Achat de billets
Achat VidéoPass
News
12 jours ago
By motogp.com

« Liberté, indépendance, renaissance : la force de la moto »

Regarder un Grand Prix tout en aidant à sauver des vies en Afrique. Telle est la mission d'Andrea Coleman à travers « Two Wheels for Life »

Tags MotoGP, 2022

Il y a des événements qui changent des vies pour toujours, des passions qui marquent notre existence et des intuitions qui ont le pouvoir de changer pour le mieux la vie de personnes que nous ne connaissons pas, mais pour lesquelles nous sommes prêts à nous engager pour un meilleur quotidien.

Ce n'est pas une surprise, puisqu'Andrea Coleman a toujours été soucieuse de contribuer à rendre les soins médicaux abordables pour les personnes vivant dans les pays pauvres, où l'accès aux soins est un luxe réservé à une minorité.

C'est avec un amour inconditionnel pour le sport et un désir de contribuer à rendre le monde meilleur qu'Andrea Coleman est entrée dans l'âge adulte. « Je ne voulais pas aller à l'université, je ne pensais qu'aux courses de motos. Pendant quelques années, j'ai donc travaillé pour économiser de l'argent afin de pouvoir participer à des compétitions et voyager, raconte-t-elle, puis j'ai travaillé pour le Chelsea Football Club et je me suis mariée avec Tom Herron, un pilote de moto professionnel. En voyageant avec lui à travers l'Europe, j'ai appris à gérer une équipe et à obtenir des parrainages. En 1979, Tom a perdu la vie au guidon d'une Suzuki lors d'une course au North West 200 en Irlande du Nord. À cette époque, il y avait beaucoup de risques, des dangers que Dorna Sports, la FIM et l'IRTA ont considérablement réduits en plaçant la sécurité au cœur du sport. »

« J'ai toujours aimé les motos. Depuis que je suis enfant, elles représentent pour moi quelque chose de lié à la liberté, commence Andrea Coleman. J'aimais la vitesse, je me baladais en sachant que je faisais quelque chose que j'avais choisi de faire. Puis, à 19 ans, j'ai fait un voyage au Mexique et j'ai vu des gens vivre dans des conditions très compliquées. Cela m'a donné l'envie d'aider les autres. »

C'est avec un amour inconditionnel pour le sport et un désir de contribuer à rendre le monde meilleur qu'Andrea Coleman est entrée dans l'âge adulte. « Je ne voulais pas aller à l'université, je ne pensais qu'aux courses de motos. Pendant quelques années, j'ai donc travaillé pour économiser de l'argent afin de pouvoir participer à des compétitions et voyager, raconte-t-elle, puis j'ai travaillé pour le Chelsea Football Club et je me suis mariée avec Tom Herron, un pilote de moto professionnel. En voyageant avec lui à travers l'Europe, j'ai appris à gérer une équipe et à obtenir des parrainages. En 1979, Tom a perdu la vie au guidon d'une Suzuki lors d'une course au North West 200 en Irlande du Nord. À cette époque, il y avait beaucoup de risques, des dangers que Dorna Sports, la FIM et l'IRTA ont considérablement réduits en plaçant la sécurité au cœur du sport. »

Après le décès de son mari et avec des jumelles de deux ans à élever, Andrea Coleman s'est éloignée de la course. Un jour, Randy Mamola, qui connaissait bien l'histoire de la jeune femme, l'a contactée : « Il m'a dit qu'il avait besoin de quelqu'un pour s'occuper de ses relations publiques. J'avais peur de retourner dans ce milieu, mais lorsque Randy m'a proposé de travailler avec lui, j'ai pensé qu'ensemble, nous pourrions faire quelque chose de bien, en montrant que grâce aux motos, on peut sauver la vie de nombreuses personnes ».

C'est en travaillant aux côtés de Randy Mamola qu'Andrea Coleman a trouvé le moyen de « relier les points », en faisant de la course une ressource pour soutenir des initiatives : « J'ai eu l'idée de créer une collecte de fonds, en demandant aux pilotes du matériel tel que leurs bottes ou leurs gants puis en les mettant aux enchères. Les recettes m'ont permis d'obtenir des fonds pour faire des gestes concrets qui aideraient les personnes dans le besoin. »

Ainsi, dans les années 1980, Andrea Coleman, son nouveau compagnon Barry Coleman ainsi que ses amis proches Randy Mamola et Kenny Roberts ont créé le « Day of Champions », une journée organisée à l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne au cours de laquelle ils ont collecté des fonds pour des organisations à but non lucratif. Ils ont ensuite fait leur premier voyage chez « Save The Children » pour rencontrer certaines des personnes qu'ils aidaient et découvrir leurs besoins. Ils se sont rendu compte de la nécessité d'aider au niveau du transport : « Des motos, des ambulances et d'autres véhicules ont été envoyés, mais ils sont souvent tombés en panne, ce qui a entraîné un gaspillage de ressources et la mise en danger de la vie de nombreux hommes, femmes et enfants. À ce stade, nous avons fait des motos un moyen utile pour sauver la vie de nombreuses personnes vivant dans les zones rurales. »

À partir de ce moment, l'objectif de « Riders For Health », nouvellement créée, était d'enseigner aux professionnels de santé comment conduire et réparer des motos afin de s'assurer que le plus grand nombre de personnes possible dans chaque coin du continent reçoivent un traitement et des soins médicaux.

« En 1996, Barry s'est rendu en Gambie où il a rencontré un jeune homme appelé Ali Ceesay qui réparait des motos sans pièces de rechange et avec très peu d'outils, poursuit Andrea Coleman. Barry lui a appris à perfectionner ses compétences mécaniques et il est devenu le premier membre de “Riders for Health”. Nous nous sommes appuyés sur Ali, puis avons progressivement trouvé des personnes locales de plus en plus talentueuses pour gérer ces programmes. Quelques années plus tard, la compagnie pétrolière Castrol nous a demandé de gérer 16 de leurs motos au Lesotho et c'est à partir de là que notre initiative a vraiment commencé à se développer. Ce programme est désormais dirigé par une femme extraordinaire, Mahali Hlasa. »

Au début des années 2000, alors que Dorna Sports était déjà impliqué en tant que promoteur du Championnat du Monde MotoGP™, Andrea Coleman a demandé et obtenu une rencontre avec le PDG, Carmelo Ezpeleta, pour faire connaître les projets de « Riders For Health ». « Ce que nous faisions a été reçu avec beaucoup d'enthousiasme et nous sommes devenus l'organisation à but non lucratif de référence du Championnat. Avec le soutien total de Carmelo, nous avons changé notre nom en “Two Wheels For Life”. Le fait d'être soutenu par le MotoGP™ et les fans de ce sport nous donne beaucoup de visibilité et un grand soutien. Chaque fois que nous ajoutons une moto à l'association, nous donnons accès aux soins de santé à plus de 5 000 personnes. Dans le même temps, les fans qui nous soutiennent sont en mesure de vivre des expériences uniques pendant le Grand Prix, où, tout en étant immergés dans un environnement axé sur la compétition, ils ont l'occasion de vivre un grand moment d'humanité. »

Au fil des années, des représentants de Dorna Sports ont visité plusieurs des lieux où opère l'association « Two Wheels for Life » et ont rencontré d'excellents pilotes, notamment en Gambie et au Lesotho. En Afrique, la ligne d'arrivée n'est jamais la même, mais à chaque arrêt, ces opérateurs apportent l'espoir, ainsi que leurs soins.

La moto, un instrument de liberté et de renaissance

La peur de la maladie, de la contagion, de la marginalisation et de la mort a fait irruption dans la vie quotidienne de chacun à mesure que la pandémie de Covid-19 se propageait. Or, des milliers de personnes sur le continent africain vivent avec ces craintes depuis bien plus longtemps. Il y a des maladies qui pèsent comme des stigmates sur les communautés africaines, et si l'on contracte ces infections, le prix à payer est l'exclusion de la communauté, et le plus souvent ce sont les femmes qui en subissent les conséquences les plus lourdes.

Dans les communautés rurales africaines, les femmes sont importantes car elles prennent soin de leur famille, mais elles sont rarement valorisées pour ce qu'elles sont capables de faire. Une fois encore, Andrea Coleman nous parle de celles qui ont vu leur vie changer pour le mieux : « Une des femmes que nous avons formées nous a dit qu'elle avait gagné plus de respect et de considération de la part de son mari et de sa communauté après avoir appris à piloter et à gérer sa moto, devenant une référence et une ressource précieuse pour son village. »

Dans les communautés rurales africaines, les femmes sont importantes car elles prennent soin de leur famille, mais elles sont rarement valorisées pour ce qu'elles sont capables de faire. Une fois encore, Andrea Coleman nous parle de celles qui ont vu leur vie changer pour le mieux : « Une des femmes que nous avons formées nous a dit qu'elle avait gagné plus de respect et de considération de la part de son mari et de sa communauté après avoir appris à piloter et à gérer sa moto, devenant une référence et une ressource précieuse pour son village. »

« Sur un continent où les routes et les infrastructures sont souvent une utopie, tout comme la possibilité d'obtenir des traitements et des médicaments, “Two Wheels For Life” s'engage à faire en sorte que les personnes vivant dans les régions les plus isolées du continent puissent trouver du réconfort lorsqu'elles entendent le vrombissement lointain d'une moto qui s'approche de leur village. Au cours des 30 dernières années, nous avons eu de nombreuses histoires de personnes qui sont encore en vie grâce à l'intervention de nos pilotes », raconte Andrea Coleman, en mentionnant un épisode particulier : « Un jour, le directeur du programme en Gambie nous a téléphoné pour exprimer les remerciements d'un homme qui vivait dans une région reculée du pays. Sans nos soins médicaux, sa femme serait morte en couches en essayant de donner naissance à des jumeaux. Le fait que, parmi toutes les personnes, cette mère et ses deux enfants soient sains et saufs, c'est grâce à l'ensemble de la communauté motocycliste MotoGP™ et c'est quelque chose dont nous pouvons être très fiers. »

Le cofondateur de « Two Wheels for Life », Randy Mamola a énormément contribué à la création du projet, comme le souligne Andrea : « Sa capacité à communiquer et à établir des relations avec des personnes de tous âges est incroyable. Son engagement a été sans égal dans la gestion et la construction des relations avec Dorna et tout le monde dans le paddock. »

Passer la première et avancer

Pour piloter une moto, il faut de l'équilibre et de la concentration, comme Andrea Coleman le sait bien, mais ces deux caractéristiques sont également importantes une fois le casque retiré : « Parfois, la vie vous met face à des situations difficiles qui sont si compliquées que vous en perdez le sommeil. L'art, tout comme le sport, la musique ou les livres, peuvent être une grande source d'inspiration et représenter le stimulus dont nous avons besoin pour dire : “Allons-y” ».

En écoutant Andrea Coleman, on peut penser que c'est la clé de son histoire : elle est restée en selle en maintenant son équilibre et sa concentration, trouvant dans les difficultés les racines pour prendre un nouveau départ.

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés