Achat de billets
Achat VidéoPass
News
23 jours ago
By motogp.com

La tornade texane, par Nick Harris

L’ex-commentateur du MotoGP™ évoque ces pilotes qui, comme Colin Edwards, auraient mérité de gagner au moins une course en catégorie reine.

Tags MotoGP, 2021

Bien évidemment, Marc Márquez (Repsol Honda Team) mériterait ce titre de Captain America après son nouveau succès sur le circuit d’Austin, son 84e en mondial. Mais ce périple au Texas me rappelle toujours une personne qui n’a jamais gagné en Grands Prix : un homme particulièrement passionné, patriotique, rapide et drôle, un certain Colin Edwards, souvent surnommé Texas Tornado. Colin était un pilote incontournable du paddock, dont on se souviendra davantage pour ce double titre en Championnat du Monde WorldSBK que pour ce record de courses disputées en catégorie reine sans le moindre triomphe. Il était toujours de bonne compagnie.

Sur ses 196 départs en MotoGP™, l’Américain aura enregistré cinq deuxième places et sept troisième… Néanmoins, on se remémorera surtout de cette épreuve à Assen en 2006. Jamais un public n’avait acclamé un pilote avec autant de ferveur. Le n°5 était engagé dans un duel face à son compatriote Nicky Hayden et tout allait se jouer dans cette fameuse ultime chicane. Le natif d’Houston avait la victoire en ligne de mire, jusqu’au moment où le représentant du team Repsol Honda tentait de l’attaquer. Colin Edwards perdait alors le contrôle de sa M1 et s’échouait dans le bac à gravier ; tandis que Nicky Hayden s’imposait pour la deuxième fois de sa carrière.

Assen 2006 - MotoGP Full Race

Ironie du sort, ce sont ces cinq points de différence qui permettront justement au Kid du Kentucky d’être sacré en fin d’année. En effet, si Nicky Hayden avait terminé deuxième ce jour-là, il se serait trouvé à égalité avec Valentino Rossi. Or, ce dernier s’était illustré plus souvent.

Avec du recul, j’ai du mal à réaliser que certains concurrents n’aient jamais gagné un Grand Prix, comme c’est le cas de Graeme Crosby, qui s’est distingué au Daytona 200, au TT de l’Île de Man, mais jamais en 500cc. Comparé à Colin Edwards, le nombre de manches disputées est bien sûr dérisoire : 29. Le Néo-Zélandais, qui a couru sur des Suzuki et des Yamaha, a fini quatre fois deuxième et six fois troisième au début des années 80.

Ma mémoire peut me jouer des tours, cela dit Ron Haslam n’a jamais brillé en 108 participations. ‘Rocket Ron’ s’est classé huit fois troisième et une fois deuxième. Même chose pour Niall Mackenzie avec ses sept troisième places.

Autre nom qui passe souvent inaperçu : Raymond Roche. Le Français a conclu la saison 1984 au troisième rang, avec cinq deuxième positions et quatre troisième, avant d’être titré WorldSBK.

À vrai dire, Colin Edwards n’est pas le seul à avoir toujours couru après son premier succès. Prenez l’exemple d’Aleix Espargaró (Aprilia Racing Team Gresini), dont le compteur affiche un total de 263 courses. Cette année, le Catalan a offert à Aprilia son tout premier podium sous l’ère MotoGP™. L’aîné des frères Espargaró en avait déjà inscrits deux autres : en 2014 sur la Forward Yamaha au MotorLand et en 2011, à l’époque du Moto2™ sur la piste de Barcelona – Catalunya.

Souvent, cette première victoire, tel un déclic, en appelle d’autres. On l’a vu encore récemment avec Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team). Nul doute que Colin Edwards, Graeme Crosby, Ron Haslam, Niall Mackenzie et Raymond Roche en auraient mérité au moins une. Personne ne pourra dire le contraire. Je pense que cela vaut aussi pour Aleix Espargaró, compte tenu de tous ces efforts qu’il continue de produire.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés