Achat de billets
Achat VidéoPass
News
16 jours ago
By motogp.com

Un Test prometteur pour Honda à Misano

Mais Francesco Bagnaia en repartait tout de même avec le meilleur temps combiné.

Honda

Le Test de Misano prenait fin ce mercredi et un bon nombre de regards étaient rivés vers Honda, sachant que la marque japonaise avait pas moins de six motos mises à disposition de ses pilotes officiels. On aura notamment aperçu Marc Márquez (Repsol Honda Team) évoluer au guidon d’une RC213V pourvue d’une entrée d’air et d’ailettes sensiblement redessinées. Pol Espargaró (Repsol Honda Team) aura pour sa part effectué deux runs sur des prototypes conçus en vue de 2022 et point positif, ce dernier était en mesure d’aller chercher un tour en 1’32.105 : de quoi visiblement convaincre le président du HRC Shinya Wakabayashi, qui avait fait le déplacement.

Ce qu'il faut retenir de cette deuxième journée à Misano

Alex Márquez (LCR Honda Castrol) travaillait plutôt sur la distribution du poids et Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu) avait hérité d’un package aperçu un peu plus tôt dans l’année au Sachsenring. Stefan Bradl (Team Honda HRC) n’aura en revanche pas roulé en cette deuxième journée.

Ducati

De son côté, Ducati avait mis à profit ce mercredi pour s’adonner à quelques comparaisons d’aéro notamment avec Jack Miller (Ducati Lenovo Team) et Jorge Martín (Pramac Racing).

Rappelons que Johann Zarco (Pramac Racing) avait quitté le circuit mardi soir afin de se faire opérer du bras et qu’il était du coup remplacé par Michele Pirro (Ducati Lenovo Team). Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), crédité du meilleur temps d’une façon ou d’une autre avec ce temps en 1’31.521 établi la veille, aura quant à lui fait l’impasse sur la deuxième séance. Pareil pour Enea Bastianini (Esponsorama Avintia), qui était parti à la faute sur les coups de 11h.

Yamaha

Dans le clan Yamaha, Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP) aura eu tout le loisir d’évaluer un peu plus ce futur châssis, tout en collectant quelques données supplémentaires, censées les aider pour leur retour en Adriatique dans un mois. Franco Morbidelli (Monster Energy Yamaha MotoGP), encore diminué au genou, accusait pendant ce temps-là deux chutes, dont une alors qu’il venait de sortir des box.

Valentino Rossi (Petronas Yamaha SRT) aura planché sur l’électronique et son coéquipier Andrea Dovizioso (Petronas Yamaha SRT) aura poursuivi son acclimatation à la M1, avec près de 130 tours au compteur.

Suzuki

En parlant de châssis, Suzuki en introduisait un nouveau ce mercredi et Joan Mir (Team Suzuki Ecstar) n’écartait pas la possibilité de l'utiliser dès les prochaines semaines, dans la mesure où le Champion du Monde en livrait un bon feedback. Accompagné de Sylvain Guintoli, tout fraîchement arrivé du Castellet où il a remporté le Bol d’Or, Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) aura en plus de ça retester le moteur 2022, qu’il juge beaucoup plus puissant. Reste à ajuster maintenant la physionomie de cette GSX-RR pour éviter ce phénomène de wheelie.

Aprilia

Aleix Espargaró (Aprilia Racing Team Gresini) était de son côté occupé à jongler entre différentes configurations aérodynamiques, avec plus ou moins d’appuis. Le Catalan, classé deuxième du combiné à 53 millièmes de Francesco Bagnaia, se gardait par contre de préciser ces évolutions expérimentées dans l’optique de 2022. Parallèlement Maverick Viñales (Aprilia Racing Team Gresini), qui aura parcouru pas moins de 149 boucles avec sa RS-GP, se réjouissait d’avoir réussi à améliorer son rythme en jouant sur les settings.

KTM

KTM étrennait enfin un nouveau carénage avant, confié entre autres à Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing). Mais on retiendra surtout les débuts de Remy Gardner (Red Bull KTM Ajo) et de son dauphin Raúl Fernández (Red Bull KTM Ajo), au guidon de ces RC16 alignées par Hervé Poncharal. Bien évidemment impressionné par la puissance d’une MotoGP™, l’Australien se sera aussi fait piéger dans le virage 10.

Cliquez ICI pour consulter les résultats complets.

Prochain rendez-vous pour le MotoGP™ dans dix jours au Texas.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.