuvent être perçues comme des signes avant-coureurs. Née à Madrid en 1985, Ana Ezpeleta n’avait que deux ans quand Carmelo Ezpeleta commence à suivre de très près la construction du Circuit de Barcelona – Catalunya ; ce qui l’amènera par la suite à l’accompagner sur les Grands Prix. Fascinée par ce milieu, Ana assiste en spectatrice à ces courses où elle jouera bientôt un rôle de premier plan, en œuvrant auprès des plus jeunes.

« Je ne peux pas concevoir un monde sans moto, » confesse-t-elle, en repensant au tout début de cette entreprise - désormais connue pour organiser les Championnats motos les plus prestigieux au monde – lorsqu’elle suivait son père, Directeur Général de Dorna Sports SL, au travail.

Plongée et intriguée par cette caravane ambulante en évolution permanente, Ana rejoignait dès 16 ans le département en charge du VIP Village : une activité grâce à laquelle elle découvrira une des nombreuses facettes de cette discipline. « J’allais encore à l’école. Du coup je ne me rendais que sur les épreuves en été et aussitôt revenue à l’hôtel, je me remettais à étudier, se souvient-elle. Ça a duré dix ans. J’ai ainsi pu visiter de très nombreux pays, tout en tissant des liens avec des personnes que je considère aujourd’hui comme ma seconde famille. »

Après avoir obtenu son diplôme en économie et management, Ana décide de donner une chance à une autre de ses grandes passions : le design. « J’ai toujours été intéressée par l’architecture et la décoration, ce qui m’a conduit à étudier et travailler à Milan comme architecte d’intérieur durant trois ans, » révèle-t-elle.

Enthousiaste à l’idée d’approfondir ses connaissances en la matière, elle se rendait compte tout de même avec l’éloignement, à quel point l’adrénaline du MotoGP™ lui manquait. « Quand je vivais à Milan, je faisais toujours en sorte de regarder les courses avec des amis et c’est en leur compagnie, que j’ai pris conscience de ce manque, » précise-t-elle. Habituée à imaginer chaque petit détail de ses plans, c’est justement cette particularité qui lui ouvrira la voie. « À cette époque, Dorna recevait beaucoup de demandes pour la construction de tracés à travers le monde. Il y avait bien ce manuel promoteurs, destiné à ceux qui souhaitaient intégrer le Championnat, mais il n’existait pas de guide avec les instructions à suivre pour bâtir une piste de zéro », se rappelle-t-elle.

Or, elle avait précisément vu un circuit s’élaborer de ses propres yeux. Résultat, elle devenait très vite une référence auprès de ces potentiels hôtes. « En 2013, j’ai débuté en tant que manager du développement nouvelles pistes. L’avantage, c’est que je pouvais combiner mes deux passions, » fait-elle remarquer. La première mission d’Ana l’envoyait donc en Argentine avec six pilotes du MotoGP™ pour tester la nouvelle piste de Termas de Río Hondo : un challenge de taille, compte tenu des distances à parcourir, contrebalancé par l’envie de mener à bien cet ambitieux projet ; ce qu’elle réussira à faire, puisqu’à compter de 2014, ce rendez-vous argentin était incorporé au calendrier.

Faire son retour au sein du paddock en tant que directrice de la branche responsable des futurs talents était un véritable défi pour elle : « Certaines personnes que je côtoyais dans le cadre professionnel me connaissait depuis toute petite... Alors dans un premier temps, j’ai bien dû garder à l’esprit mon rôle actuel. Et ce fut gratifiant de voir à quel point ils me respectaient et écoutaient toujours mes opinions, » reconnaît-elle.

À plusieurs reprises, son professionnalisme et sa connaissance sans limite du terrain lui ont valu d’être considérée comme un modèle, notamment dans les moments mouvementés d’un week-end. « Avoir grandi dans ce milieu permet de trouver rapidement des solutions, y compris sous la pression : une qualité souvent plébiscitée par les personnes avec lesquelles je collabore. Et l’entendre dire est une réelle satisfaction, » souligne-t-elle.

Parallèlement naissait en 2013 une Coupe dédiée aux jeunes asiatiques, avec le soutien d’Alberto Puig, Team Manager chez Repsol Honda et Directeur Sportif de cette filière baptisée Idemitsu Asia Talent Cup : « Il a été mon mentor. Son expérience dans le domaine et ce flair pour détecter les talents de demain en font une personne incroyable, » déclare-t-elle.

Avec l’ajout progressif d’autres projets comme le Junior Talent Team, qui faisait déjà partie intégrante du FIM CEV Repsol, et le début d’un partenariat plus étroit avec la Red Bull MotoGP Rookies Cup, se met alors en place le département ‘Nouveaux Pilotes’, qui prenait le nom six ans plus tard de ‘Promotion Talents’, englobant tous les programmes Road to MotoGP™ : de l’Asia Talent Cup à la British Talent Cup, en passant par la Red Bull MotoGP Rookies Cup, la Northern Talent Cup, le Junior Talent Team ou encore la MiniGP. Dans ces formules, qui se distinguent par leur localisation géographique, chaque pilote dispose de la même moto de telle sorte à mettre en avant leurs propres qualités.

La gestion des relations humaines est un aspect parfois complexe à gérer, surtout quand on travaille avec des pilotes extrêmement jeunes, mais qui est source des plus grandes satisfactions. « Ce qui me motive, c’est de voir certains d’entre eux grandir dans leur carrière professionnelle et de savoir que sans Dorna Sports, ils n’auraient jamais pu en arriver là, explique-t-elle. Avant chaque course Moto3™, je vais les saluer un à un et parfois je plaisante sur le fait qu’il me faudra bientôt plus de temps sur la grille, tant ils se font de plus en plus nombreux. »

Ayant été au contact de plusieurs cultures, Ana est par ailleurs devenue une interprète attentive aux différentes coutumes ; ce qui lui permit d’adapter ces Coupes aux particularités locales. « Au fil des années, nous avons réalisé qu’il était important d’ajuster ces formats aux pays concernés. Par exemple, en Italie ou en Espagne, les conditions météorologiques et la présence de certaines stars, font que les enfants sont capables de démarrer la moto à l’âge de cinq / six ans. Inversement dans les pays du Nord de l’Europe ou de l’Asie, on a constaté qu’ils s’y mettaient un peu plus tard, indique-t-elle. En réponse à ce décalage, nous avons donc entrepris de créer les FIM MiniGP World Series, un projet qui a pour ambition d’homogénéiser cette phase de préparation et je n’exclus pas le fait que ça profite également aux petites filles. »

Avec du recul, Ana est elle-même surprise et fière du chemin parcouru : « Si on m’avait dit quand ce département a été créé qu’il prendrait une telle ampleur, je n’y aurais pas cru, confie-t-elle. Pourtant en 2021, on a réussi grâce à une initiative à réunir toutes les fédérations motos au monde pour constituer une base commune qui accueille les pilotes à partir de 10 ans. »

Témoin privilégiée de cette transformation opérée au sein d’un paddock de plus en plus ouvert aux femmes, Ana puise à vrai dire sa force auprès de son père Carmelo Ezpeleta et de son frère Carlos, qui officie en tant que Managing Director : « C’est un honneur de pouvoir travailler avec lui. Mon père est celui que tout le monde aimerait avoir, une source d’inspiration permanente. Nous avons toujours beaucoup de choses à apprendre de lui, » livre-t-elle.

La pandémie a obligé le Championnat à se réorganiser et l’arrivée du Circuit de Mandalika se fera malheureusement plus tard que prévue. Mais Ana se félicite de sa construction : « Si ce tracé a vu le jour, c’est en partie grâce au succès de l’Idemitsu Asia Talent Cup. Je suis sûre que ça sera très excitant de voir les pilotes s’affronter sur cette piste, » conclut-elle.

Ana et son département, qui a déjà connu de nombreux succès malgré sa jeunesse, a d’autres challenges en préparation pour que ce Championnat du Monde MotoGP™ reste le plus spectaculaire au monde.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés