Achat de billets
Achat VidéoPass
News
12 jours ago
By motogp.com

Trois nouveaux visages, par Nick Harris

L’ex-commentateur du MotoGP™ s’attarde sur les fois où trois pilotes ont décroché leur premier titre la même année.

Tags MotoGP, 2022

Hormis ces feux d’artifice, ce que j’aime particulièrement chaque année à Valence, c’est cette photo des trois nouveaux Champions sur la grille. J’avais pour habitude de suivre cet événement depuis le media center, comme je devais ensuite animer l’ultime conférence de la saison. Cette fois-ci, c’était au tour de Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP), de Remy Gardner (Red Bull KTM Ajo) et Pedro Acosta (Red Bull KTM Ajo) de prendre la pose, trois pilotes qui n’avaient jamais été sacrés jusque-là… À vrai dire, c’est seulement la neuvième fois en 73 ans d’histoire qu’un tel scénario se produit.

MotoGP™ : Et voici le Champion du Monde 2021 !

Fabio Quartararo est devenu par la même occasion le premier Français couronné parmi l’élite, Remy Gardner, le deuxième fils de Champion à être titré et Pedro Acosta le deuxième plus jeune à remporter le graal dans la plus petite des catégories. Mais le fait qu’aucun des trois n’avaient préalablement été auréolés rendait la scène encore plus unique !

La catégorie Moto3™ tient son Champion 2021

Il faut remonter à 2006 pour assister à un concours de circonstances similaire, avec Nicky Hayden qui finissait par battre Valentino Rossi au Championnat, Jorge Lorenzo qui repartait pour la toute première fois avec les honneurs en 250cc et son compatriote Alvaro Bautista, arrivé premier du classement 125cc. Six ans plus tôt, on avait déjà eu Kenny Roberts Jr, Olivier Jacque et Roberto Locatelli dans chacune de ces catégories, pour qui il s’agissait également d’une grande première.

Cela dit, ce phénomène était plus courant dans les années 90. En 1990, Wayne Rainey décrochait par exemple le premier de ses trois titres, John Kocinski brillait en 250cc - après avoir dominé le WorldSBK ; tandis qu’un certain Loris Capirossi battait le record de précocité en 125cc. Kevin Schwantz survolait ensuite la campagne 1993 des 500cc, aux côtés de ses homologues Tetsuya Harada et Dirk Raudies en 250cc et 125cc. Et rebelote en 1994 avec Mick Doohan aux commandes de la 500cc, Max Biaggi de la 250cc et Kasuto Sakata de la 125cc.

Il y a aussi eu l’année 1978, lorsque Kenny Roberts s’est révélé en 500cc, en même temps que Kork Ballington et Eugenio Lazzarini en 250/350cc et 125cc. Cette saison-là, Ricardo Tormo, qui a donné son nom au circuit de Valence, était pour sa part primé en 80cc.

En 1961, le Rhodésien Gary Hocking faisait figure de référence en 350cc et 500cc, de même que pour Mike Hailwood, qui ne disposait alors pas de la même notoriété, en 250cc. Tom Phillis, auteur du tout premier succès de Honda en Grands Prix, soulevait de son côté le trophée en 125cc.

Sans oublier bien évidemment, les débuts du Championnat du Monde en 1949 avec Les Graham, Freddie Frith, Bruno Ruffo et Nello Pagani.

Ajoutons par ailleurs que jamais un pilote n’avait atteint ce statut de n°1 dans la cour des grands, sans l’avoir été précédemment dans une autre catégorie depuis Casey Stoner en 2007. Alors ce scénario sera-t-il amené à se répéter ? Seul le temps nous le dira.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Moto2™ : Et voici le Champion du Monde 2021 !

Recommandés